Estimating Dissolved Reactive Phosphorus Concentration in Surface Runoff Water from Major Ontario Soils.

Wang, Y.T., Zhang, T.Q., Hu, Q.C., Tan, C.S., O'Halloran, I.P., Drury, C.F., Reid, D.K., Ma, B.-L., Ball Coelho, B.R., Lauzon, J.D., Reynolds, W.D., et Welacky, T.W. (2010). « Estimating Dissolved Reactive Phosphorus Concentration in Surface Runoff Water from Major Ontario Soils. », Journal of Environmental Quality, 39(5), p. 1771-1781. doi : 10.2134/jeq2009.0504  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La perte de phosphore (P) du sol agricole par ruissellement peut contribuer à l’eutrophisation des eaux de surface. La présente étude a été menée afin d’évaluer une série d’analyses environnementales et agronomiques de la teneur en P dans le sol en tant qu’indicateurs des pertes potentielles, par ruissellement, de P réactif dissous (PRD) dans les sols, en Ontario. Les échantillons de sol ont été prélevés (à des profondeurs allant de 0 à 20 cm) à dix sites pour six séries de sols de l’Ontario, de manière à fournir un large éventail de valeurs de la teneur en P du sol (STP). Des études par simulation des précipitations de pluie ont été menées en respectant le protocole établi par l’USEPA pour le National P Research Project. La concentration moyenne de PRD (PRD30) dans l’eau de ruissellement prélevée plus de 30 minutes après le début du ruissellement augmentait (p < 0,001) de manière linéaire ou curvilinéaire à mesure qu’augmentaient les niveaux des teneurs en P et les estimations du degré de saturation en P (DPS) du sol. Des 16 mesures de STP et de DPS évaluées, celles correspondant à DPSM3-2 (Mehlich-3 P/[Mehlich-3 Al + Fe]) (r 2 = 0,90) et à DPSM3-3 (Mehlich-3 P/Mehlich-3 Al) (r 2 = 0,89) ainsi que celles du P extractible à l’eau (WEP) (r2 = 0,89) présentaient la relation d’ensemble la plus forte avec le PRD30 des eaux de ruissellement pour chacune des six séries de sols. Le DPSM3-2 et le DPSM3-3 étaient aussi exacts l’un que l’autre quant à la prévision de la perte de PRD30 par ruissellement. Cependant, si une méthode recourant au DPS est choisie, le DPSM3-3 est à privilégier étant donné que sa prévision du PRD30 n’est pas sensible au pH du sol et que la procédure analytique en est simplifiée.