Worldwide Diaspora of Aethina tumida (Coleoptera: Nitidulidae), a Nest Parasite of Honey Bees.

Lounsberry, Z., Spiewok, S., Pernal, S.F., Sonstegard, T.S., Hood, W.M., Pettis, J.S., Neumann, P., et Evans, J.D. (2010). « Worldwide Diaspora of Aethina tumida (Coleoptera: Nitidulidae), a Nest Parasite of Honey Bees. », Annals of the Entomological Society of America, 103(4), p. 671-677. doi : 10.1603/AN10027  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Originaire d’Afrique subsaharienne, l’Aethina tumida Murray (Coleoptera: Nitidulidae) est maintenant considéré comme un ravageur envahissant dans les colonies d’abeille domestique (Apis mellifera L.) en Australie et en Amérique du Nord. Si l’on parvient à déterminer comment ce coléoptère a été introduit de l’Afrique à ces deux continents puis d’un à l’autre de ces continents, on pourra caractériser les diverses populations, préciser les voies d’introduction et élucider comment ce parasite forme de nouvelles populations. Nous avons examiné la variation génétique parmi des échantillons d’adultes provenant des États-Unis, d’Australie, du Canada et d’Afrique en séquençant une région de 912 paires de bases du gène mitochondrial de la sous-unité I de la cytochrome c oxydase à la recherche de 10 loci microsatellites précis. Ces analyses ont révélé qu’une petite population introduite au Canada est originaire d’Australie et qu’une deuxième population semble issue des États-Unis. Les populations aujourd’hui résidentes en Australie sont originaires d’Afrique comme les populations nord-américaines, mais elles sont issues de populations différentes. Chez les populations nord-américaines, on n’observe pas de covariation entre les deux haplotypes mitochondriaux et la fréquence de leurs microsatellites, ce qui donne à croire qu’elles ont une origine commune même si elles ont conservé leur structure génétique initiale dans leur contrée d’adoption. L’excellente capacité de dispersion de ces coléoptères, dans certains cas amplifiée par le commerce apicole, semble favoriser la panmixie tant chez les populations introduites que chez les populations africaines.