Tolerance of adzuki bean to preplant-incorporated, pre-emergence, and post-emergence herbicides in Ontario, Canada.

Stewart, C.L., Nurse, R.E., Gillard, C.L., et Sikkema, P.H. (2010). « Tolerance of adzuki bean to preplant-incorporated, pre-emergence, and post-emergence herbicides in Ontario, Canada. », Weed Biology and Management, 10(1), p. 40-47. doi : 10.1111/j.1445-6664.2010.00365.x  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les choix qui s’offrent aux producteurs de haricots adzuki de l’Ontario, au Canada, en matière de lutte contre les mauvaises herbes sont limités en raison du nombre réduit d’homologations. En 2007 et en 2008, nous avons mené quatre essais au champ dans trois emplacements du sud-ouest de l’Ontario afin de déterminer la tolérance des haricots adzuki à plusieurs herbicides appliqués en présemis avec incorporation (PSI), en prélevée (PRE) et en postlevée (POST). Tous les herbicides ont été appliqués aux doses homologuées pour leur utilisation sur des cultures de soja. L’application de pendiméthaline, de cloransulame méthyle et d’halosulfuron méthyle en PSI, de flumetsulame, de cloransulame méthyle et d’halosulfuron méthyle en PRE ainsi que d’acifluorfène et de fomésafène en POST a causé ≤ 15 % de dommages, par ailleurs transitoires, aux cultures sans toutefois réduire le rendement. L’application en POST de cloransulame méthyle et d’imazéthapyr a provoqué ≤ 23 % de dommages aux cultures et entraîné une diminution de la biomasse ≤ 50 %, sans pour autant réduire la hauteur de la plante ni le rendement. L’application de métribuzine, de flumetsulame, d’atrazine et de pyroxasulfone en PSI, de métribuzine, de linuron, de pyroxasulfone et d’atrazine en PRE ainsi que de bentazone, d’imazéthapyr avec bentazone, d’halosulfuron méthyle et de thifensulfuron méthyle en POST a entraîné ≤ 61 % de dommages aux cultures et réduit la biomasse, la hauteur des plantes ainsi que le rendement. À la lumière de ces résultats, la pendiméthaline, le cloransulame méthyle et l’halosulfuron méthyle appliqués en PSI, le flumetsulame, le cloransulame méthyle et l’halosulfuron méthyle appliqués en PRE ainsi que l’acifluorfène et le fomésafène appliqués en POST pourraient constituer des choix possibles en matière de lutte contre les mauvaises herbes pour les producteurs de haricots adzuki. L’application de cloransulame méthyle et d’imazéthapyr en POST requiert une évaluation plus approfondie en raison des préoccupations qu’elle soulève sur le plan de la phytotoxicité. L’application de métribuzine, de flumetsulame, d’atrazine et de pyroxasulfone en PSI, de métribuzine, de linuron, d’atrazine et de pyroxasulfone en PRE ainsi que de bentazone, d’imazéthapyr avec bentazone, d’halosulfuron méthyle et de thifensulfuron méthyle en POST ne présentait pas une marge de sécurité adéquate.

Date de modification :