A mutant deficient in S-adenosylhomocysteine hydrolase in Arabidopsis shows defects in roothair development.

Wu, X., Li, F., Kolenovsky, A., Caplan, A., Cui, Y., Cutler, A., et Tsang, E.W.T. (2009). « A mutant deficient in S-adenosylhomocysteine hydrolase in Arabidopsis shows defects in roothair development. », Botany, 87(6), p. 571-584. doi : 10.1139/B08-124  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les cultures de grains occupent une place majeure dans l'approvisionnement en aliments pour l'homme et les animaux. Les céréales, les oléagineuses et les légumineuses constituent les principales cultures de grains au Canada. Le Brassica napus L. (canola) représente l'oléagineuse la plus importante avec une contribution de plus de $ 13 billions à l'économie canadienne (Conseil du canola du Canada). On s'attend à ce que la valeur des récoltes d'oléagineuses, surtout du canola, augmente suite à une demande accrue pour l'alimentation humaine et animale, et l'application aux bioproduits, incluant le biodiesel. Au cours des six dernières années, l'Institut de recherche en biotechnologie végétale du CNRC (PBI) en partenariat avec plusieurs collaborateurs, s'est impliqué dans l'étude de la génomique des plantes oléagineuses, en particulier des Brassica spp., afin d'améliorer notre compréhension de cette importante culture. La recherche permet de visualiser des fonctions génétiques déterminantes qui peuvent s'appliquer à l'amélioration de la performance des cultures, de leur productivité et de leur qualité afin de satisfaire la demande accrue. Le PBI a centré ses activités dans deux champs stratégiques. D'abord le développement de ressources génomiques utilisables pour l'étude du B. napus et espèces reliées. Les ressources incluent le développement d'ESTs, de séquences génomiques ADN et de arrays ADN. Deuxièmement, une analyse systématique du développement et de la composition de la graine en vue d'améliorer notre compréhension de la biologie de la graine. On développe présentement chez d'autres cultures incluant le lin et les légumineuses, des outils génomiques semblables à ceux développés pour les Brassica. Avec les progrès de la génomique à la protéomique fonctionnelle, ces engagements de recherche vont constituer une étape significative pour comprendre les processus moléculaires sous-jacents à la composition, la qualité, le rendement et la résistance aux stress des plantes, facilitant ainsi le développement de germplasme élite.

Date de modification :