Development of Methods for Detection and Quantification of Avian Influenza and Newcastle Disease Viruses in Compost by Real-Time Reverse Transcription Polymerase Chain Reaction and Virus Isolation.

Guan, J., Chan, M., Ma, B.-L., Grenier, D., Wilkie, D., Pasick, J., Brooks, B.W., et Spencer, J.L. (2008). « Development of Methods for Detection and Quantification of Avian Influenza and Newcastle Disease Viruses in Compost by Real-Time Reverse Transcription Polymerase Chain Reaction and Virus Isolation. », Poultry Science, 87(5), p. 838-843. doi : 10.3382/ps.2007-00195  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Bien qu’on ait déjà eu recours au compostage pour éliminer le fumier et les carcasses de volaille à la suite d’éclosions d’influenza aviaire (IA) et de maladie de Newcastle, il faut vérifier la survie des virus causant ces maladies dans le compost pour assurer la biosécurité des gens et des animaux. Nous avons mis au point des méthodes pour extraire ces virus du compost et purifier l’ARN viral. La présence des virus extraits a été vérifiée par isolement sur des œufs embryonnés de poulet, et l’ARN purifié a été vérifié par RRT PCR (RCP inverse en temps réel). Les méthodes d’isolement des virus et de RRT PCR ont été évaluées sur trois échantillons de compost constitués de fumier de poulet mélangé à de l’ensilage de maïs, à des planures de bois ou à de la paille de blé. Les limites de détection des deux méthodes étaient de 1 700 doses létales de virus de l’IA (AIV) par gramme de compost et de 1 000 doses létales de virus de la maladie de Newcastle (NDV) par gramme de compost. On a constaté une forte corrélation entre le nombre de copies d’ARN viral mesuré par RRT PCR et la quantité de virus dans le compost. Les résultats laissent entrevoir que la RRT PCR pourrait être utilisée au lieu de l’isolement du virus comme méthode de détection rapide et de quantification des virus AIV et NDV dans le compost.