Survivre à l’hiver : Nouvelles pratiques de gestion des vignobles

Fixer une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

Les hivers canadiens peuvent être difficiles pour les vignes. Un seul coup de froid extrême peut endommager les vignes et réduire le rendement des cultures de 50 %.

Les chercheurs d'Agriculture et Agroalimentaire Canada à Summerland, en Colombie-Britannique, recueillent des données auprès de sources multiples afin de déterminer les pratiques exemplaires permettant de protéger les vignes contre le froid extrême.

« Il est très important de comprendre comment nous pouvons aider les vignes à survivre aux coups de froid qui surviennent périodiquement, et de mettre au point de nouvelles pratiques de gestion des vignobles afin d'accroître la résistance des vignes au froid. »

- Carl Bogdanoff, biologiste, Agriculture et Agroalimentaire Canada

Recherches sur le froid

En hiver, lorsque la température chute en deçà de −20° Celcius pour une période prolongée, toute la culture est à risque. Les vignes peuvent subir des dommages graves ou mourir, ce qui entraîne une perte financière importante pour les producteurs et les vignerons. En trouvant des façons de rendre les vignes plus résistantes à des températures un ou deux degrés plus basses, on peut prévenir les dommages causés par l'hiver et réduire les pertes de cultures et la nécessité de replanter.

Carl Bogdanoff et son équipe au Centre de recherche et de développement de Summerland collaborent avec les viticulteurs pour mieux protéger les vignes contre les vagues de froid intense. Il s'agit d'une initiative multidisciplinaire en partenariat avec l'industrie. L'équipe surveille les températures et la rusticité des bourgeons à de nombreux endroits dans les vallées de l'Okanagan et de la Similkameen et cherche en partie à déterminer si les pratiques de gestion des vignobles influent sur la rusticité.

Difficultés initiales

L'industrie vinicole a beaucoup évolué en Colombie-Britannique depuis les années 1980, lorsqu'elle était relativement petite et fondée sur des variétés hybrides rustiques. En 1990, il n'y avait que 17 établissements vinicoles en Colombie-Britannique, mais ce nombre a depuis augmenté à plus de 250.

Dans les années 1990, les vignerons ont planté des variétés Vitis vinifera de premier choix comme le Merlot, le Cabernet Franc et le Chardonnay dans tous leurs vignobles pour profiter de la croissance du marché domestique et du commerce international émergeant. Ces vignes peuvent tolérer un certain degré de gel, mais sont sévèrement mises à l'épreuve lorsque les températures sont les plus basses, entre novembre et mars.

Le froid extrême tue les bourgeons et peut endommager les tissus et les racines de la vigne. Si les dommages sont suffisamment graves, la vigne meurt. Dans certains cas, les bourgeons s'ouvrent normalement, mais la vigne s'effondre et meurt lorsqu'elle subit un stress plus tard dans la saison.

Science intelligente

Tous les producteurs ont accès à un rapport bimensuel sur la rusticité des bourgeons pour les principales variétés de raisins de cuve. Ils utilisent ces renseignements pour évaluer les risques de dommages hivernaux avant et pendant les poussées d'air arctique (lorsque la vitesse du vent et de la température donne lieu à un refroidissement éolien en deçà de −20° Celcius pendant au moins six heures) afin de déterminer, par exemple, s'il faut utiliser des ventilateurs pour attirer l'air plus chaud dans les vignobles. Le fait de connaître les niveaux de dommage aux bourgeons aide aussi les producteurs à décider ce qu'il faut tailler.

De plus, l'équipe de recherche recueille des données sur la rusticité dans le cadre de nombreux autres projets de recherche en cours qui examinent les effets des pratiques d'irrigation, des ajustements de la charge fruitière, de la couverture entre les rangs de vignes, des maladies du tronc de la vigne et des maladies virales, de l'enlèvement des feuilles, de l'emplacement des grappes et des applications d'acide abscissique (une hormone végétale naturelle qui améliore la couleur du raisin) sur la qualité des fruits et du vin.

Faits importants

Galerie de photos

la vigne a été endommagée au cours de l’hiver, mais était assez en santé pour produire des fruits au printemps
Les vignes peuvent survivre aux dommages hivernaux, mais mourir plus tard des effets cumulatifs de stresseurs multiples. La vigne ci dessus a été endommagée au cours de l’hiver, mais était assez en santé pour produire des fruits au printemps. La vigne n’a jamais eu la chance de se rétablir complètement des dommages hivernaux – une vague de chaleur d’été a été la goutte qui a fait déborder le vase.
la gestion des vignobles contre les périodes de froid intense
Les travaux des chercheurs du Centre de recherche et de développement de Summerland aident les producteurs de raisins canadiens à mieux comprendre la façon de protéger leurs vignobles contre les périodes de froid intense.
un vignoble en Colombie-Britannique
En 1990, il y avait 17 établissements vinicoles en Colombie-Britannique. Ce nombre a augmenté à plus de 250, avec plus de 10 000 acres cultivés.

Renseignements connexes

Date de modification :