L’IViDiS : un estomac artificiel qui évalue les aliments (vidéo)

L’estomac artificiel, ou L’IViDiS, est une innovation du Centre de recherche et de développement sur les aliments d’Agriculture et Agroalimentaire Canada à St-Hyacinthe. Il permet aux chercheurs et à l’industrie de transformation d’aliments de mieux prévoir ce qui se passe vraiment dans le corps humain lorsqu’on introduit des aliments bioactifs. Jetez un coup d’œil à notre vidéo pour en apprendre davantage.

Transcription de la vidéo

[Une musique électronique à percussion commence.]

[Le logo d’Agriculture et Agroalimentaire, une feuille d’érable rouge et le titre l’ividis un estomac artificiel qui évalue les aliments apparaissent sur une image d’éprouvettes alimentant un récipient en acier inoxydable]

[Dans un laboratoire, des éprouvettes et des flacons sont rattachés à des récipients transparents dans lesquels du liquide blanc fait des bulles. Un panneau routier présente le Centre de recherche et de développement sur les aliments du gouvernement du Canada à St Hyacinthe, près d’un vaste édifice industriel.]

narratrice : L’estomac artificiel, ou L’IViDiS, est une innovation du Centre de recherche et de développement sur les aliments d’Agriculture et Agroalimentaire Canada à St-Hyacinthe.

[À l’intérieur de l’édifice moderne et lumineux, deux hommes en tenue professionnelle décontractée marchent dans un corridor, puis descendent un escalier. Deux scientifiques, un homme et une femme, travaillent ensemble sur un ordinateur dans un laboratoire, deux scientifiques sont dans un grand laboratoire aux murs de verre, rempli d’appareils de pointe.]

narratrice : Il permet aux chercheurs et à l’industrie de transformation d’aliments de mieux prévoir ce qui se passe vraiment dans le corps humain lorsqu’on introduit des aliments bioactifs.

Yves Arcand, chercheur à Agriculture et Agroalimentaire Canada  : Il est composé en grande partie d’un système de mastication qui sert former a un bol alimentaire qui lui on veut qui soit de texture et composition la plus proche possible de la composition humaine.

Ensuite, la salive est produite dans la composition et dans la quantité nécessaires selon chacune des bouchées et chacune des gorgées contrairement à d’autres système qui ont une composition constante.

Nous avons aussi une production de différentes solutions digestives qui se fait selon le type de mangeur et selon la composition de chaque élément du repas.

Ce système permet donc une analyse de la stabilité des ingrédients bio actifs lors de la digestion. Et tout ça pour comprendre les changements dans les différentes matrices alimentaires.

[Des flacons portant des étiquettes (salive, solution gastrique, bile, pepsinogène, lipase) sont entourés d’équipement de laboratoire; des liquides blancs sont mélangés dans des béchers.]

narratrice : Alors, on peut bien demander pourquoi on a besoin d’un tel système.

L’industrie alimentaire développe actuellement des aliments dits fonctionnels enrichis de composés bioactifs.

[Une poudre blanche est mélangée dans une cuve remplie de liquide blanc. On pousse un chariot de fromages.]

narratrice : L’exercice de développer des aliments fonctionnels présente à la foi un défi scientifique et une avenue santé intéressante pour l’avenir. Mais il faut des essais avant de passer en études cliniques. L’estomac artificiel est justement la technologie qui facilite les essais.

[Yves Arcand, chercheur, et un collègue se consultent dans un laboratoire.]

narratrice : Nos chercheurs l’utilisent dans plusieurs projets de recherche, notamment pour améliorer la survie des probiotiques dans les ferments et les produits de consommation.

Claude Champagne, chercheur à Agriculture et Agroalimentaire Canada  : Les bactéries probiotiques sont des organismes vivants. Alors notre défi, c’est de les garder vivantes ces bactéries-là.

[Des scientifiques examinent des produits alimentaires blancs de nature expérimentale contenant de gros grains noirs.]

Nous avons développé des techniques de micro encapsulation, ça peut être dans des billes de gel, ça peut être dans des systèmes où on enrobe les cultures spécifiquement, ces techniques de micro encapsulation nous permettent de séparer la bactérie de la matrice alimentaire et parfois, d’augmenter leur survie.

[Des chercheurs injectent de petites quantités de liquide avec une seringue, une bouteille est remplie de liquide, des liquides sont analysés et surveillés au moyen de plusieurs appareils.]

Dr Yves Arcand : Il faut voir cet outil comme étant une étape intermédiaire permettant de simplifier l’étude chez les humains qui elle est beaucoup plus chère.

Par exemple, si on prend l’industrie de fabrication du yogourt, si cette industrie décide ajouter de nouvelles souches bactériennes dans ses recettes, la première question à se poser c’est  : quelle concentration de bactéries on va avoir, quelle proportion on va avoir de chacune des bactéries, dans quelle matrice on veut avoir ça, est-ce qu’on veut ça dans un yogourt plus ferme comme un yogourt grec ou un yogourt plus léger, comme un yogourt à boire?

Donc, ça fait beaucoup de conditions à tester et pour simplifier ce qu’on peut faire, c’est faire des tests dans des conditions in vitro dans un premier temps, on va partir de ces centaines de conditions-là à tester et on va ramener ça à quelques-unes parmi les meilleures conditions qui elles on pourra les tester chez les humains.

[Un chercheur inscrit quelque chose sur le couvercle d’une boîte de Pétri à l’aide d’un marqueur noir.]

narratrice : Avant sa création, personne ne pouvait affirmer hors de tout doute que les probiotiques survivaient aux conditions présentes dans l’estomac.

L’estomac artificiel nous a confirmé une gamme de réponses positives.

Et cette technologie nous ouvre tout un éventail de possibilités, mettant les aliments fonctionnels de plus en plus à la portée des consommateurs.

[Du liquide blanc fait des éclaboussures dans des récipients et des machines. Des éprouvettes sont rattachées à des récipients dans lesquels on retrouve du liquide blanc qui forme des bulles. Le Dr Yves Arcand, sourire aux lèvres, se tient devant l’équipement de laboratoire de pointe.]

[Titre Moderne. Innovatrice. En croissance. Découvrez d’autres innovations agricoles au www.agr.gc.ca sur des images de bactéries, d’un équipement de laboratoire et d’un chercheur scientifique]

[Le mot-symbole « Canada » sur fond blanc.]

[(c) Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire (2016)]

[La musique électronique à percussion s’estompe.]

Date de modification :