Les légumineuses peuvent aider à stabiliser la glycémie

Pour planifier une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

Les légumineuses, une catégorie de cultures qui comprend les haricots secs, les pois, les lentilles et les pois chiches, peuvent aider à réduire le taux de glucose sanguin lorsqu’elles sont incorporées dans un régime alimentaire équilibré, selon une étude d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) ayant trait à leurs effets sur la réponse glycémique.

Une équipe dirigée par Dan Ramdath (Ph. D.), spécialiste de la nutrition au Centre de recherche et de développement de Guelph (CRD de Guelph), étudie comment un repas dans lequel une demi-portion de féculents est remplacée par des légumineuses peut réduire considérablement la réponse glycémique et apporter d’autres bienfaits pour la santé. « Cette étude vise à produire des données probantes pour le remplacement des féculents par des légumineuses dans le régime alimentaire », affirme M. Ramdath.

Les premiers résultats indiquent que les personnes souffrant de diabète ou risquant d’être atteintes de diabète peuvent contrôler leur taux de glucose sanguin en consommant régulièrement des légumineuses ou en substituant des légumineuses à d’autres aliments contenant de l’amidon.

« Les légumineuses sont une bonne source d’éléments nutritifs comme les fibres, les protéines et les vitamines. La consommation régulière de légumineuses peut aider à réduire les taux de glucose et de cholestérol sanguins. » [Traduction]

- Dan Ramdath (Ph. D.), spécialiste scientifique de la nutrition, Agriculture et Agroalimentaire Canada

L’indice glycémique, c’est-à-dire le taux de glucose sanguin pendant la digestion dans la partie supérieure du tube digestif, dépend de la teneur en amidon des aliments consommés. Selon M. Ramdath, les caractéristiques uniques de l’amidon des légumineuses peuvent ralentir la digestion et la libération de sucres dans le sang et aider ainsi à réduire la glycémie.

La première phase de l’étude financée par AAC et Pulse Canada consiste à mener des essais d’alimentation humaine en laboratoire pour comparer les indices glycémiques de volontaires après la consommation d’une portion de 50 grammes de féculents, comme du riz ou des pommes de terre, aux indices glycémiques de ces mêmes volontaires après un repas normalisé de 50 grammes dont la moitié de la portion en amidon est remplacée par des lentilles ou des pois jaunes.

Au cours de la deuxième phase de l’étude, M. Ramdath et son équipe prépareront des aliments comme des soupes, des muffins et des ragoûts à base de lentilles et de pois jaunes. Les indices glycémiques après la consommation de ces aliments seront comparés aux indices glycémiques après la consommation d’aliments analogues à base de riz, de blé ou de pommes de terre. Les résultats de l’étude seront publiés en mars 2018.

Le CRD de Guelph fait partie des 20 établissements de recherche qui composent le réseau d’AAC au pays. Le CRD réalise des travaux spécialisés sur la salubrité et la qualité des aliments, ainsi que sur la nutrition, afin de veiller à ce que les produits alimentaires canadiens soient les plus sûrs et de la meilleure qualité possible.

Principales découvertes (avantages)

Galerie de photos

La description de cette image suit.
Dan Ramdath (Ph. D.), spécialiste de la nutrition au Centre de recherche et de développement de Guelph.
La description de cette image suit.
Variétés de lentilles (à gauche) et de pois secs utilisées dans l’étude scientifique.
La description de cette image suit.
Dan Ramdath (Ph. D.) et une étudiante au doctorat de l’Université de Guelph mesurent le taux d’insuline au moyen de techniques d’analyse en laboratoire.

Renseignements connexes

Date de modification :