Les cultures de couverture, un bon outil pour la santé des sols

Fixer une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

Selon la recherche menée au Centre de recherche et de développement d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) à Harrow (Ontario), les cultures de couverture peuvent aider les agriculteurs à résoudre plusieurs problèmes liés à la santé des sols et à l'environnement et peuvent contribuer à la rétention des nutriments.

« Les cultures de couverture sont un outil extraordinaire dont les agriculteurs peuvent se servir, affirme Craig Drury (Ph. D.), chercheur en biochimie et gestion des sols à Harrow. La culture de couverture fait augmenter la quantité de carbone organique dans le sol, améliore la structure du sol et sa qualité et peut aussi contribuer à un meilleur drainage des sols. »

Les cultures de couverture sont plantées vers la fin de l'été ou au début de l'automne après la récolte des céréales ou sont ensemencées sous couvert dans une culture annuelle en rangs, comme le maïs. Elles peuvent capter l'azote résiduel présent dans le sol à la fin de la campagne agricole et le retenir pendant l'hiver. L'azote est ensuite relâché dans le sol lorsque la culture de couverture se décompose au printemps suivant. Cette capture de l'azote est importante, car comme le dit si bien M. Drury, les agriculteurs « veulent retenir les nutriments comme l'azote dans le sol aussi longtemps qu'ils le peuvent; ils veulent aussi en augmenter la quantité au profit des prochaines cultures. »

Une étude au champ de cinq ans a conclu que les cultures de couverture améliorent la santé des sols en absorbant les nutriments du sol et en réduisant la quantité de nutriments provenant d'engrais qui sont lessivés hors de la rhizosphère. « Les cultures de couverture sont une sorte d'éponge, explique M. Drury, elles sont très utiles du point de vue de la qualité de l'eau » parce qu'elles réduisent le ruissellement superficiel tout en absorbant les nutriments du sol.

La perte d'eau, par ruissellement ou lessivage, varie selon les caprices de la météo. « C'est là que les cultures de couverture sont les plus utiles, » affirme-t-il. Cette pratique peut aider les agriculteurs à réduire le ruissellement pendant les périodes très pluvieuses ou les sécheresses.

« Il y a un intérêt marqué pour les méthodes de gestion des sols qui favorisent la santé des sols. »

- M. Craig Drury, Biochimie et gestion des sols, Agriculture et Agroalimentaire Canada

La plantation de cultures de couverture est rentable et ses avantages s'accroissent lorsqu'elles sont utilisées en combinaison avec d'autres méthodes de gestion des sols, comme le drainage par tuyaux enterrés et l'irrigation souterraine. En fin de compte, les agriculteurs profiteront vraisemblablement de meilleurs rendements, réussiront à économiser davantage à long terme et réduiront les répercussions de leur activité sur l'environnement.

Le Centre de recherche et de développement de Harrow fait partie du réseau des 20 centres de recherche d'AAC répartis d'un bout à l'autre du pays. La mission du Centre est de mettre au point et de transférer de nouvelles technologies pour la production et la protection des légumes et plantes ornementales de serre et des grandes cultures, notamment le soja, les haricots pour consommation humaine, le maïs, le blé d'hiver et les tomates.

Principales découvertes (avantages)

Galerie de photos

Du trèfle rouge est utilisé comme culture de couverture dans un champ après la récolte de blé d’hiver
Le trèfle des prés, qui est une culture de couverture, est cultivé dans une parcelle de blé d'hiver récoltée dans le cadre d'une étude d'AAC sur la rotation des cultures.

Renseignements connexes

Date de modification :