La modélisation des déplacements des insectes étrangers envahissants

Organiser une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

Les insectes jouent un rôle prédominant dans l’agriculture canadienne : les espèces bénéfiques favorisent la croissance des cultures, améliorent leur rendement, réduisent les frais associés aux intrants et protègent l’environnement, tandis qu’à l’inverse, les espèces nuisibles peuvent détruire les cultures, entraînant ainsi des pertes de rendement qui se mesurent en millions de dollars. Les insectes ravageurs proviennent parfois d’ailleurs dans le monde, et d’autres sont des espèces indigènes qui sont devenues nuisibles à mesure de leur évolution parallèle à l’apparition de nouvelles filières agricoles au Canada.

La communauté agricole du pays souhaite en apprendre davantage sur ces espèces étrangères envahissantes avant qu’elles ne posent un risque majeur. Les chercheurs en agriculture, comme Meghan Vankosky, du Centre de recherche et de développement (CRD) d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) à Saskatoon, Paul Fields, du CRD d’AAC à Winnipeg et Peter Mason, du CRD d’AAC à Ottawa, se penchent sur la situation.

Ces trois scientifiques ont élaboré un projet afin d’étudier les espèces étrangères envahissantes avant qu’elles ne fassent leur entrée au Canada. Leur objectif est de déterminer quels insectes encore absents au pays représentent une menace potentielle, et de générer des données pour créer des modèles. Ces modèles serviront à prédire les lieux d’établissement de ces espèces si elles deviennent envahissantes chez nous.

« Notre projet se veut proactif pour que nous recherchions les insectes envahissants aux bons endroits. La détection précoce est le pivot de nos efforts d’éradication et, si ceux-ci échouent, de nos efforts de gestion éventuels. »

- Meghan Vankosky, chercheuse, Entomologie des grandes cultures, Agriculture et Agroalimentaire Canada

Mais comment les chercheurs savent-ils sur quels insectes nuisibles concentrer leurs efforts? En partenariat avec d’autres chercheurs d’AAC qui dirigent des projets connexes sur les espèces envahissantes, et l’Agence canadienne d’inspection des aliments, ils scrutent l’horizon à la recherche d’espèces problématiques dans des pays voisins et chez nos partenaires commerciaux.

Par exemple, les espèces connues comme nuisibles et envahissantes aux États-Unis et celles qui, dans leur région d’origine, causent des dommages importants sur les plantes également cultivées au Canada sont des candidates de choix. Le fulgore tacheté, un ravageur envahissant aux États-Unis constitue une menace pour plus de 70 espèces d’arbres et d’arbustes, dont les pommiers, les vignes, les érables et les arbustes ornementaux, est l’une des cibles à l’étude. C’est également le cas du trogoderme (un ravageur de grains entreposés qui nuit au commerce international) et de la punaise du kudzu (un ravageur potentiel du soja).

Évidemment, tous les insectes ne sont pas nuisibles : là où va une espèce étrangère se retrouve aussi bien souvent son ennemi naturel. À ce sujet, Paul Mason explique :

« Nous étudions aussi les ennemis naturels qui s’en prennent aux insectes nuisibles envahissants afin d’évaluer la probabilité qu’ils s’établissent dans les mêmes régions que les ravageurs s’ils y sont introduits comme agents de lutte biologique, et s’ils réduisent significativement la population d’insectes nuisibles. »

Principales découvertes et avantages

Photos

La chercheuse Meghan Vankosky étudie des espèces d’insectes envahissantes sur des épingles.
La chercheuse Meghan Vankosky étudie des espèces envahissantes sur des épingles.
Photo du dommage causé à la feuille d’une plante par un insecte.
Au Canada, le charançon rayé du pois (Sitona lineatus) est un insecte envahissant ravageur du pois potager et de la féverole à petits grains. Les insectes adultes grignotent des entailles en forme de U en bordure des feuilles (sur la photo), et les larves détruisent les nodules racinaires fixateurs d’azote.
Carte présentant un résultat fictif pour simuler les efforts de modélisation des chercheurs.
Les modèles bioclimatiques prédisent les régions d’établissement des insectes étrangers envahissants et de leurs ennemis naturels en générant un indice écoclimatique que l’on peut observer sur des cartes. La présente carte représente l’aire de répartition potentielle du Mesopolobus morys, un insecte bénéfique, en Amérique du Nord.

Renseignements connexes

Date de modification :