Il n'aura fallu qu'une seule graine - L'Odyssée heureuse du blé Marquis au Canada depuis ses origines en Ukraine (9 de 11)

La sélection de variétés de blé de grande qualité

Dès ses premiers jours, la recherche sur le blé à la Ferme expérimentale centrale d'Ottawa a porté principalement sur la production de variétés de grande qualité, précoces. Les plus grands efforts ont été voués à la combinaison des points forts du blé ukrainien Halychanka (Red Fife) aux variétés précoces.

Tout au cours du programme d'amélioration des variétés existantes de blé ou de production de nouvelles variétés par des croisements, ce blé, doté d'un riche patrimoine génétique, se distingue. La méthode de sélection des plants particuliers qui avait été appliquée auparavant ne s'est pas révélée très fructueuse. Dès le début du programme, il s'est manifesté la volonté de trouver des méthodes qui pourraient montrer ou estimer la qualité du grain des plants sélectionnés. Ces méthodes étaient inconnues des laboratoires du moment. L'agriculteur ukrainien cependant a toujours eu son propre « laboratoire » dans sa bouche, entre les dents. Il pouvait donner une évaluation approximative et souvent même très précise de la qualité d'un blé donné. Il prenait une petite poignée d'épis, la roulait entre les paumes de ses mains, en jetait la poussière et les balles et mettait vite le grain dans sa bouche: après l'avoir mâché rapidement et goûté, il pouvait déterminer ce qu'il valait. Cette ancienne méthode, expérimentée et vraie, est probablement aussi vieille que le blé.

Nous avons déjà noté qu'elle était aussi utilisée par Charles Saunders. Simplement par la mastication, il a pu distinguer avec une précision énorme les qualités des grains de blé de tiges individuelles dans les croisements réalisés à la Ferme expérimentale centrale. En fait, il a continué à utiliser cette « méthode de la mastication » pendant des années avant qu'il n'acquiert le matériel d'essais en laboratoire approprié.

Le nouveau laboratoire a aidé grandement à déterminer la qualité des blés. Son matériel pouvait moudre de petits échantillons de grain pour obtenir de la farine qui permettait de préparer des pains d'essai. C'est là que s'est forgé l'avenir de l'industrie du blé au Canada. Le bâtiment de l'ancienne Division des céréales est maintenant partie du patrimoine national, car c'est là que William Saunders et ultérieurement ses fils ont sélectionné les meilleures nouvelles variétés de blé au monde. Leur ancêtre était le blé ukrainien Halychanka, appelé Red Fife au Canada.

Les notes et les commentaires de Charles Saunders confirment que cette variété était la meilleure: c'est le blé qui lui servait d'étalon de mesure de tous les nouveaux hybrides. Par exemple, dans le passage suivant de son volumineux cahier personnel, il écrit: « [le nouvel hybride] Markham est à rejeter complètement, à moins qu'il ne soit plus précoce ou plus résistant que Red Fife. » (page 72, janvier 1905) Dans son rapport de 1907, il décrit les préalables de la recherche sur le blé: « Il faut une certaine dose de patience et une assez bonne denture. Ces deux attributs peuvent être jugés fondamentaux pour tous les sélectionneurs de blé » (Bulletin 57, page 9)

Le cahier d'Ottawa jette la lumière sur les débuts de l'industrie du blé au Canada. Ottawa est aussi le lieu où est conservé le grand « Registre des enregistrements » présentant tous les croisements faits avec la variété Halychanka (Red Fife). La figure 5 présente les premières pages tant du cahier de Saunders que du Registre des enregistrements, qui n'ont pas été publiés auparavant.

Développement des variétés de blé au Canada

Un nombre grandissant d'immigrants affluèrent au Canada. Notre économie et notre agriculture prospéraient. Un nombre grandissant de charrues sillonnaient de vastes champs de la nouvelle terre où les agriculteurs enfouissaient le grain doré du blé ukrainien. Cependant, le climat canadien n'est pas uniforme: ses variations ont créé des besoins différents qui rendent nécessaires des variétés différentes de blé. Ces variétés étaient créés en grand nombre aux fermes expérimentales, d'Ottawa à Vancouver.

Dans ce qui suit nous présentons la généalogie de ces nouvelles variétés toutes alimentées par le sang génétique du blé Halychanka (Red Fife).

Acadia
Diagramme montrant que la variété Marquis a été croisée avec la variété Kanred (Université du Minnesota, 1918), ce qui a donné la variété Canus, qui a elle-même été croisée avec RL¬729, ce qui a donné la variété Acadia.

Apex
Diagramme montrant que la variété Marquis a été croisée avec le résultat d'un croisement double de la variété H44-24. La population F1 issue de ce croisement a été croisée avec Marquis (Université de la Saskatchewan), ce qui a donné la variété Apex.

Bishop
Diagramme montrant que la variété Skorospilka (Ladoga) a été croisée avec la variété Gehun (Ferme expérimentale centrale, 1891), ce qui a donné la variété Bishop.

Bishop a été l'objet de recherches poussées depuis 1904, avec de très bons résultats, en particulier dans le Grand Nord. Il n'a pas été homologué comme une variété commerciale parce que son grain était blanc.

Canus
Diagramme montrant que la variété Marquis a été croisée avec la variété Kanred (Université du Minnesota, 1918), ce qui a donné la variété Canus. Canus a été sélectionnée en 1929 à l'Université de l'Alberta.

Cascade

La description de cette image suit.
Description - Ceres

Diagramme montrant qu'une sélection de la variété Marquis (qualité) a été croisée avec la variété Pacific Blue Stem. Les hybrides F1 ainsi obtenus ont été croisés avec la variété c26-59CD. La population F1 issue de cette combinaison a été croisée avec la variété ONAS trois fois de suite, ce qui a donné the la variété Cascade.

Développé par la division des céréales, Ferme expérimentale centrale, Ottawa, 1936

Ceres
Diagramme montrant que la variété Marquis a été croisée avec la variété Kota (North Dakota Experimental Station, 1918), ce qui a donné the la variété Ceres.

Ceres a été introduit au Canada à des fins de recherche à la Ferme expérimentale de Brandon au Manitoba, en 1924. Il a été homologué en 1928.

Il s'agit d'un blé de grande qualité, du niveau de Marquis, qui a acquis une popularité très rapide chez les agriculteurs du Manitoba jusqu'en 1935, date à laquelle il a été attaqué par une très grave rouille puis remplacé par des variétés plus résistantes à cette maladie.

Chinook
Diagramme montrant que le résultat du croisement Marquis×Lummilo a été croisé avec le résultat du croisement Marquis×Kanred ce qui a donné la variété Thatcher qui a elle-même été croisée avec la variété S-615-11 ce qui a donné la variété Chinook.

Coronation
Diagramme montrant que la variété Pentad a été croisée avec la variété Marquis, ce qui a donné la variété Coronation.

Un croisement fait par le Laboratoire fédéral de la sélection des céréales.

Une sélection faite par la Division des céréales, Ottawa enregistrés en 1943.

Early Red Fife

Sélection de Red Fife (réalisée à la Division des céréales à Ottawa en 1903)

Early Triumph mûrit trois jours avant Halychanka (Red Fife).

Early Triumph
Diagramme montrant que la variété Bobs a été croisée avec la variété Early Red Fife, ce qui a donné la variété Early Triumph.

Garnet

La description de cette image suit.
Description - Garnet

Diagramme montrant que la variété Skorospilka (Ladoga) a été croisée avec la variété Red Fife, ce qui a donné la variété Preston, qui est devenue la variété Prestona. Le diagramme montre aussi que la variété Skorospilka (Onega) a été croisée avec la variété Gehun, ce qui a donné la variété Riga, qui est devenue la variété Riga M. Prestona a été croisée avec Riga M, ce qui a donné la variété Garnet.

Un croisement fait par C.E. Saunders Ferme expérimentale, Ottawa, 1905.

Huron and Percy
Diagramme montrant que la variété White Fife a été croisée avec la variété Skorospilka (Ladoga), ce qui a donné les variétés Huron et Percy (Ottawa, 1888).

Kitchener

Sélection de Marquis réalisée par Seager Wheeler, à Rosthern, en Saskatchewan, en 1911.

Lake
Diagramme montrant que la variété Regent a été croisée avec la variété Canus, ce qui a donné la variété Lake.

Pioneer, Preston, Stanley et Garnet

La description de cette image suit.
Description - Pioneer, Preston, Stanley et Garnet

Diagramme montrant que la variété Skorospilka (Ladoga) a été croisée avec la variété Red Fife (Ottawa, 1903), ce qui a donné les variétés Stanley et Preston. Par la suite, la variété Riga a été croisée avec la variété Preston, ce qui a donné les variétés Pioneer et Garnet.

Prelude

La description de cette image suit.
Description - Prelude

Diagramme montrant que la variété Skorospilka (Ladoga) a été croisée avec la variété White Fife (Ottawa, 1888), ce qui a donné la variété Alpha. Par la suite, la variété Alpha a été croisée avec la variété Hard Red Calcutta (1891) ce qui a donné la variété Fraser. Par la suite, la variété Fraser a été croisée avec la variété Downy Gehun ce qui a donné la variété Prelude.

Prospector

La description de cette image suit.
Description - Prospector

Diagramme montrant que la variété Spiti Valey a été croisée avec la variété Red Fife, ce qui a donné la variété Rideau, elle-même croisée avec la variété Red Fife, ce qui a donné la variété Prospect. Le diagramme montre aussi que la variété Gehun a été croisée avec la variété Skorospilka (Onega), ce qui a donné la variété Harold Pubescent, qui est devenue la variété Prospect. Ces deux variétés Prospect ont été croisées ensemble, ce qui a donné la variété Prospector.

Cet hybride (Prospector) était au début appelé Ottawa 444.

Épi sans barbe, grain rouge, de dureté moyenne; tige peu résistante. La qualité boulangère et la couleur de la farine sont très bonnes. (30, page 8 -9).

Les opinions divergent quelque peu dans la littérature sur l'origine de la variété Renfrew. D'après le Handbook of Canadian Cereal Varieties, il s'agirait d'une sélection de Marquis. Un autre auteur ne partage pas cet avis (31, page 10): « L'histoire de la variété Renfrew n'est pas connue avec précision, mais on pense qu'elle descend d'un croisement entre Marquis et Red Fife. »

Redman
Diagramme montrant que la variété Regent a été croisée avec la variété Canus (Winnipeg, 1934), ce qui a donné la variété Redman.

Regent and Renown
Diagramme montrant que la variété R-44 a été croisée avec la variété Reward (Winnipeg, 1926), ce qui a donné les variétés Regent et Renown.

Le premier (Regent) était encore cultivé au Manitoba en 1953 (11 pour cent), le deuxième(Renown) en 1950 (3 pour cent).


Reliance
Diagramme montrant que la variété Kanred a été croisée avec la variété Marquis, ce qui a donné la variété Reliance.

Enregistré au Canada en 1932. Plusieurs milliers d'acres en cultivation près de la frontière Alberta-Saskatchewan.

Croisement fait par le département d'agriculture des États-Unis en coopération avec les stations expérimentales de l'Oregon, la Californie, Montana, le Dakota du Nord et du Minnesota, 1917.

Reward

La description de cette image suit.
Description - Reward

Diagramme montrant que la variété Hard Red Calcutta a été croisée avec la variété Red Fife, ce qui a donné la variété Marquis. Le diagramme montre aussi que la variété Skorospilka (Ladoga) a été croisée avec la variété White Fife, ce qui a donné la variété Alpha, qui a elle-même été croisée avec Hard Red Calcutta, ce qui a donné la variété Fraser. Par la suite, Fraser a été croisée avec la variété Gehun, ce qui a donné la variété Prelude, qui a elle-même été croisée avec Marquis, ce qui a donné la variété Reward.

(30, page 9)

Saunders
Diagramme montrant que la variété C-26-447 a été croisée sept fois de suite avec la variété Thatcher, ce qui a donné la variété Saunders.

Selkirk
Diagramme montrant que la variété McMurachy a été croisée avec la variété Exchange et que la descendance de ce croisement a été croisée trois fois de suite avec la variété Redman (Winnipeg, 1939), ce qui a donné la variété Selkirk.

Type Io (Red Fife H)

Il s'agissait d'une sélection de Red Fife effectuée à la Ferme expérimentale centrale. Elle avait les mêmes qualités meunières et boulangères que Marquis mais mûrissait un peu plus tard.

White Fife

White Fife était une sélection de Red Fife effectuée à la Ferme expérimentale centrale en 1903.

White Russian

White Russian était une sélection de Red Fife réalisée à la Ferme expérimentale centrale en 1889. Cette sélection était cultivée à Indian Head en 1889. Elle diffère de Red Fife principalement en ce que sa tige est plus longue et son épi plus compact. Cette variété est aussi connue sous d'autres noms, comme Wellman Fife, et est peut-être la plus célèbre. (8, page 95) Elle est très rarement cultivée dans les Prairies, mais est plus fréquente au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard.

Gatineau
Diagramme montrant que la variété Red Fife a été croisée avec la variété Goose (Charles Saunders, Ottawa), ce qui a donné la variété Gatineau.

Il existe un doute énorme concernant l'origine de cette variété. Elle n'est pas bien définie dans la littérature. Par exemple, Clark (8, page 188) assimile la variété Goose à la variété ukrainienne Arnautka, alors qu'à la page 198, il dit qu'il s'agit d'un blé polonais (Triticum polonicum).

Ces deux variétés appartiennent au groupe des blés « durum », qui possède 28 chromosomes. La variété Red Fife cependant appartient à un groupe qui en possède 42. Rien n'est dit clairement sur la variété utilisée ici comme géniteur. De plus, les croisements entre deux groupes chromosomaux différents sont assez compliqués. Il n'existe aucun rapport analytique sur cet hybride. Une brève description de la variété Gatineau souligne que: « Elle combine de nombreuses bonnes qualités des deux géniteurs, bien qu'elle ne soit pas précoce, elle peut être utile dans une région sèche où la saison est assez longue. » (32, page 29)

Outlook
Diagramme montrant que la variété Red Fife a été croisée avec la variété Rideau, ce qui a donné la variété Outlook.

White Fife C

Cette sélection diffère très légèrement de la variété White Fife. Aux dires de tous, elle est pratiquement identique à Red Fife si ce n'est que le son est jaune.

D'autres variétés de blé ukrainien ont apporté une grosse contribution au développement de l'agriculture et de l'économie du Canada. Ce sont un blé dur (Triticum durum) et un blé d'hiver.

Le blé dur (Triticum durum)

Ce blé appartient au groupe des blés de printemps. Blé tétraploïde, le noyau de sa cellule renferme 28 chromosomes. Durum pousse mieux dans les régions de climat chaud et sec, est particulièrement résistant à la sécheresse et très résistant aux rouilles et aux charbons (charbon nu). Son grain est très dur (d'où son nom), pratiquement ambré et transparent, et de couleur blanche ou rouge selon la variété. En raison de sa grande richesse en gluten, sa farine est utilisée pour préparer divers types de pâtes, principalement des pâtes alimentaires, d'où son nom courant de blé à macaronis. Son grain est le plus dur de tous les grains de blé, porte toujours une très courte barbe et est allongé comme celui du riz. Il n'a acquis de l'importance que ces dernières années (1960).

Le blé dur réclame un temps chaud et sec durant la maturation. Dans les régions humides ou lorsqu'il mûrit sous un temps humide, ses feuilles sont attaquées par diverses maladies fongiques, et le grain emmagasine une trop grande quantité d'amidon, ce qui détériore considérablement sa qualité. Les pâtes alimentaires, les semoules et divers types de céréales sont fabriquées à partir du blé dur. Certaines variétés sont utilisables pour la production boulangère et d'autres pas.

Le sud de l'Ukraine jouit d'un climat excellent pour la culture du blé dur. En Europe occidentale, le blé dur d'Ukraine s'est toujours vendu au prix le plus élevé. Toutes les variétés commerciales de ce blé possèdent un épi à barbe, très compact.

Les variétés de blé dur ukrainien au Canada

En 1907, le rapport du céréaliste du Dominion présentait les résultats (page 220-221) d'expériences réalisées avec le blé dur à Ottawa où un certain nombre de variétés ukrainiennes ont été utilisées: Biloturka, Kubanka (numéro 5639), Goose, Harnivka et Yellow Harnivka. À propos de ces blés, Charles Saunders écrit: « Pour bien des raisons, il semble que Biloturka et Kubanka (numéro 5639) soient en fait une seule et même variété. Le pain fabriqué à partir de la farine de Kubanka et de Biloturka était d'excellente qualité, brillant, jaunâtre. Le pain dérivé des autres variétés était incontestablement de moins bonne qualité, les produits de Goose et de Harnivka étant aussi mauvais l'un que l'autre. »

Dans son rapport de 1908, il écrit: « Les variétés les plus prometteuses de blé de printemps (blé à macaroni) ont été moulues et cuites pour évaluer leur qualité boulangère... Les blés les plus forts de ces trois groupes étaient d'une résistance à peu près égale: par exemple, Kubanka, Red Fife et Turkey Red. De la même façon, les plus faibles l'étaient pratiquement au même degré. Chaque classe possède des variétés qui donnent des farines de tous les degrés de force. »

Dans le rapport de 1909 (page 211), il a réaffirmé que les variétés Kubanka et Biloturka étaient identiques et utilisables pour la préparation de pâtes alimentaires, de semoules et de céréales et qu'elles donnaient aussi un excellent pain d'un jaune éclatant.

Une autre publication jette la lumière sur l'origine des blés durs du continent nord-américain: « Kubanka et Pelissier sont des introductions directes d'Ukraine. » (33, page 294) Les auteurs ne décrivent pas la voie par laquelle ces blés sont arrivés sur le nouveau continent. Ils ont été probablement amenés par des paysans ukrainiens immigrants, ainsi que par des Ménnonites, qui se sont d'abord établis aux États-Unis où ils les ont cultivés. De là, ces blés se sont rendus au Canada.

La variété Kubanka, Ottawa 37 est une lignée pure, sélection de Kubanka arrivée ici en provenance des États-Unis (Washington, No 5639).

Une étude sur la variété Kubanka décrit ses caractères agronomiques en détail. Cette variété tient une très grande place dans le sud de la Saskatchewan. Elle s'adapte bien au sol et au climat secs comme en atteste sa culture aux États-Unis et au Canada. Ses barbes très développées et son système racinaire très fort lui permettent de résister facilement aux chaleurs extrêmes. Elle est également très résistante aux rouilles. Kubanka est excellent pour la fabrication des pâtes alimentaires et des semoules ainsi que pour la préparation du blé soufflé et de divers types de pâtisseries. Il affiche les meilleures qualités meunières de tous les blés durs.(34, pages 1-7)

Le blé d'hiver

Le Canada cultive moins de blé d'hiver que de blé de printemps. La première récolte commerciale de blé d'hiver dur au Canada a eu lieu en 1902 et provenait de Spring Coulee, une ferme de l'Alberta appartenant à E.E. Thompson, qui avait importé tout un wagon de Turkey Red (originaire du sud de l'Ukraine) et de variétés provenant du Nebraska. Le grain de Thompson a été multiplié largement pour la semence. Plus de 4 millions de boisseaux de blé d'hiver roux et dur ont été produits en Alberta en 1908; ils provenaient tous de ce wagon.

En 1907, la Station expérimentale de Lethbridge qui était vouée aux recherches sur le blé d'hiver, importa plusieurs boisseaux de chacune des principales variétés de blé d'hiver du collège d'agriculture de l'État du Kansas. L'une de ces variétés s'appelait Kharkiv. Elle s'est très bien adaptée et est devenue la plus importante variété cultivée dans le district. Les superficies sous blé d'hiver se sont étendues très rapidement. En 1911, plus de 300 000 acres avaient été ensemencées avec ce blé. Le sud de l'Alberta était la plus grande zone productrice de blé d'hiver des provinces des Prairies. Les meilleurs rendements s'obtenaient dans l'extrémité sud-ouest de la province, des contreforts des Rocheuses à environ 40 milles à l'est de Lethbridge et de la frontière du Montana à environ 60 milles au nord de Lethbridge. Les précipitations abondantes et la couverture neigeuse des parties occidentales de cette région assuraient la protection du blé d'hiver et lui ont peut-être permis de mieux réussir dans cette région que dans les parties orientales.

Dans le bulletin no 180 (page 2) du ministère de l'Agriculture, les auteurs notent l'origine du blé d'hiver Red Turkey: il s'agissait d'un blé ukrainien qui avait été cultivé en Crimée et qui avait été dénommé Krymka. Cette variété appartenait au groupe des blés d'hiver durs de Crimée ou Krymki [pluriel ukrainien de Krymka]. À mesure que la culture du blé d'hiver Krymka se propageait au Canada, il a reçu divers noms: Alberta Red, Winter et Turkey Red.

Les blés désignés par ces noms étaient identiques à la variété ukrainienne appelée Kharkiv. Ce blé a été introduit aux États-Unis en provenance de la ville de Kharkiv en deux occasions distinctes en 1900 dans l'espoir qu'il pourrait résister davantage au gel. Dans le bulletin no 180 (page 3-4), la même variété de blé ukrainien est présentée sous le nom de Turkey Red, comme celle qui avait été amenée aux États-Unis en provenance de Kharkiv en 1900 et envoyée à Lethbridge par le collège de l'État du Kansas en 1907. La variété Kharkiv est donc la plus largement cultivée en Alberta. Pendant de nombreuses années, elle a été la variété la plus résistante au gel au Canada.

Le premier rapport annuel de la Ferme expérimentale de Lethbridge indique qu'Odessa, une variété ukrainienne de blé d'hiver tendre, y était également cultivée, notamment dans les districts de Cardston et de Pincher Creek pendant au moins 20 ans avant 1907. La culture du blé d'hiver a progressé régulièrement jusqu'en 1913, année à laquelle le grand fléau du piétin fit sa première apparition.

Yogo

La description de cette image suit.
Description - Yogo

Diagramme montrant que la variété Odessa a été croisée avec la variété Turkey (Minnesota, 1902), ce qui a donné la variété Minturkey. Minturkey a ensuite été croisée avec Bilohlyna, sélection issue en 1919 de la variété Turkey. Les hybrides F1 ainsi obtenus ont été croisés avec la variété Buffum (Kansas, 1919), ce qui a donné la variété Yogo.

Cette variété a été homologuée au Canada en 1948 sous le nom de Yogo K.A.N. 2502.

Yogo a été créé à la Ferme expérimentale de Manhattan, au Kansas. Au début, cette variété était cultivée dans des exploitations du Montana en automne 1932; cinq ans plus tard, elle a été introduite en Alberta où sa culture a été assez largement répandue. Ce blé est la principale variété cultivée dans le sud-est de la Saskatchewan.

Yogo résiste fortement à divers types de caries du blé et est très résistant au gel. De mouture facile, il produit de grandes quantités de farine de qualité, de couleur crème. On le différencie très facilement de Turkey Red par ses épillets épars et sa forme nouvelle.

Ce blé très producteur est issu intégralement du blé ukrainien (voir diagramme), bien qu'au cours de sa culture sur ce continent, des noms américains aient été attribués aux sélections dérivées et à leur hybrides.

Minhardi
Diagramme montrant que la variété Odessa a été croisée avec la variété Turkey, ce qui a donné la variété Minhardi.

Cette variété est une jumelle de Minturkey, car elles proviennent toutes deux des mêmes géniteurs bien que d'une sélection différente. L'une des sélections issue d'un croisement de deux blés ukrainiens a reçu le numéro technique Min. No. 1505 puis a été appelée Minhardi en 1920. L'autre sélection, Min. No. 1507, avait déjà été nommée Minturkey en 1919. La variété Minhardi est de tous les blés cultivés sur la zone continentale des États-Unis la plus résistante au gel.

Un rapport de 1945 indique que 20 variétés différentes de blé d'hiver étaient semées à sept stations expérimentales affiliées à la Ferme expérimentale de Lethbridge. Au moins 90 pour cent de toutes les variétés ont survécu aux stations de Whitla, Foremost, Pincher Creek et Claresholm. À Craigmyle et Drumheller, les deux lignées de la variété Kharkiv ont survécu intégralement, tout comme 90 pour cent des variétés Yogo et Minhardi; les autres ont survécu à des taux variant de 0 à 90 pour cent. Dans les tests réalisés à Acadia Valley, toutes les variétés ont été complètement détruites par le gel.

Dawbul
Diagramme montrant que la variété Dawson Golden Chaff a été croisée avec la variété Bulgaria ce qui a donné la variété Dawbul Can 2489. (Collège d'agriculture, Ontario)

On ne dispose d'aucune donnée sur l'origine de la variété Dawson Golden Chaff. Je présume qu'elle aussi peut avoir été une variété ukrainienne dont l'origine et le véritable nom se sont perdus. Le géniteur appelé Bulgarian est la variété de blé d'hiver de Crimée qui y a été amenée en provenance d'Ukraine.

Fairfield

La description de cette image suit.
Description - Fairfield

Diagramme montrant que la variété Crimean, qui est devenue la variété Malakof, a été croisée avec la variété Michigan Amber, ce qui a donné la variété Purkof, qui a elle-même été croisée avec la variété Fulhio (Université Purdue, Indiana, 1926), ce qui a donné la variété Fairfield Can 2787. Cette dernière a été enregistrée au Canada en 1926.

Fairfield pousse dans les parties sud-ouest de l'Ontario. L'un de ses parents est Malakof, une sélection de la variété ukrainienne Krymka.

Fulhio est une sélection de la variété Fultz qui elle-même est issue de la variété Lancaster. Lancaster est identique à la variété méditerranéenne très répandue qui provient d'Ukraine. Les changements de noms ont suscité beaucoup de confusion. À mon avis, ces blés étaient tous d'origine ukrainienne à en juger par leur grande qualité.

Variété O.A.S. 104 CAN 2392

D'après des publications du ministère de l'Agriculture, les origines de cette variété sont aussi inconnues que celles de Dawbul. Cependant, la description et la morphologie de l'épi indiquent des différences: la variété O.A.S. est dotée d'une racème blanche et l'épi, à en juger par la photographie, a une pointe très effilée.

Kharkiv M.S. 22 est une des principales variétés de blé d'hiver roux dur du sud de l'Alberta. (35, page 114)

Rideau
Diagramme montrant que la variété Kharkiv 22 MC a été croisée avec la variété Dawson's Golden Chaff (Ottawa, 1932), ce qui a donné la variété la variété Rideau.

Cette variété est incontestablement plus résistante au froid que Dawson. Elle est cultivée dans l'est de l'Ontario depuis 1941.

La variété RIDIT CAN 2404 provient du croisement suivant :

Ridit
Diagramme montrant que la variété Turkey a été croisée avec la variété Florence (Pullman, Washington, 1915), ce qui a donné la variété Ridit.

Homologuée au Canada en 1938, elle est cultivée dans la vallée de l'Okanagan de la Colombie-Britannique.

Wasach

La description de cette image suit.
Description - Wasach

Diagramme montrant que la variété Hussar a été croisée avec la variété Turkey (sélection effectuée en 1926), ce qui a donné la variété Relief, qui a elle-même été croisée avec la variété Ridit (Utah Experimental Agricultural Station, 1928), ce qui a donné la variété Wasach.

Cette variété est résistante à la carie naine. Conçue pour la région du nord de l'Okanagan, en Colombie-Britannique, il s'agit d'un blé d'hiver roux dur.

Les croisements du blé d'hiver

Les blés d'hiver du Canada n'ont pas servi autant à la mise au point de nouvelles variétés que les blés de printemps. Les croisements du blé d'hiver sont rarement mentionnés dans les rapports annuels de la Ferme expérimentale centrale, et ils ne figurent guère dans tous les rapports annuels de la Ferme expérimentale des Prairies. De la sorte, il semble donc que le Canada ait été tout à fait satisfait des anciennes variétés ukrainiennes et qu'à un certain moment, il ait introduit des variétés des États-Unis. Il s'agissait d'hybrides ukrainiens sélectionnés par des stations expérimentales américaines où ils étaient produits pour répondre aux besoins engendrés par la plus grande diversité climatique des États-Unis et par les intérêts professionnels des obtenteurs américains.

Comparaison entre les rendements des blés d'hiver et de printemps

Les rendements des blés d'hiver et de printemps dépendent, dans une large mesure, du moment où tombe la pluie au printemps et au début de l'été. Les sécheresses les plus critiques surviennent à la fin de juin et au début de juillet. Le blé d'hiver pousse plus rapidement que le blé de printemps en période sèche. De la sorte, il souffre moins des dommages et atteint des rendements moyens quelque peu plus élevés pendant de nombreuses années.

À la Ferme expérimentale de Lethbridge, pendant une période de 18 ans (de 1929 à 1946 inclusivement), le blé d'hiver Kharkiv a eu un rendement moyen de 19,7 boisseaux/acre comparativement à 18,1 boisseaux/acre pour le blé de printemps Marquis (Bulletin No 180. page 11).

Les rendements des différents blés d'hiver cultivés dans le sud de l'Alberta présentent très peu de variations. Des essais de rendement effectués dans les champs secs de la Ferme expérimentale de Lethbridge pendant une période de six ans (1940 à 1946) ont abouti aux rendements moyens suivants avec quatre variétés largement utilisées :

  • Kharkiv M.C. 22 .......... 35,3 boisseaux/acre
  • Kharkiv (une lignée de Lethbridge) ......... 35,0 " "
  • Yogo .......... 35,0 " "
  • Jones Fife .......... 33,6 " "

(Bulletin No 180, page 11)

Kent

La description de cette image suit.
Description - Kent

Diagramme montrant que la variété Yaroslav Emmer a été croisée avec la variété Marquis, ce qui a donné la variété Hope, qui a elle-même été croisée avec la variété Hussar (variété très similaire à Turkey). La population F1 issue de ce croisement a été croisée avec la variété Dawson, ce qui a donné la variété Kent. Le diagramme montre aussi que la variété Caldwell10 a été croisée avec la variété Dawson's Golden Chaff, ce qui a aussi donné la variété Kent.

No 295 cultivé au ministère de l'Agriculture, Ontario, Canada

Richmond

La description de cette image suit.
Description - Richmond

Diagramme montrant que la variété Fire a été croisée avec la variété White Naples. La population F1issue de ce croisement a été rétrocroisée avec White Naples, et la population F1 hybride ainsi obtenue a été croisée avec une population F1 issue d'un croisement entre Fife et Eden. Cette combinaison a donné la variété Florence, qui a été croisée avec la variété Turkey, ce qui a donné la variété Ridit. Par la suite, Ridit a été croisée deux fois de suite avec la variété Dawson (Cereal Crops Division, Ottawa), ce qui a donné la variété Richmond.

Richmond est supérieur aux trois principales variétés (Genessee, Dawbul et Cornell 595) en raison de sa résistance au froid et du fait qu'il produit une farine de blé tendre d'assez bonne qualité. Il affiche un haut rendement et, s'il est sensible au charbon nu, il résiste à la carie du blé.

La variété Kent est dotée des attributs héréditaires du blé de printemps ukrainien Halychanka et d'un blé d'hiver ukrainien provenant des parties orientales de l'Ukraine. Aussi, combine-t-elle les caractères de deux régions géographiques très distantes d'Ukraine ainsi que ceux des blés d'hiver et de printemps. Kent a été le dernier blé d'hiver mis au commerce pour la culture et est décrit dans le Bulletin No 295 a de 1958.

La culture du blé d'hiver dans l'ouest du Canada était toujours un projet hasardeux en raison des risques de gel -- à la fin de l'automne avant la première neige, au cours de l'hiver si la couverture neigeuse avait fondu ou, la pire situation de toutes, au printemps après le dégel et alors que les plants ont déjà germé. Pour ces raisons, les blés d'hiver ont été cultivés en très petites quantités dans peu de régions par de très rares agriculteurs.(7, page 42) Il est peut-être malheureux que les obtenteurs n'aient pas tiré profit du rude climat du Canada pour mettre au point le blé d'hiver le plus résistant au gel du monde. Le blé d'hiver a toujours eu une moins grande importance au Canada, cependant, parce que nos variétés de printemps donnent des récoltes suffisamment abondantes.

Le gel et la rouille sont les deux grands ennemis du blé. Ils peuvent détruire une récolte entière ou altérer gravement ses qualités meunières et boulangères. La rouille était plus courante sous les climats humides du Manitoba et de l'est de la Saskatchewan, alors que le gel frappait principalement les districts plus au nord. Pour réduire l'ampleur de ces dangers, qui souvent frappaient la culture près de la fin de la campagne de végétation, il fallait sélectionner des variétés précoces. Jusque là, seulement deux variétés, Red Fife et Marquis, satisfaisaient à ces exigences tout en combinant rendement élevé et excellente qualité. De nombreuses autres variétés ont été testées, certaines avec grand succès, mais aucune ne présentait la qualité de la variété Halychanka (Red Fife) ni de son descendant Marquis.

Modes de sélection des nouvelles variétés

Les sélectionneurs de la Ferme expérimentale centrale se procuraient des échantillons de nombreuses variétés différentes de blé du monde entier. Il est intéressant d'examiner, à travers les rapports du céréaliste du Dominion, l'ensemble du programme de croisements pour trouver les variétés qui servaient à la sélection d'autres qui pourraient satisfaire aux nouvelles exigences agronomiques.

Par exemple, le rapport de 1926 fait état des croisements suivants (page 4):

  • REWARD X QUALITY BARLETTA X MARQUIS
  • 428 B X REWARD CERES X MARQUIS
  • GARNET X REWARD MARKILLO X EARLY RED FIFE
  • GARNET X 482 B AURORE X MARQUIS
  • GARNET X AURORE SUPREME X REWARD
  • SUPREME X GARNET CERES X GARNET
  • SUPREME X QUALITY A BARLETTA X SUPREME
  • GARNET X EARLY RED FIFE MARKILLO X REWARD
  • GARNET X RENFREW CERES X RENFREW

Les 18 croisements précédents sont manifestement issus du blé Halychanka (Red Fife). Diverses combinaisons ont été effectuées afin de doter par sélection les futures variétés de blé des meilleurs caractères possibles. Ce recours constant aux variétés d'origine ukrainienne pour les croisements souligne une nouvelle fois leur valeur.

La variété Garnet entre dans sept de ces combinaisons. Elle mûrit cinq jours plus tôt que Marquis, selon l'endroit de sa culture, et est particulièrement adaptée aux régions où le gel hâtif n'autorise la culture ni de Marquis ni de Red Fife.

Dans le rapport de 1927, nous notons le tableau suivant:

Croisements prometteurs actuellement testés

  • CERES X REWARD MARKILLO X 928002-35
  • CERES X 928002-35 MARQUIS X GARNET
  • CERES X 929 B MARQUIS X 929 B
  • GARNET X 928002-35 SUPREME X REWARD
  • GARNET X 929 B SUPREME X 928002-35
  • HARD FEDERATION X REWARD SUPREME X 929 B
  • HARD FEDERATION X 928002-35

Ces croisements ont été réalisés pour mettre au point une variété de blé de haut rendement, doté d'une bonne qualité boulangère et d'une forte résistance à diverses maladies végétales.

Voici les croisements rapportés en 1928 (page 6):

  • EARLY TRIUMPH X REWARD MARQUIS X GARNET
  • HOPE X EARLY TRIUMPH MARQUIS X REWARD
  • HOPE X REWARD HARD FEDERATION X 928002-35
  • CERES X REWARD HARD FEDERATION X REWARD
  • CERES X 928002-35 SUPREME X REWARD
  • GARNET X REWARD 27-1556 X MARKILLO
  • 26-1542 X REWARD MARKILLO - 26-15 X 928002-35

Blé d'hiver

  • KHARKIV Mc22 X DAWSON'S GOLDEN CHAFF
  • KANRED X DAWSON'S GOLDEN CHAFF

À mon avis, les variétés de blé de printemps figurant dans ces trois rapports sont simplement des blés ukrainiens portant des noms non ukrainiens. Leurs caractères héréditaires associent les hauts rendements à d'excellentes qualités meunières et boulangères.

Parmi les autres variétés dignes de mention, soulignons la génération produite par croisement de Marquis et de Garnet et aussi d'autres croisements de Reward et Garnet.

Le rapport de 1929 fait état d'un plus grand nombre de croisements (des croisements réciproques ont aussi été réalisés) à la page 12:

  • EARLY TRIUMPH X REWARD HOPE X REWARD
  • HOPE X 928 Z REWARD X 928 Z
  • REWARD X 928 Z EARLY TRIUMPH X 928 Z
  • HOPE X EARLY TRIUMPH SUPREME X 928 Z

Ce rapport poursuit un peu plus loin: « Un grand nombre de sélections issues de ces croisements réalisées en 1924 sont cultivés dans des essais en plein champ. Parmi eux, on note plusieurs combinaisons du croisement Marquis X Garnet, qui combine les attributs souhaités de la précocité de Garnet et certains caractères de Marquis. Certains des attributs de ces sélections, la détermination de celles qu'il faut choisir et aussi du mode et du moment de leur culture à l'échelle commerciale font l'objet d'études par nos fermes expérimentales de Scott et de Rosthern en Saskatchewan. L'information qui y est recueillie sur certaines lignées est très gratifiante et pleine de promesses. »

Un autre groupe de sélections qui se révélaient très prometteuses provenait des croisements suivants:

  • GARNET X MARQUIS - IUMILLO II-59
  • MARQUIS X MARQUIS - IUMILLO II-59
  • MARQUIS X IUMILLO II-59 X REWARD

De plus, un autre groupe de sélections prometteuses a été dérivé des croisements suivants:

  • REWARD X GARNET 22-17 482 B X REWARD
  • SUPREME X REWARD 482 B X GARNET
  • SUPREME X GARNET 22-17

La liste précédente comporte certaines sélections très intéressantes, précoces -- issues principalement de 482 B, la variété la plus précoce encore cultivée à Ottawa. Elle découlait du croisement suivant effectué plusieurs années avant:

  • YELLOW FIFE X POLTAVKA (ONEGA X GEHUN)

Le parent dénommé 482 B est très précieux. À mon avis, il s'agit en fait d'une variété ukrainienne locale dotée du caractère héréditaire de la très grande précocité que le chercheur a tenté de transférer par des croisements à un nouvel hybride qui serait adapté au climat canadien.

Les essais avec les nouvelles variétés de blé qui descendaient des croisements du blé Halychanka (Red Fife) se sont graduellement intensifiés. Afin de déterminer la qualité boulangère de la farine, un nouveau laboratoire, doté de l'équipement le plus moderne, a été érigé en 1929. Quelque 600 échantillons de variétés différentes de blé y ont été étudiés et analysés.

Les résultats d'examens et d'analyses comparatifs additionnels de Marquis, Garnet et Reward ont été obtenus du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta et étudiés sérieusement. Par exemple, de nombreuses nouvelles lignées résistantes à la rouille descendaient des combinaisons hybrides suivantes:

  • PENTAD X MARQUIS H-44-24 X MARQUIS
  • H-44-24 X REWARD DOUBLE CROSS X CERES

Elles ont été envoyées au laboratoire sur les rouilles du Dominion à Winnipeg pour déterminer leur résistance à cette maladie. Certains des blés de ces échantillons affichaient également d'excellentes qualités boulangères.

Un grand nombre de sélections issues des quatre croisements suivants réalisés à Brandon, au Manitoba, ont été éprouvés à la même ferme expérimentale. Les trois premières combinaisons ont résulté en des variétés dotées d'excellentes qualités meunières et boulangères.

  • CERES X REWARD 1656 X REWARD
  • REWARD X HOPE REWARD X MARQUILLO

Évaluation des variétés et des sélections

La création de nouvelles variétés de blé ou d'autres grains est relativement facile si elle s'étale sur une longue période. Par contre, la vérification et la détermination de la valeur agricole d'une variété de grain nouvellement produite est assez difficile. La nouvelle variété doit être étudiée pendant au moins trois ans, sous divers climats locaux et sur différents sols. Les procédés techniques sont aussi complexes, car ils supposent des méthodes appropriées et un personnel qualifié. En général, il faut plusieurs années et l'exercice par le chercheur d'un sens d'observation très développé, d'une grande curiosité et de beaucoup de persévérance avant qu'une nouvelle variété ne soit homologuée pour la culture générale. De nouveaux problèmes peuvent surgir ou de nouvelles plantes dotées de caractères précieux peuvent être découvertes et sélectionnées pour générer de nouveaux croisements.

De nombreux essais ont montré que les blés ukrainiens d'origine étaient munis d'un précieux bagage génétique. Au cours des nombreuses années de recherche au Canada, ces blés, ainsi que les hybrides dérivés, ont servi de source dans la production de variétés plus récentes et meilleures de blé canadien. À mon avis, le succès de la sélection de ces nouvelles variétés par le système des fermes expérimentales repose sur le blé Halychanka (Red Fife) et sur ses innombrables générations de croisements dérivés. Ce fait est reconnu, en passant, dans le rapport sur 1930 à 1933 (page 10-11):

...« la variété de blé Red Fife, la variété standard au Canada, est très bien connue et mérite plus qu'une simple référence en passant.

« Dans la recherche de variétés précoces « parfaites », des croisements ont été réalisés non seulement entre GARNET X REWARD, mais aussi entre REWARD X BOBS, REWARD X CERES, REWARD X SUPREME, MARQUIS X GARNET, CROWN X PRELUDE, etc. Plusieurs croisements semblables ainsi qu'un certain nombre de sélections issues de Reward feront l'objet de la recherche qui sera réalisée en 1934 aux fermes expérimentales de Scott, Lacombe et Beaverlodge. »

Dans le rapport de 1934-1937, on peut lire : « Bon nombre des croisements signalés dans des rapports antérieurs ont été éprouvés et mis de côté pour diverses raisons; cependant certains, qui remplissent les conditions souhaitées, ont été conservés. Parmi eux, les croisements suivants, présentés sous la forme de générations ultérieures, font l'objet d'enquête:

  • EARLY RED FIFE X REWARD pour la précocité et le rendement -- 3 lignées;
  • MARQUIS X GARNET pour la précocité, le rendement, la qualité et la résistance à la carie -- 2 lignées;
  • 482 B X REWARD pour la précocité extraordinaire et la qualité -- 9 lignées;
  • REWARD X GARNET pour la précocité et la qualité du rendement -- 5 lignées;
  • BOBS X PRELUDE pour la précocité et le rendement -- 1 lignée.

« En plus, de nombreux croisements ont été faits les années suivantes, notamment

  • PRELUDE X CANUS pour la précocité et le rendement;
  • REWARD X (GARNET X QUALITY) pour la qualité, le rendement et la précocité;
  • REWARD X (ALASKA X REWARD) pour la précocité et la qualité;
  • KANUS X REWARD pour le rendement et la précocité. »

Les meilleurs blés précoces ont été étudiés chaque année par le « groupe spécial du blé précoce » à Ottawa; à Swift Current, Indian Head, Melfort et Scott en Saskatchewan; à Lacombe et Beaverlodge en Alberta et à la Ferme expérimentale de Vermilion du Collège d'agriculture d'Edmonton.

Les variétés de blé tendre

La Division des céréales, à Ottawa, a mis sur pied un programme de recherche pour s'attaquer à un nouveau problème en sélection des blés tendres pour la fabrication de gâteaux et de pâtisseries. Ces variétés sont pauvres en protéines (environ 9 à 10 pour cent); les meilleures ont un grain tendre, amidonneux et de couleur blanche principalement. Pour la plupart, les caractères agronomiques des variétés tendres typiques les rendent inaptes à la culture sous le climat canadien. Après de nombreux longs essais cependant, un certain nombre de variétés dotées des caractères recherchés ont été produites. Elles ont servi de géniteurs dans des croisements avec certaines des meilleures variétés. Elles sont énumérées dans le rapport sur 1934 à 1937 (page 23):

  • ONAS X QUALITY A
  • PACIFIC BLUESTEM X QUALITY A
  • QUALITY X PENNY
  • QUALITY X PILCROWN 4A
  • DAWSON'S GOLDEN CHAFF X QUALITY A
  • FLORENCE X QUALITY A
  • FORD X QUALITY A

La sélection de ces blés tendres pour la résistance à la rouille a fait appel principalement à l'un des meilleurs hybrides de Hope et Reward, de Brandon.

Les variétés résistant à la rouille

Bien que le programme de sélection du blé de printemps ait été, en gros, concentré au laboratoire sur les rouilles de Winnipeg, une partie des recherches a été conduite à la Ferme expérimentale d'Ottawa afin de sélectionner des variétés résistantes à la rouille dans les conditions de l'est du Canada. Les croisements suivants ont été réalisés à cette fin comme l'indique le rapport de la période de 1934 à 1937 (page 24):

  • CANUS X RL 729 CANUS X C-26-44.5
  • CANUS X C-26-59.2H CANUS X 19-975-D2
  • CANUS est une sélection réalisée à l'université de l'Alberta en 1918 à partir du croisement MARQUIS X KANRED.

Les variétés résistant à la carie, à la sécheresse et à la mouche de Hesse

En vue de la sélection pour la résistance à la carie (elle donne une odeur de poisson pourri), des croisements ont été réalisés à partir de variétés résistantes. Les variétés Martin et Reward ont servi à la première série de croisements. Dans ce groupe (d'après le rapport pour 1934-1937), 17 lignées ont été éprouvées. La plupart étaient aussi précoces que Reward mais également résistantes à la carie.

Une autre série de croisements a engagé sept lignées très intéressantes en ce qu'elles provenaient de croisements réalisés en 1926 entre Garnet et Reward. Elles étaient non seulement résistantes à la carie et aussi précoces que Reward, mais dans deux cas, elles atteignaient aussi un plus haut rendement.

Les essais réalisés avec divers types et variétés de blé pendant de nombreuses années ont révélé que certaines variétés peuvent mieux résister à la sécheresse que d'autres. Ces variétés dites « résistantes à la sécheresse » surpassent d'autres non seulement en rendement mais aussi en taille. La taille de la paille est un facteur très important dans l'ouest du Canada, en particulier durant les années de sécheresse: les plus longues pailles peuvent être récoltées à l'aide d'une moissonneuse-batteuse qui coupe les épis au-dessus des mauvaises herbes souvent nombreuses, de sorte que le grain n'est pas contaminé par des déchets. La popularité du blé dur (durum) dans les régions sèches a contribué au développement de blé à pailles plus longues. Une série de croisements pour la sélection en vue de l'obtention de ces variétés à haut rendement, résistant à la sécheresse, ont eu lieu à la Ferme expérimentale à Ottawa avec la collaboration de l'Université de l'Alberta.

Dans certains districts de l'ouest du Canada, la culture du blé a été lourdement endommagée par la mouche de Hesse (Mayetiola destructor). Ce ravageur attaque moins le blé dur que le blé ordinaire. Un programme de sélection pour la résistance à la mouche de Hesse a été mis sur pied à la Ferme expérimentale de Swift Current.

Les hybrides expédiés aux fermes expérimentales

Une partie des nombreux croisements réalisés à la Ferme expérimentale à Ottawa a été envoyée pour être éprouvée davantage aux fermes expérimentales de Morden, au Manitoba; de Swift Current, en Saskatchewan et d'ailleurs. Des hybrides ont été tirés de croisements entre les variétés suivantes (rapport pour 1934 à 1937, page 25):

  • R.L. 729 X REWARD X REWARD
  • (RELIANCE X 21-1001 A 28-2 X 21-1001 A 28-2
  • CANUS X C-26 44.7
  • (RELIANCE X R.L. 729 ) X RELIANCE
  • R.L. 729 X RELIANCE
  • M.S. 9727 X R.L. 729
  • CANUS X REWARD

La sécheresse de 1937 a permis aux familles et aux lignées résistantes d'exprimer leurs caractères sur une très grande échelle.

Pour créer des variétés précoces destinées à diverses régions, les croisements suivants ont été produits entre des variétés précoces:

À Beaverlodge, en Alberta

  • 482 B X REWARD SUPREME X REWARD
  • SUPREME X 928002-35 (428 B X GARNET) X REWARD
  • REWARD X EARLY TRIUMPH F8
  • REWARD X (QUALITY A X REWARD) F5
  • CANUS X 59.2H F3

À Indian Head, en Saskatchewan

  • (SUPREME X REWARD) X REWARD
  • EARLY TRIUMPH X 928Z F8
  • REWARD X (GARNET X QUALITY) F5
  • REWARD X (QUALITY X REWARD) F5
  • CANUS X 59.2H F3

À Lennoxville, au Québec

  • CANUS X 59.2H F3
  • PRELUDE X CANUS F3
  • (RELIANCE X 21-1001 A 28-2) X 21-1001 A 28-2 F3
  • (RELIANCE X R.L. 729) X RELIANCE F5

À Nappan, en Nouvelle-Écosse

  • R.L. 729 X RELIANCE en F6
  • R.L. 729 X REWARD en F5

À partir des noms et des numéros précédents, il est impossible de déterminer le type de la variété et ses origines. Certains noms de variétés y paraissent, et la généalogie a déjà été établie antérieurement: cependant, ce sont les numéros des croisements qui sont nouveaux ici. À la fin, le rapport de 1934-1937 présente la généalogie de ces variétés numérotées comme suit:

  • R.L. 729 = MARQUIS X
  • M.S. 9727 = MARQUIS
  • CANUS = MARQUIS X KANRED
  • RELIANCE = MARQUIS X KANRED
  • 21 - 1001 = REWARD X EARLY RED FIFE
  • C-26-59.2H = REWARD X HOPE
  • 975 D = BOBS X PRELUDE
  • 482 B = (SKOROSPILKA) (ONEGA - GEHUN) X YELLOW FIFE
  • 928 L = MARQUIS X PRELUDE
  • R.L. 704 = H-44-24 X MARQUIS

Les lettres « R.L. » précédant le numéro identifient le laboratoire des rouilles de Winnipeg.

Pour faciliter la tenue des registres, les obtenteurs n'utilisent habituellement pas intégralement le nom des parents, mais assignent un numéro au nouveau croisement. Ces numéros sont une sorte de clé que chaque obtenteur consigne dans un cahier. Dans la littérature canadienne, ces numéros ont été inscrits avec assez de précision de sorte qu'ils peuvent être comparés au besoin.

Les rapports et les publications sur l'histoire de la sélection du blé au Canada renferment des renseignements sur des milliers de croisements différents dont sont issus des milliers de plants sélectionnés très précieux. Comme nous l'avons dit antérieurement, la sélection portait principalement sur le haut rendement, la précocité et les qualités meunières et boulangères. Pratiquement rien n'a été conservé des milliers de croisements dont les qualités étaient déficientes. Seuls les meilleurs ont été gardés.

Ayant retrouvé les ancêtres de ces hybrides, je peux affirmer qu'il n'existe pas une de ces variétés sélectionnées de ces croisements qui ne proviennent de la variété ukrainienne Halychanka (Red Fife).

Les rapports annuels décrivent les travaux de sélection réalisés. La moindre analyse sur les meilleures variétés ou les croisements qui en découlent confirme qu'ils descendent d'ancêtres issus du blé ukrainien Halychanka (Red Fife). Une liste subséquente de certains de ces hybrides mentionnés précédemment est publiée dans le rapport pour 1938-1948 (page 13, tableau 3) Toutes les variétés énumérées dans ce rapport sont nées du blé ukrainien Halychanka (Red Fife) également. À ces variétés, il faut ajouter celles qui ont été sélectionnées à partir de ce blé aux États-Unis.

Canus
Diagramme montrant que la variété Marquis a été croisée avec la variété Kanred (Université du Minnesota, 1918), ce qui a donné la variété Canus. Canus a été sélectionnée en 1929 à l'University de l'Alberta.

Lee
Diagramme montrant que la variété Hope a été croisée avec la variété Timestein (University of Minnesota, 1939), ce qui a donné la variété Lee.

Reliance
Diagramme montrant que la variété Kanred a été croisée avec la variété Marquis, ce qui a donné la variété Reliance.

Croisement fait par le département d'agriculture des États-Unis en coopération avec les stations expérimentales de l'Oregon, la Californie, Montana, le Dakota du Nord et du Minnesota, 1917.

Il existe des divergences sur l'origine de la variété Reliance entre le Manuel et Newman (42) qui soutient qu'elle provient d'un croisement Marquis X Kanred (page 4).

Thatcher

La description de cette image suit.
Description - Thatcher

Diagramme montrant que la population hybride F1 issue d'un croisement entre Marquis et Lumillo a été croisée avec la population hybride F1 issue d'un croisement entre Marquis et Kanred (suivi de trois rétrocroisement avec Kanred), ce qui a donné la variété Thatcher (Minnesota, 1921).

La variété THATCHER résiste à la plupart des formes de septoriose en plein champ, mais est sensible au charbon couvert et à la rouille des feuilles du blé. Elle est très résistante au charbon nu du blé.

L'amélioration du blé d'hiver

Comme il a été souligné antérieurement, la culture du blé d'hiver au Canada était concentrée principalement en Ontario, bien qu'ultérieurement elle se soit étendue sur une vaste superficie en Alberta et au sud-ouest de la Saskatchewan (rapport d'étape du céréaliste du Dominion pour 1938-1948, page 16).

Le blé d'hiver était aussi planté en Colombie-Britannique, au Québec et en Nouvelle-Écosse dans de très petites régions concentrées. Les cultivateurs de l'Alberta produisaient du Kharkiv et du Yogo, les meilleures variétés qui y étaient connues, alors que Yogo était aussi cultivé en Saskatchewan.

Les superficies cultivées en Ontario se sont établies entre 546 100 acres en 1946 et 858 500 acres en 1948, avec une moyenne d'environ 700 000 acres pour la période de 1938 à 1948. Le rendement à l'acre a varié de 22 boisseaux en 1943 à 33,3 boisseaux en 1944, avec une moyenne pour l'ensemble de la période de 28,3 boisseaux à l'acre. Le rendement annuel moyen s'est chiffré à environ 20 millions de boisseaux dont quelque 6 millions ont servi à la production de farine à gâteau.

Productivité du blé d'hiver dans l'est de l'Ontario en 1938-1940

  • RIDEAU 39,9 boisseaux par acre
  • DAWSON GOLDEN CHAFF 38,1 " "
  • KHARKIV 31,8 " "

L'un des premiers objectifs du programme de sélection du blé d'hiver à Ottawa était de produire un blé à haut rendement, résistant au gel, qui pourrait être cultivé dans l'est de l'Ontario et dans d'autres parties de la province où les hivers sont plus rigoureux que dans l'ouest de l'Ontario. Plusieurs croisements ont été réalisés entre des variétés connues très résistantes au gel et des variétés plus productives.

Il existait également un besoin pressant de variétés résistantes au charbon nu et à la carie. Plusieurs croisements ont été réalisés à partir de la variété Ridit qui était résistante au charbon nu. Ces croisements ont donné les hybrides suivants:

  • Ottawa 1968-18L = D.G.C. X RIDIT
  • Ottawa 2619 A = D.G.C.2 X RIDIT

La variété Kharkiv a non seulement transmis des gènes de qualité au blé canadien, mais a aussi contribué à la sélection de variétés très résistantes au gel. Tout comme le blé ukrainien Halychanka (Red Fife) a contribué à l'excellente qualité de la farine et à la valeur meunière des blés de printemps du Canada, la variété Kharkiv a doté nos blés d'hiver de sa forte résistance au gel.

Date de modification :