Des solutions écologiques chassent les ravageurs de vergers

Pour fixer une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

En 35 ans de carrière, M. Gary Judd, Ph.D., entomologiste au Centre de recherches agroalimentaires du Pacifique (CRAP) à Summerland, a contribué à l’évolution de la lutte antiparasitaire en agriculture — des pesticides des années 70, qui étaient alors le moyen privilégié pour la lutte antiparasitaire, aux solutions écologiques qui font aujourd’hui l’objet de recherches par M. Judd : des solutions non chimiques qui ciblent des ravageurs précis, de manière à ne pas toucher les autres cultures ou organismes.

M. Judd est un chercheur au CRAP depuis 1989. Ses travaux portent principalement sur la lutte contre les organismes nuisibles qui s’attaquent aux fruits de verger dans la vallée de l’Okanagan. Spécialiste de l’écologie chimique des insectes, une grande partie de ses recherches vise à comprendre les réponses biologiques et comportementales des insectes à leurs phéromones sexuelles — les substances chimiques particulières qu’utilisent les insectes d’une espèce donnée pour communiquer. Il applique ces connaissances ainsi que des copies synthétiques de ces phéromones pour lutter contre ces insectes en brouillant les communications entre les insectes mâles et femelles, empêchant ainsi leur reproduction.

Une collaboration qui porte fruit

M. Judd a également mis à profit son expertise en participant à de nombreux projets novateurs visant à contrôler les organismes nuisibles à l’aide d’approches de lutte ciblées et non chimiques. Il a notamment participé au Programme de lâcher d'insectes stériles d’Okanagan Kootenay — qui est essentiellement, comme l’explique M. Judd, un programme de planification des naissances à très grande échelle. Le programme vise l’élevage, la stérilisation et le lâcher de carpocapses de la pomme qui s’accoupleront avec la population sauvage, réduisant ainsi le nombre d’œufs pouvant être stérilisés d’une génération à l’autre.

Le Programme de lâcher d'insectes stériles d’Okanagan est le seul programme commercial de stérilisation d’insectes au Canada visant le carpocapse de la pomme, le plus important organisme nuisible s’attaquant aux pommes à l’échelle mondiale, ainsi qu’un des programmes de lutte antiparasitaire les plus uniques étant donné qu’il mise sur la collaboration des scientifiques, des citoyens et de la communauté agricole. Grâce à ce programme et à des chercheurs comme M. Judd, les producteurs de la région de l’Okanagan peuvent souvent, pendant de nombreuses années, éviter d’avoir recours aux pesticides pour lutter contre le carpocapse de la pomme dans leurs vergers.

« Si nous pouvons réduire le nombre d’organismes nuisibles et diminuer l’utilisation des pesticides de manière économique pour le producteur, nous pourrons constater les avantages à tous les niveaux; des vergers plus en santé, une meilleure stabilité financière pour les producteurs et des pommes et du jus de pommes de plus haute qualité pour les enfants. Je suis heureux de participer aux progrès qui sont réalisés. »

— Dr Gary Judd, chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada

Problème de ravageur? Il existe une application pour y remédier!

M. Judd a également participé au démarrage de SemiosBIO Technologies, une entreprise de Vancouver qui s’affaire à mettre au point un système de lutte antiparasitaire qui permettra aux producteurs de contrôler sur demande, au moyen de systèmes de communication sans fil, l’utilisation de phéromones en aérosol pour nuire au processus reproduction des organismes nuisibles. Le système s’accompagne d’outils complémentaires sans fil, comme des pièges à caméra automatisés, des dispositifs de détection d’eau et de l’équipement de surveillance météorologique, qui aideront les producteurs à gérer leurs cultures.

« Gary Judd nous a été d’une aide inestimable, affirme M. Michael Gilbert, fondateur et président-directeur général de SemiosBIO. L’expérience de Gary, l’un des plus grands chercheurs en technologies phéromonales au monde, nous a permis d’élaborer et de mettre à l’essai des technologies d’avenir qui pourraient mener à une plus grande utilisation de phéromones à l’échelle mondiale. »

AAC mène des activités de recherche, de développement et de transfert technologique dans le domaine de l’innovation agricole afin d’améliorer la viabilité économique et environnementale de l’agriculture canadienne.

Galerie de photos

Description de cette image suite.
Pommes Nicola mûres dans un verger ensoleillé de l’Okanagan
Description de cette image suite.
Le carpocapse de la pomme est un insecte nuisible pour les pomiculteurs du monde entier

Renseignements connexes

Date de modification :