Coup de pouce naturel pour une transformation accélérée des terres récemment défrichées

Pour réaliser une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

Une technique pour transformer plus rapidement les terres récemment défrichées en luxuriantes cultures fourragères et céréalières pourrait aider à rendre Terre-Neuve-et-Labrador autosuffisante en matière de production d'aliments du bétail, ce qui permettrait d'économiser des millions par année.

En moyenne, il faut de quatre à six ans pour qu'une terre récemment défrichée atteigne son plein potentiel de production. Allan Kwabiah (Ph. D), un scientifique d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), collabore avec la Dairy Farmers of Newfoundland and Labrador pour montrer aux éleveurs de bétail comment accélérer la productivité et améliorer la santé du sol deux fois plus rapidement.

L'équipe de recherche a déterminé que certains mélanges de plantes fourragères (herbes et légumineuses) combinés à des amendements du sol, notamment l'incorporation de chaux et de fumier liquide des bovins laitiers, peuvent réduire le temps nécessaire pour augmenter la qualité du sol et préparer la terre à des fins de production maximale.

En plus de produire des aliments de qualité pour le bétail, cette technique est un outil précieux pour diminuer les risques d'érosion du sol.

« Ce projet a été un véritable succès et nos recommandations sont mises en œuvre dans des exploitations agricoles à l'échelle de la province. Des fermiers sont déjà venus nous voir pour nous dire qu'ils souhaitaient participer aux prochains essais. Tout le monde est gagnant... l'utilisation de plantes fourragères offre une couverture végétale immédiate, augmente la qualité du sol et comble les importants besoins alimentaires des vaches laitières. »

- Allan Kwabiah, chercheur scientifique, Agriculture et Agroalimentaire Canada

Plusieurs mélanges de plantes fourragères ont été évalués dans trois exploitations agricoles de la province, et on a alors étudié la qualité des aliments, l'amélioration de la qualité du sol et le rendement en matière sèche.

Les résultats ont indiqué que différents mélanges fourragers pouvaient être utilisés avec cette technique, à Terre-Neuve. Les mélanges évalués étaient diverses combinaisons d'herbes, incluant la phléole des prés, la fétuque des prés, le brome, le roseau et le dactyle pelotonné, et de légumineuses, soit le trèfle rouge à deux coupes, la luzerne, le trèfle alsike et le lotier corniculé. Après trois ans, il a été conclu que le meilleur mélange était composé de phléoles des prés, de fétuques des prés, de trèfles alsike, et de trèfles rouges à deux coupes. Les recherches sur les effets du mélange fourrager sur la qualité du sol se poursuivent et certains mélanges semblent avoir des répercussions positives.

Principales découvertes

Photos

La description de cette image suit.
Terre récemment défrichée sur la côte ouest de Terre-Neuve.
La description de cette image suit.
Cultures fourragères semées sur une terre récemment défrichée sur la côte ouest de Terre-Neuve.
La description de cette image suit.
Un des mélanges fourragers : orge, pois, brome, fétuque des prés et trèfle rouge à deux coupes.

Renseignements connexes

Date de modification :