Une réaction viscérale : des bactéries consommatrices de levure fournissent un élément clé pour la santé intestinale des humains et des animaux

Pour fixer une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
media.relations@agr.gc.ca

Dans le cadre des travaux d’une équipe internationale de chercheurs, M. Wade Abbott (Ph. D.), du Centre de recherches de Lethbridge, a fait une découverte d’une importance « viscérale » : certaines souches de bactéries présentes dans l’intestin humain — Bacteroides thetaiotaomicron— ont développé un goût pour la levure.

Les découvertes de l’équipe (représentant le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et la Belgique)Note de bas de page 1 viennent tout juste d’être publiées dans Nature, la revue scientifique interdisciplinaire la plus citée au monde. Il s’agit là d’une réalisation digne de mention pour l’équipe composée de M. Abbott et des professeurs Harry Gilbert (Université de Newcastle) et Eric Martens (Université du Michigan), car cette revue prestigieuse s’est forgée une réputation internationale en publiant les résultats de recherches originales de très grande qualité.

Si les travaux de l’équipe sont à ce point importants, c’est que la capacité de ces bactéries de dégrader la « mannane », la membrane de glucides complexes quasi impénétrable qui entoure les cellules de levure, pourrait s’avérer la clé du renforcement du système immunitaire des humains et du bétail. Les bactéries consomment la mannane et la convertissent en acides gras qui sont secrétés dans l’intestin et qui nourrissent les cellules de la paroi intestinale.

« La conversion de glucides indigestibles comme la mannane de levure en molécules bénéfiques pour leur hôte a été associée à la lutte contre les maladies intestinales, au déclenchement des réponses immunitaires voulues et à la santé des tissus. »

- Wade Abbott (Ph. D.), chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada

Cette découverte pourrait aboutir à la mise au point de nouveaux traitements et médicaments probiotiques contre les infections à levures et les maladies entériques comme la maladie de Crohn chez les humains. La compréhension du rôle des bactéries intestinales chez le bétail pourrait aider à créer la prochaine génération d'innovations, notamment des solutions de remplacement des antibiotiques de croissance, et à améliorer ainsi la santé et la production animales, ce qui aurait des effets positifs sur la salubrité, la durabilité et la rentabilité du secteur agricole canadien.

Découvertes clés (avantages)

  • La conversion de glucides indigestibles comme la mannane de levure en molécules bénéfiques pour leur hôte a été associée à la lutte contre les maladies intestinales, au déclenchement des réponses immunitaires voulues et à la santé des tissus.
  • Cette découverte pourrait aboutir à la mise au point de nouveaux traitements et médicaments probiotiques contre les infections à levures et les maladies entériques comme la maladie de Crohn.
  • L’étude du rôle des bactéries intestinales chez le bétail est un domaine de recherche qui pourrait aboutir à la prochaine génération d’innovations (notamment des solutions de remplacement des antibiotiques de croissance) ayant des effets positifs sur la salubrité, la durabilité et la rentabilité des productions animales canadiennes.

Galerie de photos

La description de cette image suit.
Wade Abbott (Ph. D.), chercheur d'AAC, dans le laboratoire du Centre de recherches de Lethbridge, Alberta
La description de cette image suit.
Les sources courantes de levure comprennent le pain fait avec de la levure comme levain (à l'arrière-plan) et les drêches de distillerie avec solubles (DDS; à l'avant-plan). Les DDS sont des résidus agricoles utilisés dans l'élevage d'animaux.

Renseignements connexes

Article dans Nature : "Human gut Bacteroidetes can utilize yeast mannan through a selfish mechanism"

Date de modification :