Améliorer la santé des vaches laitières en début de lactation

Planifier une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

Les vaches laitières au Canada produisent chacune en moyenne 8 500 litres de lait par année. Pendant leur première semaine de lactation, elles doivent être surveillées de près par les producteurs agricoles, car elles sont plus fragiles et peuvent développer divers problèmes de santé.

Pierre Lacasse, chercheur d'Agriculture et Agroalimentaire Canada au Centre de recherche et de développement de Sherbrooke, a découvert une nouvelle approche permettant d'améliorer de façon significative la santé des vaches laitières en début de lactation.

Stress métabolique en début de lactation

La semaine qui suit la naissance d'un veau est très exigeante pour la vache laitière. En effet, son métabolisme doit s'adapter très rapidement afin de fournir les nutriments nécessaires à la production d'une grande quantité de lait. Cependant, son système digestif demande une période d'adaptation et la quantité d'aliments qu'elle peut consommer est insuffisante pour combler tous ses besoins. Pendant cette période, les vaches doivent puiser massivement dans leurs réserves, ce qui perturbe leur métabolisme et leurs fonctions immunitaires. Elles deviennent donc plus à risque de développer diverses maladies métaboliques et infections.

Méthode de traite repensée

M. Lacasse est allé à contre-courant de beaucoup de recherches effectuées en proposant de réduire temporairement les besoins nutritionnels de la vache pendant les jours suivant la mise-bas.

Dans la nature, la production de lait de la femelle s'adapte en fonction de la demande de sa progéniture. Ainsi le petit veau naissant buvant peu, la production de lait de la vache est faible au début et n'augmente que progressivement. En suivant ce principe, M. Lacasse a découvert qu'en faisant des traites incomplètes pendant les cinq premiers jours de lactation, la vache s'en porte beaucoup mieux. Son métabolisme a eu le temps de s'adapter. Résultat : une nette réduction des perturbations métaboliques et immunitaires.

M. Lacasse rapporte par exemple que dans l'une de ses études …

« 47 % des vaches témoins ont souffert d'acétonémie (un dérèglement des composantes du sang causant entre autres une perte d'appétit et une diminution de la production laitière) contre seulement 6 % des vaches sous traites incomplètes. »

– Pierre Lacasse, chercheur en biologie de la lactation des vaches laitières, Agriculture et Agroalimentaire Canada

Bénéfices

Simple et peu coûteuse, cette méthode de traite n'entraîne aucune baisse significative de la production laitière pour le reste de la lactation. Un producteur appliquant cette méthode ferait des économies en frais vétérinaires puisque ses animaux auraient moins de problèmes de santé. De plus, cette méthode de traite étant plus près du cycle naturel de lactation, permettrait d'améliorer le bien-être des vaches de son troupeau.

Cette nouvelle approche de traite des vaches laitières en début de lactation attire l'attention à l'échelle internationale et M. Lacasse a été invité à la présenter lors de congrès et colloques aux États-Unis, en France et en Italie. Les analyses se poursuivent concernant son application à plus large échelle dans des fermes commerciales. L'utilisation d'une approche de traite limitée en début de lactation pourrait bientôt être proposée et intégrée dans le système de traite commerciale utilisé par l'industrie laitière canadienne.

Grâce aux travaux de recherche menés par AAC, l'avenir semble prometteur à la fois pour le bien-être de milliers de vaches au pays et la rentabilité économique des fermes laitières.

Principales découvertes (avantages)

Photographies

La description de cette image suit.
Pierre Lacasse, chercheur en biologie de la lactation des vaches laitières
La description de cette image suit.
Vaches au Complexe laitier du Centre de recherche et de développement de Sherbrooke
La description de cette image suit.
La traite d'une vache

Renseignements connexes

Date de modification :