L'airelle rouge, l'agriculture nordique et la santé cardiovasculaire : une combinaison gagnante

Pour fixer une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
media.relations@agr.gc.ca

Il y a fort à parier que vous n'avez jamais entendu parler des airelles rouges, mais elles sont pour les Scandinaves ce que les canneberges sont pour les Nord Américains – elles accompagnent à merveille de nombreux mets courants.

Dernièrement, les chercheurs ont étudié l'airelle rouge sous l'angle d'un nouveau super fruit offrant des bienfaits uniques pour la santé humaine. Des chercheurs d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) de toutes les régions du pays s'emploient activement à améliorer génétiquement les airelles rouges et à les commercialiser.

En 2009, Chris Siow, Ph. D., chercheur d'AAC au Centre canadien de recherches agroalimentaires en santé et médecine (CCRASM) à Winnipeg (Manitoba), a commencé à collaborer avec Samir Debnath, Ph. D., du Centre de recherches de l'Atlantique sur les cultures de climat frais à St. John's (Terre­Neuve­et­Labrador), afin de sélectionner les meilleures plantes sauvages et de développer des cultivars améliorés d'airelles rouges. Leur recherche suggère que les types génétiques et les conditions climatiques des régions situées plus au nord donnent aux airelles rouges une teneur plus élevée en antioxydants, plus particulièrement en ce qui concerne la teneur en anthocyanes.

Les anthocyanes sont l'une des précieuses substances phytochimiques que renferment les airelles rouges. Selon les chercheurs, ces puissants antioxydants peuvent aider à réduire le risque de maladie cardiovasculaire et même certains cancers. Les anthocyanes préviennent plus particulièrement l'oxydation du cholestérol sanguin et aident à maintenir les vaisseaux sanguins en bon état. D'autres études montrent que certains extraits d'airelles rouges peuvent lutter efficacement contre la bactérie Staphylococcus aureus, qui peut provoquer toute une série d'infections. Les airelles rouges renferment également des fibres alimentaires, de la vitamine C, des polyphénols et des acides gras omega 3 qui favorisent une bonne santé.

« Notre équipe de recherche a découvert que les airelles rouges possédaient des propriétés remarquables pour lutter contre les maladies et que ces propriétés sont encore plus présentes quand les airelles rouges poussent dans les régions plus au nord. Il est possible pour le Canada d'intensifier la cueillette et la production à mesure qu'augmente la demande pour ce fruit santé. »

Chris Siow, chercheur d'AAC, Centre canadien de recherches agroalimentaires en santé et médecine, Winnipeg (Manitoba)

Les airelles rouges sont abondantes dans les forêts boréales du nord du Manitoba. M. Siow prélève des airelles rouges dans la région de Flin Flon et de Lynn Lake et les compare à celles qui poussent à Terre­Neuve. Il analyse actuellement la composition chimique des airelles rouges du Manitoba et évalue leurs bienfaits potentiels pour la santé. Ce projet est une initiative concertée à laquelle participent des chercheurs d'AAC de Terre­Neuve, du Manitoba et de la Colombie­Britannique ainsi que d'autres chercheurs de l'Université du Manitoba et du Centre de développement des produits alimentaires de Portage la Prairie, au Manitoba.

L'airelle rouge est un fruit acidulé de couleur rouge vif (aussi connue sous le nom de red whortleberry, cowberry, foxberry, lowbush cranberry, northern mountain cranberry, graines rouges au Québec, partridgeberry à Terre­Neuve et rock cranberry en Alaska) plus petit, plus juteux et moins amer que sa cousine éloignée, la canneberge. Elle pousse dans un petit arbuste à feuillage semi persistant qu'on trouve dans les régions froides de tout l'hémisphère Nord. Elle est produite commercialement en Europe où des variétés cultivées (Vaccinium vitis-idaea) sont offertes.

Une sous espèce sauvage (Vaccinium vitis-idaea var. minus) pousse au Canada. La plupart des airelles que l'on trouve ici sont cueillies à l'état sauvage, Terre­Neuve­et­Labrador en produisant plus de 90 909 kilogrammes (200 000 livres) par année. La demande pour les airelles rouges est de loin supérieure à l'offre provenant de la cueillette à l'état sauvage, de sorte que les producteurs canadiens y trouveront un débouché.

Découvertes clés (avantages)

  • Les airelles rouges contiennent de puissants antioxydants qui, selon les chercheurs, peuvent aider à réduire le risque de maladie cardiovasculaire.
  • Les chercheurs d'AAC ont découvert que les airelles rouges qui poussent dans les régions nordiques du Canada ont une teneur plus élevée en antioxydants et offrent les bienfaits les plus importants pour la santé.
  • L'agriculture nordique peut non seulement se développer, mais produire des aliments santé pour les consommateurs du Canada et de l'étranger.

Galerie de photos

Description de cette image suit.
Les airelles rouges poussent à l'état sauvage dans le nord du Manitoba.
Description de cette image suit.
Au CCRASM, M. Chris Siow évalue la composition chimique et les bienfaits pour la santé des airelles rouges du Manitoba.
Description de cette image suit
Des cultivars améliorés d'airelles rouges sont développés au Centre de recherches d'AAC à St. John's, Terre­-Neuve­-et-Labrador.

Renseignements connexes

Personnel et expertise scientifiques

Date de modification :