Sélection de la langue

Recherche

Utilisation de filets à insectes pour la lutte contre la mouche du chou

La mouche du chou est l'un des insectes nuisibles les plus chroniques et les plus redoutables qui menacent les récoltes maraîchères au Canada, car en se nourrissant de jeunes plants, elle stoppe leur croissance ou les tue, ce qui réduit la qualité marchande des cultures racines mûres. Les populations de mouche du chou résistent de plus en plus au chlorpyrifos, le seul insecticide enregistré au Canada pour cette espèce. Des tests effectués en Colombie-Britannique en 2013 ont révélé que soixante-quinze pour cent de ces populations résistent au chlorpyrifos. Des scientifiques d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) mènent actuellement des travaux de recherche pour importer une technologie présentement appliquée sur des milliers d'acres de culture de crucifères à travers l'Union européenne et la présenter aux producteurs d'ici. Ils étudient l'utilisation de filets à insectes pour lutter contre les ravages de la mouche du chou sur les crucifères, tels le chou, le brocoli, le chou-fleur et le rutabaga.

L'équipe d'AAC a d'abord évalué un filet à insectes durable en polyéthylène (calibre de 1,3 millimètres) pour protéger le rutabaga de la mouche du chou dans les quatre provinces de l'Atlantique. L'utilisation de ces filets a effectivement permis de protéger les cultures, mais le stress causé par les mauvaises herbes sous le filet a parfois réduit le rendement commercial parce que le rutabaga exige une protection tout au long de la saison. L'insecticide peut être pulvérisé à travers les filets, mais il perd parfois de son efficacité. Dans le cadre du projet actuel, l'équipe étudie l'utilisation de filets à insectes sur des légumes crucifères comme le chou-fleur, le brocoli et le chou frisé, qui ont besoin d'être protégés contre la mouche du chou seulement en début de saison; on retire les filets après quelques semaines et la lutte contre les mauvaises herbes se fait comme d'habitude. Des filets à insectes de trois différents calibres sont actuellement mis à l'essai dans le Canada atlantique et en Colombie-Britannique pour vérifier leur capacité à exclure d'autres insectes nuisant aux cultures crucifères (par exemple, l'altise) en plus de la mouche du chou. Une analyse des conditions abiotiques au-dessous et à l'extérieur des filets est en cours. Le projet comprend également une étude sur la résistance au chlorpyrifos des populations de mouches du chou à l'échelle du Canada.

Dès qu'elle aura déterminé les meilleures pratiques d'utilisation des filets à insectes, l'équipe s'efforcera principalement d'amener les producteurs à adopter la technologie. Elle se servira à cette fin des médias sociaux, de présentations sur le terrain, de plateformes comme les réseaux régionaux de denrées et de promotion et les sites de données publiques, de vidéos montrant l'installation et le retrait des filets à insectes par des machines spécialisées, ainsi que d'approches classiques comme les fiches d'information.

Cette recherche a été financée par le Programme de réduction des risques liés aux pesticides du Centre de la lutte antiparasitaire.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :