Sélection de la langue

Recherche

Les applications hâtives et fréquentes de fongicides dans les cultures de blé dur accroissent-elles le rendement?

Fixer une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

La fusariose et la septoriose sont des maladies fongiques du blé qui peuvent causer d'importantes baisses de rendement et de qualité. Elles ont suscité des études sur les pulvérisations de fongicides qui visent à atténuer les pertes de récolte qui leur sont associées. Or, de récents travaux d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) inciteront les agriculteurs à remettre en cause les applications hâtives et fréquentes de fongicides.

Temps et nombre d'applications de fongicide

Entre 2001 et 2006, Myriam Fernandez et Bill May, chercheurs à AAC, ont effectué deux études sur le temps et le nombre d'applications de fongicides à base de triazole, produits usuellement recommandés pour la culture du blé dur dans le sud de la Saskatchewan et du Manitoba.

Dans l'une des études, menée sous une pression relativement faible de maladies dans le sud­est de la Saskatchewan en 2004-2006, on a constaté que :

Les applications hâtives et fréquentes de fongicides pourraient faire déclasser les grains

Dans l'autre expérience effectuée en 2001-2003, les chercheurs ont étudié les incidences d'applications uniques et doubles de fongicides aux stades émergence de la feuille étendard et floraison du blé. Ils ont constaté une nette relation inverse entre l'augmentation du nombre d'applications et les taux de décoloration, de points noirs et de carie rouge des grains (facteurs de déclassement des grains, ce qui signifie une baisse de profit).

Même si les traitements fongicides augmentent le rendement, les chercheurs ont constaté que le temps et le nombre d'applications pouvaient réduire la qualité de la récolte. Ainsi dans l'étude, ils ont noté qu'une application unique de fongicides avait augmenté le rendement de 4,3 % et une application double, de 8,5 %. Par contre, ils ont noté que les traitements avaient réduit considérablement la qualité des grains : une seule application de fongicides, effectuée au stade élongation de la feuille étendard ou au stade floraison, a causé une augmentation des points noirs de 47 % et les applications doubles, une augmentation de 76 % comparativement à aucun traitement fongicide. De plus, ils ont observé une augmentation de la carie rouge de 17 % avec les applications uniques et de 57 % avec les applications doubles, comparativement à aucun traitement fongicide.

Pour illustrer les incidences négatives de la baisse de qualité observée, les taux accrus de carie rouge auraient empêché le grain d'être classé blé dur ambré de l'Ouest canadien no 1 selon les normes de 2015. Ces résultats renforcent l'idée qu'il faut appliquer des fongicides qu'en cas de besoin et au bon stade de développement du blé.

Le taux accru de décoloration des grains par suite d'une application de fongicides confirme les observations déjà rapportées dans d'autres études antérieures effectuées par AAC, notamment celle de Wang et al., ainsi que celles de l'Indian Head Agricultural Research Foundation (IHARF) (en anglais seulement).

Remise en cause des applications préventives de fongicides

Aucun des résultats obtenus ne soutient la recommandation de faire des applications préventives de fongicides pour accroître le rendement en blé. 

« Les producteurs de blé ne devraient appliquer des fongicides que si les pressions de maladies risquent d'entraîner une baisse de rendement ou de la qualité des grains. En ce qui concerne la recommandation de faire des applications hâtives de fongicides comme mesure préventive, qu'importe les pressions de maladies, les producteurs doivent savoir que des applications hâtives et fréquentes de fongicides pourraient réduire la qualité des grains et entraîner un déclassement de la récolte, ce qui signifie une baisse des profits  »

- Bill May, Agronome, gestion des cultures à la ferme expérimentale d'AAC à Indian Head

Fernandez ajoute que la surutilisation de fongicides peut favoriser le développement d'une résistance aux produits chez les agents pathogènes du blé.

Il faut faire plus de recherche sur les relations entre la décoloration des grains et les traitements fongicides. Entretemps, on invite les producteurs à adopter de bonnes pratiques culturales, comme l'utilisation de cultivars résistants aux maladies présentes dans leur région et l'intégration de plantes non vulnérables dans leur rotation de cultures.

Principales découvertes (avantages)

Galerie de photos

Une main tient une feuille de blé dur infectée par la tache helminthosporienne.
L'helminthosporiose est l'une des nombreuses maladies fongiques s'attaquant aux plants de blé dur. Photo gracieusement fournie par le ministère de l'Agriculture de la Saskatchewan.
Cinq grains de blé infectés par le carie rouge.
Carie rouge des grains de blé.
Une main soutient plusieurs plants de blé dur dans un champ; les feuilles des plants ont beaucoup de taches.
Plants fortement touchés par la septoriose.

Renseignements connexes

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :