Sélection de la langue

Recherche

Maladie à coronavirus (COVID-19) - Information pour l’industrie

Dernière mise à jour : 2020-04-01, 11:00 (HAE)

Le secteur agricole et agroalimentaire joue un rôle vital dans la distribution d’aliments salubres de qualité supérieure aux Canadiens. Le maintien de l’intégrité de la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire dans les situations d’urgence est essentiel pour tous les Canadiens.

Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) surveille  attentivement l’évolution de l’épidémie de COVID-19 et ses répercussions sur l’industrie agricole canadienne. Le gouvernement du Canada prend les mesures nécessaires pour s’assurer que les producteurs et les transformateurs peuvent continuer de fonctionner efficacement et maintenir les voies d’approvisionnement ouvertes, tout en mettant l’industrie au courant des derniers développements.

À mesure que l’épidémie de COVID-19 évolue, AAC mettra à jour les questions et réponses ci-dessous.

Questions et réponses

Salubrité des aliments

Puis-je contracter la COVID-19 en mangeant certains aliments?

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a mis en place des mesures rigoureuses afin de garantir la salubrité de l’approvisionnement alimentaire du Canada.

Il n’existe actuellement aucune preuve que la nourriture est une source ou une voie probable de transmission du virus.

Il n’y a aucun risque connu d’entrée du coronavirus au Canada sur des colis ou des paquets provenant de régions touchées.

Si l’ACIA prend connaissance d’un risque potentiel pour la salubrité des aliments, des mesures appropriées seront prises pour assurer la salubrité de l’approvisionnement alimentaire du Canada. Pour toutes questions à ce sujet, veuillez consulter le site de l’ACIA.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a émis des recommandations préventives, notamment des conseils sur la nécessité de continuer à suivre les bonnes pratiques d’hygiène lors de la manipulation et de la préparation des aliments, telles que se laver les mains, faire cuire la viande minutieusement et éviter une contamination croisée potentielle entre les aliments cuits et crus. On trouvera plus d’informations sur le site Web de l’OMS.

L’ACIA collabore avec l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), d’autres partenaires gouvernementaux, des établissements universitaires et des partenaires internationaux pour veiller à ce que des installations d’essai appropriées soient disponibles au besoin pour appuyer le diagnostic et la recherche sur cette maladie infectieuse.

Pour obtenir les renseignements les plus récents et les plus à jour, consultez le site canada.ca/coronavirus.

Quel type de directives le gouvernement du Canada donne-t-il à l’industrie alimentaire?

L’industrie alimentaire doit continuer de suivre les directives et les protocoles établis par les responsables de la santé publique. Les directives peuvent varier selon la propagation de la COVID 19 dans certaines régions et provinces et les produits de celles-ci.

Vous trouverez d’autres précisions sur le site Web Informations de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pour l'industrie.

L’ACIA a aussi publiée un guide pour les établissements d’abattage et de transformation de la viande qui sera élargi à d'autres établissements tiers.

Quels protocoles d’assainissement et de quarantaine les travailleurs du secteur alimentaire doivent-ils suivre s’ils sont infectés par la COVID-19?

Toutes les installations alimentaires ont le devoir de suivre les directives des autorités sanitaires pour protéger la santé publique. Les installations devraient renforcer leurs efforts de nettoyage et d’assainissement afin de contrôler tous les risques qui pourraient être associés aux travailleurs malades, quel que soit le type de virus ou de bactéries en cause. Ces directives s’ajoutent au nettoyage et à l’assainissement réguliers dans le cadre du plan de contrôle préventif (PCP) de l’entreprise. Par exemple, les installations doivent assurer la propreté et l’assainissement des installations et des surfaces en contact avec les aliments. Des directives supplémentaires devraient être obtenues auprès des autorités locales de santé publique.

Pour de plus amples renseignements, consultez le site de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

Travailleurs étrangers temporaires

Les travailleurs étrangers temporaires sont-ils autorisés à entrer au Canada?

Oui, à certaines conditions. Le 27 mars, le gouvernement a levé les restrictions à l’entrée au Canada pour les travailleurs étrangers temporaires. On peut trouver des détails sur les exemptions prévues pour ces travailleurs auprès de l’Immigration, des Réfugiés et de Citoyenneté Canada Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.
Mis à part les protocoles de dépistage sanitaire avant le voyage, toutes les personnes arrivant de l’étranger doivent s’isoler pendant 14 jours à leur arrivée au Canada.
Le gouvernement du Canada reconnaît l’importance d’avoir suffisamment de travailleurs étrangers temporaires pour le secteur agricole et agroalimentaire. L’arrivée de travailleurs étrangers agricoles et du secteur de la pêche et des produits de la mer est essentielle pour assurer le bon déroulement des activités de plantation et de récolte. Il y aura toujours des emplois disponibles pour les Canadiens qui souhaitent travailler dans les exploitations agricoles et les usines de transformation des aliments.

Les travailleurs étrangers temporaires sont-ils autorisés à rester au Canada plus longtemps en raison de la crise de la COVID-19?

Oui. Le gouvernement du Canada a fait passer de un à deux ans la durée maximale d’emploi autorisée pour les travailleurs du volet des postes à bas salaire du Programme des travailleurs étrangers temporaires. Cette mesure améliorera la flexibilité et réduira le fardeau administratif des employeurs, y compris ceux du secteur de la transformation des aliments.

Qui est responsable des déplacements des travailleurs étrangers temporaires?

Comme par les années passées, les employeurs et leurs associations sont responsables de l’organisation des déplacements des travailleurs étrangers temporaires. Le gouvernement du Canada collabore avec les pays d’origine, le cas échéant, pour que les vols puissent arriver en temps voulu.

Quel est le rôle des employeurs en ce qui concerne les normes sanitaires pour les travailleurs étrangers temporaires?

Le gouvernement a préparé un document d’orientation que les employeurs et les employés doivent suivre à leur arrivée sur le lieu de travail. Notamment, les travailleurs étrangers temporaires qui entrent au pays sont assujettis à une période d’isolement de 14 jours, comme l’exige l'Agence de la santé publique du Canada. Pour consulter les protocoles d’isolement détaillés applicables aux travailleurs étrangers temporaires, veuillez consulter le site d'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada. D’autres directives sur la sécurité au travail sont disponibles auprès de l'Agence de santé publique du Canada.

Quelles sont les normes sanitaires imposées aux employeurs qui fournissent le logement pendant la période d’auto-isolement d’un travailleur étranger temporaire?

Les employeurs qui fournissent le logement doivent veiller à ce que les travailleurs en isolement soient logés séparément de ceux qui ne sont pas en isolement, en respectant l’exigence d’une distance de deux mètres. Il faut laver et désinfecter les surfaces sur une base régulière. Les travailleurs en auto-isolement peuvent être logés dans le même espace, mais doivent être maintenus à une distance de deux mètres les uns des autres en tout temps, y compris dans les installations communes (par exemple, les salles de bain, la cuisine, l’espace de vie). Plusieurs ressources sont offertes en ligne à l’adresse suivante : www.canada.ca/coronavirus.

Infrastructure commerciale

Les mesures temporaires de restriction aux frontières entre le Canada et les États-Unis auront-elles des répercussions sur la chaîne d’approvisionnement alimentaire?

Les États-Unis et le Canada sont conscients qu’il est essentiel de maintenir les chaînes d’approvisionnement entre les deux pays. Ces chaînes d’approvisionnement garantissent l’acheminement des aliments, du carburant et des médicaments nécessaires à la survie vers les populations des deux côtés de la frontière. Les chaînes d’approvisionnement, notamment le transport par camion, ne seront pas touchées par cette nouvelle mesure. De plus, les Américains et les Canadiens qui traversent la frontière terrestre au quotidien pour effectuer des travaux essentiels ou pour d’autres raisons urgentes ou essentielles ne seront pas visés par ces mesures.

Pour de plus amples renseignements, consultez le site de l’Agence des services frontaliers du Canada.

Que dois-je faire si mes chauffeurs éprouvent des problèmes à la frontière canada américaine?
  • Le gouvernement du Canada et l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) offrent désormais leur Service d’information sur la frontière (SIF) en tout temps pour répondre aux entreprises qui ont des questions de nature frontalière liées à la COVID-19.
  • Toute personne, y compris les transporteurs routiers, qui entre aux États Unis est assujettie aux critères d’admissibilité prévus par les lois américaines en matière d’immigration et aux restrictions de voyage actuelles des États Unis.
  • Il est fortement recommandé aux compagnies qui appellent le SIF d’avoir l’information suivante sous la main : la nationalité du chauffeur, son statut d’emploi au Canada et aux États Unis, ses antécédents de voyage à l’extérieur du Canada et des États Unis et son point d’entrée.
  • La décision définitive quant à l’admissibilité de toute personne souhaitant entrer aux États Unis revient à l’agent du Service des douanes et de la protection des frontières (CBP) des États Unis au bureau d’entrée.
La frontière canado-américaine demeurera-t-elle ouverte aux opérations de fret? Les réseaux ferroviaires, les ports et les services de camionnage vont-ils continuer de fonctionner?

Le transport continu des produits agroalimentaires, tant au Canada qu’à l’étranger, fait partie intégrante du plan du Canada pour la gestion de la COVID-19.

Nous avons fait savoir clairement que la circulation transfrontalière des marchandises ne sera pas entravée.

Les camionneurs, les équipages d’avions et les autres transporteurs de marchandises jouent un rôle essentiel pour nos chaînes d’approvisionnement. Et tant qu’ils ne présenteront pas de symptômes, ils seront exemptés des interdictions de voyager.

Commerce

Quelles sont les répercussions de l’épidémie de coronavirus sur le commerce agricole?

Le gouvernement du Canada et ses partenaires du G7 sont déterminés à soutenir le commerce et les investissements mondiaux pendant cette crise sanitaire mondiale.

Le Canada et les pays aux vues similaires ont annoncé des mesures de restriction temporaires aux frontières pour limiter le plus possible la propagation du virus et alléger la pression qui s’exerce sur le système de soins de santé.

Le gouvernement du Canada surveille les répercussions économiques et commerciales de la fermeture des frontières en raison de l’épidémie de COVID-19 et il prend des mesures exceptionnelles pour aider les entreprises et les travailleurs du Canada à traverser cette période difficile.

Les aliments produits au Canada sont reconnus partout dans le monde pour répondre aux plus hautes normes de qualité et de salubrité.

Le transport continu des produits et intrants agroalimentaires, tant au Canada qu’à l’étranger, fait partie intégrante du plan du Canada dans la gestion de la COVID-19.

Le 16 mars, le gouvernement a mis sur pied un groupe de travail entre l’industrie et le gouvernement sur la COVID-19, composé d’organisations nationales du secteur, qui se rencontre trois fois par semaine pour partager des renseignements et discuter des défis auxquels l’industrie est confrontée, y compris de possibles impacts sur le commerce.

Le gouvernement continue de surveiller la situation et les mesures que prennent d’autres pays.

L’industrie est la mieux placée pour parler de ses contrats commerciaux internationaux.

Approvisionnement en aliments

Que fait le gouvernement du Canada pour assurer un approvisionnement stable d’aliments salubres?

Le système alimentaire du Canada est sécuritaire et stable. Nous produisons de la nourriture en abondance et nos producteurs agricoles et nos transformateurs sont parmi les plus productifs au monde.

Les Canadiens peuvent avoir confiance en notre système d’approvisionnement en aliments et en sa capacité de répondre à la demande. Notre système de distribution continuera de fonctionner et de répondre aux besoins des Canadiens.

Le premier ministre a confirmé que le commerce international et les chaînes d’approvisionnement continueront à fonctionner.

Les épiceries continueront de recevoir des livraisons d’aliments en abondance sur une base régulière.

Pour reprendre un message de Santé Canada : la chaîne d’approvisionnement se porte mieux si les gens font graduellement leurs réserves personnelles de denrées au lieu de faire beaucoup d’achats en même temps.

Aide financière et programmes

Le gouvernement va-t-il indemniser les producteurs et les entreprises touchés par l’épidémie de COVID-19?

Le gouvernement du Canada, les gouvernements provinciaux et territoriaux et d’autres partenaires examinent ensemble des façons de fournir une aide pendant cette période difficile. L’aide en question consistera notamment à élargir l’accès du secteur agricole et agroalimentaire aux services financiers et consultatifs.

Le 18 mars, nous avons annoncé le Programme de crédits aux entreprises, qui permettra à la Banque de développement du Canada (BDC) et à Exportation et développement Canada (EDC) de fournir plus de 10 milliards de dollars en soutien additionnel, en ciblant surtout les petites et moyennes entreprises.

Le Gouvernement du Canada a également annoncé que le crédit à court terme offert aux agriculteurs et au secteur agroalimentaire sera également augmenté par l’intermédiaire de Financement agricole Canada (FAC).En réponse aux défis auxquels l’industrie a fait face au cours de la dernière année, FAC a déjà lancé des programmes de soutien à la clientèle. Ces programmes invitent les clients à communiquer avec les bureaux de FAC pour discuter de leurs finances et des options qui s’offrent à eux.

FAC offre également le report des paiements du capital et d’autres modifications de prêts afin de réduire les pressions financières à court terme qui découlent des événements extrêmes inattendus.

En tant que chef de file du secteur agricole, FAC collaborera avec d’autres institutions financières afin de trouver de nouvelles façons de travailler ensemble pour appuyer les clients, les producteurs et les exploitants dans l’ensemble du secteur agricole et agroalimentaire du Canada.

Le 23 mars, le gouvernement du Canada a annoncé que tous les producteurs admissibles, qui ont un prêt non remboursé dans le cadre du Programme de paiements anticipés (PPA) et dont la date d'échéance est le 30 avril 2020 ou avant, bénéficieront d'un sursis à la mise en défaut, leur permettant d’obtenir six mois supplémentaires pour rembourser leur prêt.

Les nouveaux délais pour les prêts non remboursés du PPA sont :

  • Le 30 septembre 2020 : Avances de fonds de 2018 sur les grains, légumineuses et oléagineuses;
  • Le 30 septembre 2020 : Avances de fonds de 2018 sur les bovins et les bisons; et
  • Le 31 octobre 2020 : Avances de fonds de 2019 sur les fleurs et les plantes en pot.

Le sursis à la mise en défaut offrira également aux producteurs la souplesse nécessaire pour gérer leur flux de trésorerie lorsqu'ils sont confrontés à une baisse des prix ou à une réduction des possibilités de commercialisation. Les producteurs, qui détiennent toujours des prêts sans intérêt non-remboursés, auront la possibilité de demander une avance supplémentaire de 100 000 $ sans intérêt pour la nouvelle année programme 2020 qui commence le 1e avril, 2020, tant que le total de leurs avances au titre du PPA restera inférieur à la limite globale d'un million de dollars.

Les agents d’exécution participants au sursis à la mise en défaut sont : Alberta Sugar Beet Growers, Alberta Wheat Commission, BC Breeder and Feeder Association, Canadian Canola Growers Association, Manitoba Corn Growers Association, Manitoba Livestock Cash Advance Inc., Western Cash Advance Program Inc., PEI Federation of Agriculture, et Agricultural Credit Corporation.

Le gouvernement du Canada continuera de surveiller la situation et ses impacts sur le secteur agricole, et évaluera si des mesures financières pour le secteur agricole sont nécessaires au fur et à mesure.

Entre-temps, avec le Partenariat canadien pour l’agriculture, les producteurs ont toujours accès à une gamme complète de programmes de gestion des risques de l’entreprise pour les aider à gérer des fluctuations financières importantes et des risques qui sont hors de leur contrôle.

Santé des animaux

Les animaux peuvent-ils contracter la COVID-19?

Il n’y a actuellement aucune preuve que des animaux contractent la COVID-19 ou propagent l’infection. Les importations et les exportations canadiennes de végétaux et d’animaux ne sont pas touchées en ce moment. À mesure que de nouveaux renseignements seront disponibles, l’ACIA prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer l’innocuité des végétaux et des animaux du Canada. Pour toutes questions à ce sujet, veuillez consulter le site de l’ACIA.

Aucun cas d’infection à COVID-19 chez des animaux d’élevage n’a été signalé.

Comme toujours, les producteurs doivent suivre les mesures de biosécurité normales en continuant de tenir compte des risques potentiels associés à l’entrée de diverses personnes dans leurs installations d’entreprise et mettre en œuvre des mesures pour gérer ces visites.

Pour obtenir d’autres précisions sur la prévention des maladies à la ferme, les producteurs sont invités à consulter les Normes nationales de biosécurité et principes de biosécurité et le Guide de planification nationale pour la biosécurité à la ferme.

Il est possible d’obtenir d’autres renseignements de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE)

Liens connexes

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :