Septième réunion de la Table ronde de l'industrie de la transformation des aliments – Compte rendu des décisions

27 et 28 octobre 2016 – Montréal, Québec

Mot d'ouverture

  • Daniel Vielfaure a été présenté comme nouveau coprésident représentant de l'industrie (voir l'annexe pour une liste de tous les participants);
  • On a fait remarquer que le nombre de membres du Comité directeur exécutif a augmenté, et ces derniers ont été présentés.

Prochain cadre stratégique

  • Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) fait le point sur la conception du prochain cadre stratégique en vue de solliciter les commentaires détaillés des intervenants de l'industrie sur les six secteurs prioritaires définis dans la Déclaration de Calgary publiée en juillet 2016;
  • Les participants de la Table ronde sont répartis dans trois groupes afin d'avoir des discussions ciblées sur les six secteurs prioritaires, nommément : les marchés et le commerce; l'agriculture à valeur ajoutée et la transformation agroalimentaire; la confiance du public; la science, la recherche et l'innovation; la gestion des risques; et la durabilité environnementale et les changements climatiques;
  • Chacun des groupes évalue chaque secteur prioritaire, en détermine la valeur pour le secteur de la transformation des aliments, et cerne à la fois tout enjeu y étant associé et les mesures que le secteur pourrait prendre pour le faire;
  • Les principales observations comprennent :
    • Les six secteurs prioritaires décrits dans la Déclaration de Calgary interpellent les participants. Seule la gestion des risques ne suscite pas de réel intérêt, mais certains participants mentionnent qu'il y aurait possibilité de créer une assurance pour les retraits de produits du marché à l'intention de l'industrie dans ce secteur;
    • Les participants sont d'avis que résoudre les problèmes de compétitivité au moyen d'investissements de capitaux est une priorité à inclure dans le prochain cadre stratégique;
    • Les participants considèrent qu'il est important d'augmenter l'accès aux marchés, puisque cette mesure pourrait encourager les investissements de capitaux et ceux en matière d'innovation;
    • En ce qui concerne l'environnement, les participants s'entendent pour dire que la réduction de la quantité des déchets de cuisine et l'adoption accrue des technologies propres sont deux aspects à améliorer. Ils mentionnent également que, dans un contexte où les frais d'électricité sont en hausse, la réduction de la consommation d'énergie pourrait figurer parmi les priorités;
    • En ce qui concerne la confiance du public, l'industrie est d'avis qu'il en tient à elle de renforcer la confiance des consommateurs. Elle préfère donc ne pas laisser le gouvernement y contribuer;
    • Les participants indiquent qu'ils souhaitent obtenir leur « juste part » du financement prévu dans le prochain cadre stratégique (par exemple, selon ce qui reflète le mieux leur contribution à l'économie). Ils ont en outre des préoccupations quant au financement offert dans le cadre du programme provincial Cultivons l'avenir 2, qui n'est pas apporté à l'industrie, ainsi qu'au manque de cohérence dans son exécution d'une province à l'autre;
    • En général, les participants déclarent que les entreprises ont peu conscience des programmes à leur disposition;
    • Bien que cet élément ne soit pas considéré comme prioritaire dans le prochain cadre stratégique, l'industrie avance à plusieurs reprises que l'accès à la main d'œuvre est un enjeu préoccupant qui nuit à sa compétitivité;

Fonds à valeur ajoutée

  • AAC entame la discussion sur la proposition de Fonds d'investissement à valeur ajoutée lié à l'agroalimentaire, tel que le décrit la lettre de mandat du Ministre, en présentant un court portrait des enjeux en matière de compétitivité auxquels fait face l'industrie; du fait que l'industrie reconnaît devoir automatiser davantage ses activités; et de la vision qu'a la Table ronde de la compétitivité à l'échelle mondiale et la stratégie qu'elle compte adopter;
  • Les participants sont répartis dans trois groupes afin d'avoir des discussions ciblées portant sur trois secteurs stratégiques dans lesquels il faut susciter l'investissement, et qu'il faut moderniser :
    1. Attirer de nouvelles usines présentant un mandat nord-américain ou mondial, ou garder celles qui existent;
    2. Transformer les exploitations actuelles en adoptant des technologies de production avancées ou d'avant-garde aptes à offrir de grandes possibilités de croissance;
    3. Moderniser les usines actuelles pour entraîner une augmentation importante des ventes et du rendement, tout en respectant les autres objectifs stratégiques (comme la durabilité de l'environnement);
  • Les principales observations comprennent :
    • Les participants perçoivent le fonds comme servant principalement à financer les investissements de capitaux pour améliorer le rendement;
    • Le programme doit être mis à la disposition des entreprises de toutes tailles - petites, moyennes et grandes.
    • En ce qui a trait au processus de traitement des demandes de projets, les participants sont d'avis que le temps de traitement devrait être court et l'évaluation rigoureuse.
    • La contribution non remboursable était considérée comme le seul mécanisme approprié compte tenu des faibles taux d'intérêt.

Programme d'innovation du Canada

  • Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) présente le programme inclusif d'innovation du Canada qui vise à faire du pays un centre mondial d'innovation où la croissance est propre et inclusive, la classe moyenne prospère grâce à des emplois de qualité, et les entreprises canadiennes deviennent des chefs de file mondiaux. Il vise également à renforcer les capacités industrielles, augmenter les découvertes scientifiques, et doter le pays d'avantages technologiques;
  • On fait remarquer que l'innovation est essentielle à l'industrie de la transformation des aliments et des boissons et que les enjeux comme une faible intensité de recherche-développement (R et D), un taux d'adoption de technologies avancées inférieur à la moyenne ainsi que la concentration des exportations (trois quarts) sur le marché américain doivent tous être abordés pour profiter de l'occasion que représente la demande mondiale croissante en nourriture;
  • ISDE entreprend une initiative vaste et inclusive qui a pour but de recueillir le plus de points de vue possible qui contribueront à guider la conception des politiques;
  • Les participants indiquent qu'il y a un nombre d'obstacles à la concurrence à court terme (par exemple, la concentration des détaillants, l'accès à la main-d'œuvre et l'accentuation récente sur la tarification du carbone) qui les empêchent de se concentrer sur ce secteur. Ils soulèvent aussi des préoccupations quant à la mise en œuvre concrète de l'initiative et au profil limité du secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire en comparaison d'autres secteurs de production.

Recueillir les points de vue de l'industrie au sujet de la valorisation des innovations alimentaires

  • AAC présente un portrait plus approfondi du secteur prioritaire de science, recherche et innovation figurant dans le prochain cadre stratégique en donnant une vision des investissements actuels par l'entremise de Cultivons l'avenir 2 et des orientations éventuelles en ce qui concerne le soutien à l'innovation. AAC souhaite faire jouer un rôle particulier aux participants en ce qui concerne les questions prioritaires, les politiques et l'exécution du programme;
  • Les participants de la Table ronde sont répartis dans trois groupes afin d'avoir des discussions ciblées sur l'innovation;
  • Les principales observations comprennent :
    • Les participants font remarquer qu'il existe d'autres obstacles à l'innovation, comme la concentration des détaillants, l'environnement législatif, la vaste étendue du Canada, l'accès à la main-d'œuvre, l'accès au capital et les taux de change;
    • Les participants soulignent qu'il faut renforcer les liens entre l'industrie, les universitaires et le gouvernement en ce qui concerne l'innovation;
    • Ils sont d'avis que l'exécution d'autres programmes gouvernementaux, outre les crédits d'impôt et le Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI), est nécessaire. Les participants reconnaissent les efforts fournis dans le cadre de Cultivons l'avenir 2 afin de créer la grappe pour la transformation des aliments, mais savent qu'un soutien supplémentaire est nécessaire.

Modernisation de l'étiquetage des aliments

  • L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et Santé Canada (SC) offrent un aperçu des initiatives de modernisation de l'étiquetage, dont l'initiative d'étiquetage des aliments de SC, la stratégie en matière de saine alimentation de ce ministère, et l'initiative de modernisation de l'étiquetage des aliments de l'ACIA;
  • SC et l'ACIA, grâce au soutien d'AAC, s'affairent à uniformiser les consultations auprès des intervenants et aspirent à la mobilisation du public et des intervenants sur les modifications de l'étiquetage se caractérisant par l'ouverture d'esprit, la transparence et son caractère sérieux;
  • Les participants affirment être préoccupés par le coût de la modernisation de la réglementation conjointe de SC et de l'ACIA à un moment où les marges sont minces et où l'on fait pression sur l'industrie pour qu'elle innove et qu'elle soit concurrentielle à l'échelle mondiale. Ils se disent également préoccupés par le peu de consultations relatives à l'initiative;
  • L'industrie est satisfaite de constater la collaboration entre SC et l'ACIA pour établir une date d'entrée en vigueur commune (c'est-à-dire un délai de conformité quinquennal). Elle craint toutefois que les modifications réglementaires en cours n'entraînent des modifications d'étiquetage supplémentaires ou subséquentes et des coûts additionnels;
  • Chris Forbes, sous-ministre délégué, reconnaît que le contexte en matière de réglementation des produits alimentaires suscite beaucoup d'intérêt dans l'industrie. Il a indiqué aux participants de la Table ronde que d'autres possibilités pour discuter de ces questions avec SC et l'ACIA se présenteront.

Mise à jour des autres initiatives gouvernementales

  • Questions commerciales et accès aux marchés : On discute de deux grands accords commerciaux. En ce qui concerne l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne, les discussions se poursuivent. On reconnaît ensuite que plusieurs problèmes relatifs à l'accès aux marchés doivent être résolus, ainsi que des problèmes inhérents au secteur de la viande. En ce qui a trait au Partenariat transpacifique, la discussion ne se poursuivra pas avant qu'on sache ce qui se passe aux États-Unis;
  • La Chine : le premier ministre a assisté à un certain nombre de réunions avec les représentants chinois. Des discussions exploratoires au sujet d'un accord commercial ont lieu. C'est un important marché pour plusieurs des joueurs qui participent à la Table;
  • La main-d'œuvre : Cet aspect est problématique à la fois dans le secteur agricole primaire et dans l'industrie de la transformation des aliments, et le ministre est au courant des défis à relever. Le Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées présente un rapport sur le Programme des travailleurs étrangers temporaires. Le gouvernement y répondra d'ici le début de l'année prochaine. AAC a commencé à collaborer avec le secteur de la viande pour aborder certains des enjeux avec lesquels l'industrie doit composer, y compris les conditions du marché du travail.
  • Mesures de contrôle frontalier : Des discussions ont eu lieu avec des transformateurs primaires et des transformateurs secondaires au sujet du Programme d'exonération des droits et du Programme d'importation pour réexportation. On y a entendu différents points de vue quant à ce que devraient être la portée et la nature du programme.

Récapitulation et clôture de la réunion

  • Le coprésident de l'industrie a indiqué qu'il travaillera avec les responsables d'AAC pour déterminer les priorités à présenter au comité directeur exécutif et à la Table ronde pour approbation.
  • Le Comité directeur exécutif fixera la date de la prochaine réunion de la Table ronde. On recommande que les ministres MacAulay, Bains et Philpott y assistent.

Annexe A – Participants

Coprésidents

  • Daniel Vielfaure – coprésident représentant de l'industrie, Bonduelle Amériques
  • Chris Forbes – coprésident représentant le gouvernement fédéral, Agriculture et Agroalimentaire Canada

Industrie

  • Jim Smith – BIO | Food | Tech
  • Olivier Lavigne-Lacroix – Cargill ltée
  • Ian Roberts – ConAgra Foods Canada
  • Lisa Dyck – Cornell Creme
  • Martin Le Moine – Fruit d'Or
  • Rob Kee – Ingredion Canada Corporation
  • Dominique Bohec – La Petite Bretonne
  • Rory McAlpine – Les Aliments Maple Leaf inc.
  • Graeme Jewett – Marsan Foods
  • Mike Duffy – North Nova Seafoods Limited
  • Tim Sinclair – U-Be-Livin-Smart
  • Carmela Serebryany-Harris – Upper Crust
  • Martin Pierre Roussel – Vegpro International Inc.
  • Jocelyn St-Denis – Vegpro International Inc.
  • Brian Read – XL Foods

Associations

  • Greg Fash – Association de l'industrie alimentaire de l'Atlantique
  • James Donaldson – BC Food Processors Association
  • Paul Hetherington – Association canadienne de la boulangerie
  • Daniel Yeon –Institut canadien des politiques agroalimentaires
  • Chris Vervaet – Canadian Oilseed Processors Association
  • Don Jarvis – Canadian Pasta Manufacturers Association
  • Sandra Marsden – Institut canadien du sucre
  • Sylvie Cloutier – Conseil de la transformation alimentaire du Québec
  • Jackie Crichton – Association des transformateurs laitiers du Canada
  • Dave Shambrock – Food & Beverage Manitoba
  • Norm Beal – Food and Beverage Ontario
  • Joslyn Higginson – Produits alimentaires et de consommation du Canada
  • Deanna E. Zenger – Food Processing Human Resources Council (Association canadienne des surtransformateurs de volailles)
  • Robert de Valk – Further Poultry Processors Association of Canada
  • Alister Muir – Saskatchewan Food & Ingredient Processors Association
  • Dan Prefontaine – Saskatchewan Food Industry Development Centre Inc. (Centre alimentaire)
  • Candice Appleby – Small Scale Food Processor Association
  • Richard Linley – Wine Council of Ontario

Conseillers ou universitaires

  • W.E. (Ted) McKechnie – The Davies Group – William Davies Consulting Inc.
  • Laurette Dubé – Université McGill
  • François Couture – au nom de la Fondation INITIA

Gouvernement provinciaux

  • TJ Schur – ministère de l'agriculture de la Colombie-Britannique
  • Ken Gossen – ministère de l'agriculture et de la foresterie de l'Alberta
  • Godwin Pon – gouvernement de la Saskatchewan – ministère de l'agriculture
  • Randy Jackiw – Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario
  • Tammy Tondevold – Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario
  • Alain Fournier – Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec
  • Devon Nutbeem – Opportunités Nouveau-Brunswick
  • Derrick Brooks – ministère de l'agriculture de la Nouvelle-Écosse

Gouvernement fédéral

  • Shelly Binch – Emploi et Développement social Canada
  • Steven West – Emploi et Développement social Canada
  • Sonia Vieira – Exportation et développement Canada
  • Marty Seymour – Financement agricole Canada
  • Martin Anderson – Innovation, Sciences et Développement économique Canada
  • Sylvie Verdon – Innovation, Sciences et Développement économique Canada
  • Kris Khanna – Conseil national de recherches Canada
  • Sonia Martin – Conseil national de recherches Canada

Conférenciers

  • Jodi White – Agence canadienne d'inspection des aliments
  • Karen McIntyre – Santé Canada
  • Gerard Peets – Innovation, Sciences et Développement économique Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

  • Mary Jean McFall – Chef de cabinet du Ministre
  • Stephen Desroches
  • Warren Gould
  • Andrea Johnston
  • Anne Kennedy
  • Bruno Lamy
  • Sylvie Millette LeDuc
  • Scott Patterson
  • Joann Perron
  • John Fox
  • Joyce Boye
  • Denis Petitclerc

Soutien d'Agriculture et Agroalimentaire Canada

  • Sylvie Brûlé
Date de modification :