Huitième réunion de la Table ronde de l’industrie de la transformation des aliments – Compte rendu des discussions

25-26 mai 2017 – Ottawa, Ontario

Mot d’ouverture

  • Les coprésidents souhaitent la bienvenue aux quelque 90 participants (consulter l’annexe pour obtenir la liste de tous les participants).
  • Daniel Vielfaure, coprésident et représentant de l’industrie, souligne l’importance des points à l’ordre du jour pour ce qui est de leur pertinence et de l’intérêt élevé qu’ils suscitent dans le secteur, notamment le suivi de la Stratégie en matière de saine alimentation.  Il décrit aussi comment il a représenté la Table ronde lors de la récente réunion annuelle de tous les présidents des tables rondes, lors de laquelle l’enjeu de la main-d’œuvre était le principal sujet de discussion.

Budget 2017

  • John Knubley, sous-ministre d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE), discute de la stratégie du gouvernement pour soutenir la croissance économique par l’entremise du Plan pour l’innovation et les compétences annoncé dans le budget 2017. Ce Plan vise à établir le Canada comme un chef de file mondial en innovation pour créer des emplois et assurer la croissance de la classe moyenne.
  • Les principaux éléments du Plan pour l’innovation et les compétences sont les suivants : développer une main-d’oeuvre qualifiée; établir des supergrappes; consolider les programmes actuels en matière d’innovation grâce au Fonds pour l’innovation stratégique et simplifier l’exécution des programmes par le biais d’une approche à guichet unique sous la responsabilité d’Innovation Canada.  Le Plan prévoit également la création de six tables sectorielles de stratégies économiques, dont une axée sur l’agroalimentaire, qui viseront à fixer des objectifs de croissance ambitieux pour le secteur, à déterminer les enjeux sectoriels et les « goulots d’étranglement » freinant l’innovation, ainsi qu’à établir des stratégies spécifiques pour aider les innovateurs à atteindre leurs objectifs.
  • Les participants reconnaissent les possibilités offertes à l’industrie par le Plan pour l’innovation et les compétences, notamment en ce qui a trait à l’accès aux programmes d’innovation, à l’établissement de grappes sectorielles et à l’intensification de la recherche et développement (R.-D.) et de la collaboration en matière d’innovation au sein du secteur.
  • Ils se sont toutefois dits préoccupés par le fait que l'industrie alimentaire devra soutenir la concurrence d’autres secteurs pour obtenir du financement. Les participants ont aussi indiqué que la taille des supergrappes (200 millions de dollars) pourrait compliquer la tâche du secteur alimentaire pour ce qui est de déposer une candidature, étant donné que les supergrappes nécessitent des fonds de contrepartie de la part de l’industrie.
  • M. Knubley réitère que le secteur agroalimentaire sera éligible pour accéder à tous les éléments du Plan. La coprésidente et représentante du gouvernement, Nada Semaan, souligne qu’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) collaborera avec ISDE en ce qui a trait aux programmes en matière d’innovation, ‎et qu’une fois renouvelé, le prochain cadre stratégique comportera également des programmes d’innovation pour le secteur.

Innovation et croissance

  • La présentation d’AAC sur les organisations canadiennes qui appuient l’innovation dans l’industrie de la transformation des aliments a mis en évidence la diversité des organisations dans le pays (c'est-à-dire, universités, collèges et centres de technologie alimentaire); ‎le type d'activités (c'est-à-dire, allant de la résolution de problèmes techniques à la R.-D.) à l'appui de l’innovation; ainsi que les réseaux de collaboration. 
  • Elle a souligné le manque de sensibilisation aux ressources et à l'expertise disponibles au sein du système d’innovation; les lacunes sur le plan de la coordination et de la collaboration au sein du réseau et de l’industrie; la nécessité d’accroître l’information sur les marchés; ainsi que le besoin en leadership pour l’établissement d’une vision permettant d'amener le secteur à accélérer l’innovation.
  • La présentation des Innovateurs canadiens en alimentaire a repris ces enjeux, en plus de souligner la nécessité de disposer d’un catalogue ou d’un service guide des programmes de financement de l’innovation en vue de faciliter l’accès des entreprises aux programmes disponibles. Des modèles comme Food Valley Netherlands sont considérés comme des voies à explorer afin de renforcer l'innovation dans le secteur.
  • Les séances en petits groupes ont permis de dégager les besoins suivants : mécanisme ou organisation‎ servant à relier l’industrie aux organismes d'innovation; incitatifs pour les universités en vue d’intensifier la collaboration avec l’industrie; simplification du processus de dépôt de demandes et de la gestion des programmes; et accroissement des ressources destinées au développement des affaires en vue de générer de nouveaux projets précompétitifs en R.-D. L’utilité d’examiner le modèle de cotisation des producteurs à l’appui de la recherche a été mentionnée, même si l’on s’est demandé s’il pourrait être appliqué dans l’industrie de la transformation alimentaire.

Priorités de la Table ronde de l’industrie de la transformation des aliments

  • Le coprésident et représentant de l’industrie, Daniel Vielfaure, se penche sur les résultats du sondage réalisé auprès des membres de la Table ronde de l'industrie de la transformation des aliments (TRITA) en janvier 2017, afin de confirmer les priorités de celle-ci. Il fait brièvement le point sur les discussions de suivi avec le comité directeur exécutif de la TRITA concernant les résultats du sondage, au cours desquelles il a été convenu que l’« importance du secteur » était un thème général de la Table ronde, plutôt qu’une priorité.
  • M. Vielfaure propose les cinq priorités suivantes aux membres de la Table ronde : Innovation; cadre règlementaire; main-d’œuvre; durabilité; et marchés d’exportation. Ces priorités sont acceptées. M. Vielfaure fait remarquer qu’il est important que la Table ronde mette l’accent sur les priorités générales du secteur dans son ensemble, plutôt que sur des questions propres aux sous-secteurs, et qu’elle continue d’aller dans la même direction.
  • Le coprésident et représentant de l’industrie présente également les objectifs établis lors des précédentes réunions de la TRITA et dans le budget 2017 : atteindre des ventes de 135 milliards de dollars dans l’industrie d’ici 2010; accroître le pourcentage des produits agricoles canadiens utilisés dans la transformation alimentaire à 45 pour cent d’ici 2020; augmenter la part des revenus totaux de l’industrie à l’exportation à 35 pour cent; et porter les exportations agroalimentaires canadiennes totales à 75 milliards de dollars d’ici 2025.
  • M. Vielfaure traite ensuite des progrès accomplis sur le plan de la réalisation des objectifs : il note que l’industrie est sur la bonne voie pour ce qui est du pourcentage d'exportation et des exportations agroalimentaires totales, mais qu’il a pris du retard au niveau des ventes globales et de la part de produits agricoles canadiens utilisée par la transformation des aliments. On s’entend sur le fait que les paramètres utilisés pour suivre les progrès en matière d’exportation sont insuffisants (c'est-à-dire, part des exportations dans les revenus totaux et exportations agroalimentaires totales). Il convient d’affiner le paramètre permettant de prendre en compte la balance commerciale globale et de s’assurer que l’industrie ne perd pas de part de marché sur la scène nationale en augmentant ses exportations.

Le point sur l'engagement avec les États-Unis

  • Fred Gorrell, sous-ministre adjoint, Direction générale des services à l’industrie et aux marchés d’AAC, fait le point sur la situation commerciale avec les États-Unis. Il fait remarquer que le Canada et les États-Unis continuent d’avoir de bonnes relations commerciales et donne les dernières nouvelles concernant le ministère américain de l’Agriculture et les efforts de promotion des intérêts canadiens auprès des États-Unis.
  • Il souligne que le Canada doit être bien préparé en vue des renégociations et des initiatives de promotion avec les États-Unis. Il réitère combien il est primordial d’avoir une approche coordonnée et intégrée avec les provinces et l’industrie et que le Canada doit avoir un message uniforme dans la promotion de ses intérêts. Il mentionne que l’industrie sera consultée relativement à l’engagement avec les États-Unis.
  • Pour étayer ses propos, M. Gorrell présente aux participants une vidéo sur les avantages du commerce bilatéral États-Unis-Canada, qui est utilisée dans le cadre des efforts de promotion des intérêts canadiens. Il était entendu d’envoyer cette vidéo aux participants afin qu’ils puissent transmettre et amplifier le message sur les médias sociaux.
  • Les participants ont proposé des messages à communiquer aux États-Unis pour ce qui est de la promotion des intérêts canadiens. Parmi eux, leur rappeler l’importance des investissements canadiens dans la création d’emplois aux États-Unis et la richesse crée au Canada au profit d’investisseurs américains. M. Gorrell fait remarquer que ces messages doivent être transmis de manière coordonnée et qu’il consulterait le négociateur commercial du gouvernement du Canada sur la meilleure façon de véhiculer la contribution de l’industrie.

Modernisation de l’étiquetage des aliments

  • Christine Donoghue, sous-ministre déléguée à Santé Canada, et Carolina Giliberti, vice-présidente exécutive de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), font le point respectivement sur la Stratégie en matière de saine alimentation et l'initiative de modernisation de l’étiquetage des aliments.
  • Santé Canada souligne que la Stratégie en matière de saine alimentation est une composante clé des engagements de la ministre Philpott et de la lutte contre la hausse des maladies chroniques liées au régime alimentaire, dont l'obésité.  Mme Donoghue passe en revue les échéances de conformité associées aux principaux éléments de la Stratégie (c'est-à-dire, étiquetage nutritionnel 2012; gras trans 2017) et précise que l’évaluation de l’approche volontaire pour la réduction du sodium est prévue pour plus tard cette année.  Santé Canada indique que l’on n’a jamais voulu que l’étiquetage sur la face avant de l’emballage soit perçu comme un « avertissement » et encourage l’industrie à faire des commentaires au cours de la phase 1 de publication dans la Gazette du Canada.  Le ministère s’est engagé à réaliser d’autres tests et analyses auprès des consommateurs concernant l'étiquetage proposé en vue de choisir les symboles adéquats.  Santé Canada fait savoir que l’industrie pourrait recevoir de l’information sur la politique relative à la limitation de la publicité destinée aux enfants et sur le Guide alimentaire canadien dans les prochaines semaines.
  • L’ACIA donne un compte rendu des consultations menées en rapport avec la modernisation de l’étiquetage des aliments.  L’Agence a reçu plus de 2 500 réponses très diverses.  Les résultats de l’analyse des réponses, qui sera achevée d’ici la fin de l’été, seront affichés sur le site Web.  L’ACIA entend accélérer la modernisation des normes d’identification alimentaire par l’entremise de l’incorporation par renvoi, afin d’obtenir une plus grande souplesse pour les mises à jour.  L’ACIA précise qu’elle est ouverte à la modification des échéanciers, en cas de réception de demandes justifiées à cet effet.
  • Sylvie Cloutier, présidente du Groupe de travail sur les initiatives règlementaires de la Table ronde de l’industrie de la transformation des aliments fait une présentation résumant l’analyse du Groupe de travail concernant les effets des changements règlementaires prévus et les stratégies d’atténuation potentielles.  Le rapport préliminaire et les diapositives associées ont été communiqués à Santé Canada, à l’ACIA et aux participants avant la réunion.
  • Les participants souscrivent activement aux objectifs généraux de la politique visant à aider les consommateurs à faire des choix avisés sur le plan alimentaire, mais soulignent leurs grandes préoccupations quant aux coûts potentiels de la conformité, à la faisabilité des échéances, au manque de consultation de l’industrie et à l'efficacité des mesures au niveau de la réduction de l’obésité, en particulier en raison de l'absence d’appui gouvernemental à l’éducation des consommateurs.
  • Ils ajoutent qu’il est nécessaire de poursuivre le dialogue concernant les approches et les échéances proposées et acceptent d’échanger toutes autres données avec Santé Canada (p. ex., le rapport McKinsey sur l’obésité, renseignements sur les consommateurs).
  • Santé Canada souligne qu’il envisagera l’organisation d’un forum multipartite chargé d'examiner une série d’approches destinées à satisfaire les objectifs de la politique tout en ralliant le maximum de soutien à la politique finale.

Main-d’œuvre

  • AAC fournit des renseignements contextuels sur les tendances de la main-d’œuvre dans l’industrie canadienne de la transformation des aliments, y compris sur les enjeux et le rôle de la main-d’œuvre au niveau de la croissance de l’industrie.
  • Paul Thompson, sous-ministre adjoint principal, Direction générale des compétences et de l’emploi, Emploi et Développement social Canada (EDSC), fait le point sur la réponse du gouvernement au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, et notamment sur les plans d'EDSC visant à mener un examen du secteur de l'agriculture primaire en vue de moderniser l’administration du volet de l’agriculture primaire du programme des travailleurs étrangers temporaires.
  • M. Thompson mentionne qu’EDSC mène aussi un examen du secteur de la viande et espère que cela aboutira à un plan d’action semblable à celui des fruits de mer récemment mis au point. Le plan vise à déterminer les enjeux relatifs à l’accroissement de la main-d’œuvre dans le secteur et de la participation des groupes sous-représentés parmi les Canadiens. Il précise que le ministère s’intéresse à la main-d’œuvre à l’échelle locale et qu’il a la même position qu’AAC sur cette question.
  • EDSC reconnaît l’importance de la main-d’œuvre pour la croissance de l’industrie et est intéressé à travailler en partenariat avec celle-ci en vue de veiller à ce que ses programmes continuent d’évoluer de façon à répondre aux besoins sectoriels. Parallèlement, le ministère sait combien il serait utile de consacrer de plus amples efforts pour que le secteur recrute et maintienne en place les Canadiens en sous-représentation.
  • Les participants répètent combien il est indispensable de disposer d’une main-d’œuvre suffisante pour assurer la croissance de l’industrie. L’industrie réitère par ailleurs sa préférence pour les travailleurs locaux, étant donné que les travailleurs étrangers temporaires sont plus coûteux lorsque l’on prend en compte l’ensemble des frais (c'est-à-dire, traitement des dossiers, transport et assurance-santé). Les participants reconnaissent également les problèmes liés au travail saisonnier, les Canadiens n’étant généralement pas intéressés à ce type d’emploi en raison des conditions de travail difficiles et la nature provisoire de ces emplois.
  • Le président de Food and Beverage Ontario (FBO), Norm Beal, et Isabel Dopta, directrice des communications, traitent de la stratégie « Votre avenir a du goût – Stratégie en matière d’emploi » destinée à favoriser les carrières et à attirer et développer les talents dans l’industrie de la transformation des aliments.  Leur analyse des problèmes sectoriels en rapport avec l'attraction de la main-d’œuvre et leur stratégie pour y remédier ont été bien accueillies par les participants.

Récapitulation et clôture de la réunion

  • La sous-ministre déléguée, Nada Semaan, met fin à la réunion en procédant à une brève récapitulation et en s’engageant à communiquer les documents de la réunion, et remercie tous les participants pour leur active contribution à ce qui a été un exercice fructueux.

Annexe - Présents

Coprésidents

  • Nada Semaan, coprésidente et représentante du gouvernement, Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Daniel Vielfaure, coprésident représentant de l’industrie, Bonduelle Amériques

Industrie

  • Ashley Kanary, Baxters Canada Inc.
  • Louis Falardeau, Bonduelle Amériques
  • Teresa Schoonings, Canada Bread Company, Limited
  • Brian Read, Canadian Premium Meats Inc.
  • Olivier Lavigne-Lacroix, Cargill Ltée
  • Maryse Dumont, Exceldor
  • Tom Gunter, Fiera Foods Company
  • Martin Le Moine, Fruit d’Or
  • Wayne Urbonas, Granny’s Poultry Cooperative Ltd.
  • Mark Picard, Infraready Products Ltd.
  • Dominique Bohec, La Petite Bretonne Inc.
  • Pierre Turner, Lassonde Industries Inc.
  • Kathlyne Ross, Les Compagnies Loblaw limitée
  • Rory McAlpine, Aliments Maple Leaf
  • Fiona Wallace, Nestlé Canada Inc.
  • Mike Duffy, North Nova Seafoods Limited
  • Fred Jaques, Premium Brands Holdings Corporation
  • Kerry Towle, Aliments Sofina Inc.
  • Gerry Van Winden, Vegpro International Inc.

Associations

  • Greg Fash, Association de l’industrie alimentaire de l’Atlantique
  • Paul Hetherington, Association canadienne de la boulangerie
  • Luke Chapman, Bière Canada
  • Anthony van Heyningen, Association canadienne des boissons
  • Jim Goetz, Association canadienne des boissons
  • Dennis Laycraft, Canadian Cattlemen’s Association
  • Ron Bonnett, Fédération canadienne de l’agriculture
  • Gordon Harrison, Canadian National Millers Association
  • Chris Vervaet, Canadian Oilseed Processors Association
  • Don Jarvis, Canadian Pasta Manufacturers Association
  • Sandra Marsden, Institut canadien du sucre
  • Caroline Henderson, Canadian Vintners Association
  • Sylvie Cloutier, Conseil de la transformation alimentaire du Québec
  • Jackie Crichton, Conseil des viandes du Canada et Association des transformateurs laitiers du Canada
  • Dave Shambrock, Food & Beverage Manitoba
  • Isabel Dopta, Food and Beverage Ontario
  • Norm Beal, Food and Beverage Ontario
  • Carla Ventin, Produits alimentaires et de consommation du Canada
  • Jennefer Griffith, Conseil des ressources humaines du secteur de la transformation des aliments
  • Chris Kyte, Fabricants de produits alimentaires du Canada
  • Jim Smith, FOODTECH Canada
  • Robert Devalk, Association canadienne des surtransformateurs de volailles
  • Dave Wilkes, Conseil canadien du commerce de détail
  • Alister Muir, Saskatchewan Food & Ingredient Processors Association
  • Dan Prefontaine, Saskatchewan Food Industry Development Centre Inc. (Food Centre)
  • Candice Appleby, Small Scale Food Processors Association
  • John Swan, Spirits Canada
  • Jan Westcott, Spirits Canada
  • Richard Linley, Wine Council of Ontario

Conseillers ou universitaires

  • W.E. (Ted) McKechnie, The Davies Group, William Davies Consulting Inc.
  • Peter Seemann, Grassroots Public Affairs

Gouvernement provincial

  • Natisha Stashko, Ministère de l’Agriculture et des Forêts de l’Alberta
  • Grant Carlson, Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et du Développement rural du Manitoba
  • Randy Jackiw, Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario
  • Alain Fournier, Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec
  • Derrick Brooks, Ministère de l’Agriculture de la Nouvelle-Écosse

Gouvernement fédéral

  • Mike Dillon, Agence de promotion économique du Canada atlantique
  • Annie-Claude Bougie, Développement économique Canada pour les régions du Québec
  • Carolina Giliberti, Agence canadienne d’inspection des aliments
  • Daniel Miller, Agence canadienne d’inspection des aliments
  • Jodi White, Agence canadienne d’inspection des aliments
  • Shelly Binch, Emploi et Développement social Canada
  • Paul Thompson, Emploi et Développement social Canada
  • Steven West, Emploi et Développement social Canada
  • Mike Brownhill, Exportation et développement Canada
  • Sonia Vieira, Exportation et développement Canada
  • Christine Donoghue, Santé Canada
  • Karen McIntyre, Santé Canada
  • Andrea Johnston, Innovation, Sciences et Développement économique Canada
  • John Knubley, Innovation, Sciences et Développement économique Canada
  • Marie-Hélène St-Louis, Innovation, Sciences et Développement économique Canada
  • Sylvie Verdon, Innovation, Sciences et Développement économique Canada
  • Sonia Martin, Conseil national de recherches Canada
  • Stelios Loizides, Diversification de l’économie de l’Ouest Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

Direction générale des services à l’industrie et aux marchés

  • Isabelle Dépault
  • Ron Gerold
  • Fred Gorrell
  • Warren Gould
  • Anne Kennedy
  • Bruno Lamy
  • Denyse Landry
  • Sylvie Millette LeDuc
  • Joann Perron
  • Marco Valicenti

Direction générale des programmes

  • John Fox
  • France Pégeot

Direction générale des sciences et de la technologie

  • Rong Cao
  • Sylvie Jenni
  • Tony Savard

Direction générale des politiques stratégiques

  • Paul Spooner

Soutien d’Agriculture et Agroalimentaire Canada

  • Robert Dion
Date de modification :