Onzième réunion de la Table ronde sur la chaîne de valeur des cultures spéciales – Compte rendu des décisions

6 et 7 décembre 2016 – Winnipeg, Manitoba

Remarques préliminaires

  • Le coprésident d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), Ray Edwards, fait le point sur un certain nombre d'initiatives fédérales :
    • L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) prévoit élaborer une nouvelle stratégie sur la protection des végétaux et la santé des animaux et propose des frais de service. On invite les membres de l'industrie de la Table ronde sur la chaîne de valeur des cultures spéciales (TRCVCS) à participer au processus de consultation.
    • L'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) a publié une évaluation préalable des risques et un plan de gestion pour l'utilisation des néonicotinoïdes dans la production agricole.
    • L'initiative d'AAC visant à encourager la participation de certains jeunes aux réunions de la TRCV. Tariq Sohail assiste à la réunion dans le cadre de cette stratégie.
    • L'Initiative de stage en agroenvironnement d'AAC, qui offre des possibilités d'emploi aux diplômés postsecondaires dans des activités bénéfiques pour l'environnement au sein du secteur agricole.
    • La vision de Transports 2030 de Transports Canada pour améliorer le transport ferroviaire des marchandises.
  • La coprésidente de l'industrie, Kelly Dobson, fait le point sur la réunion annuelle de tous les présidents qui a eu lieu les 7 et 8 avril 2016, ainsi que les deux téléconférences que les coprésidents ont eues avec le ministre MacAulay le 9 mai, puis le 4 octobre 2016 au sujet du Prochain cadre stratégique (PCS). On mettra sur pied un groupe de travail intersectoriel des TRCV pour faciliter la coordination et l'échange de renseignements entre les tables rondes sur la durabilité et les changements climatiques.
  • On souhaite la bienvenue au nouveau membre de la TRCVCS, Gene Lahey de la Canaryseed Development Commission of Saskatchewan.

Discussion sur le Profil du secteur des cultures spéciales

  • La table ronde approuve le Profil du secteur des cultures spéciales. Ce profil sera utilisé pour informer les représentants des gouvernements et il servira d'outil de promotion pour les organismes sectoriels. Le profil fait un survol du secteur des cultures spéciales, puis présente un résumé de chacune des cultures spéciales. AAC confirmera la(les) source(s) des données présentées dans le profil.
  • La TRCVCS tiendra une téléconférence en janvier 2017 pour discuter des prochaines étapes et d'un processus pour tenir le profil à jour.

Mise à jour des provinces

  • Les membres des gouvernements provinciaux font le point sur les éléments suivants :
    • Manitoba – La province a entrepris de nombreux projets en recherche qui portent sur différentes cultures dont les plantes fourragères, le chanvre, le quinoa, le tournesol et le sarrasin.
    • Alberta – Sept projets en recherche sont en cours et portent sur la coriandre, le stévia, la moutarde, le thermopsis rhombifolié, la gaillarde aristée, l'asclépiade, le chanvre et le topinambour.
    • Saskatchewan – La province appuie un projet d'agroentreprise qui porte sur la nouvelle technologie et qui réduit les coûts, en collaboration avec l'Université de la Saskatchewan. Des projets en recherche sur la coriandre et le quinoa sont aussi en cours.

S'y retrouver dans l'environnement réglementaire : Études de cas de l'industrie du chanvre

  • Kim Shukla, directrice exécutive de l'Alliance commerciale canadienne du chanvre (ACCC), fait un survol de son expérience du processus de réglementation fédérale pour le chanvre, puis fait part de leçons apprises pouvant servir à d'autres cultures spéciales ayant des possibilités semblables.
  • L'ACCC a rédigé un document de travail sur le chanvre qu'elle a remis à Santé Canada (SC). SC a ensuite accordé une exemption provisoire, laquelle répond à 75 % de la demande du secteur.
  • L'ACCC poursuit sa collaboration avec SC pour résoudre les dernières préoccupations et elle surveillera la réglementation du chanvre aux États-Unis ainsi que son incidence possible sur l'industrie canadienne du chanvre.

Changements climatiques et environnement

  • Beth MacNeil, directrice générale de la Direction de l'élaboration et de l'analyse des politiques d'AAC, présente un exposé pour recueillir des commentaires au sujet des politiques et des programmes relatifs aux changements climatiques et à l'environnement qui s'inscriront dans le PCS. Voici les principaux objectifs stratégiques :
    • améliorer la croissance durable
    • prendre des mesures pour lutter contre les changements climatiques
    • démontrer des progrès.
  • Les membres de l'industrie laissent entendre qu'il faudrait établir des points de référence auxquels l'industrie peut se comparer et reconnaître le travail déjà accompli par le secteur agricole pour réduire les émissions et protéger les sources d'eau. Ils soulignent également les écarts entre les régions quant à l'état de préparation et recommandent d'éviter le dédoublement des efforts déjà déployés à l'échelon provincial.

Mise à jour de l'étude sur les séquences culturales

  • Bill May, chercheur et agronome de gestion des cultures à AAC, fait le point sur une étude entamée dans le but de combler les lacunes en information sur l'évaluation des séquences et des rotations des cultures spéciales pour optimiser le rendement sans nuire aux cultures traditionnelles ou aux revenus.
  • On présente les statistiques des essais sur le terrain réalisés en 2016. Il s'agit de la deuxième année d'une étude quadriennale.

Mise à jour des activités de la Table ronde sur l'industrie des grains

  • Stephen Lavergne, directeur de la Division des céréales et des oléagineux d'AAC, fait le point sur la récente réunion de la Table ronde de l'industrie des grains (TRIG), qui a eu lieu les 3 et 4 novembre 2016.
  • La TRIG met sur pied un groupe de travail qui sera chargé d'étudier les modèles de financement pour aider à accroître la création de valeur pour les cultures céréalières. Ce groupe de travail mènera des consultations à l'échelle de la chaîne de valeur.
  • Les participants discutent des répercussions possibles de l'adoption récente d'un projet de loi sur l'étiquetage des organismes génétiquement modifiés (OGM) aux États-Unis, lequel exigera la divulgation des données relatives aux OGM et aura préséance sur les initiatives d'étiquetage des États. Les échéanciers du processus de réglementation qui devraient être finalisés en 2018.
  • L'étiquetage des OGM sera inscrit à l'ordre du jour de la réunion de tous les présidents d'avril 2017.
  • Le Groupe de travail sur les statistiques agricoles (GTSA) fait part des principales constatations de son examen des demandes de données sur les prix, ainsi que du possible virage vers un modèle de financement défrayé et dirigé par une coalition composée de groupes de producteurs et de la possibilité d'obtenir un financement provisoire auprès d'AAC.
  • Nicholas Gautier, analyste principal des politiques commerciales au sein de la Division des politiques sur les aspects techniques du commerce d'AAC, fait le point sur la présence de faibles quantités (PFQ). Un modèle stratégique proposant une approche de gestion de la PFQ fondée sur les risques a été affiché sur le site Web d'AAC le 2 septembre 2016 afin de stimuler la discussion internationale. On planifie actuellement la prochaine réunion du groupe de l'Initiative mondiale sur la PFC.
  • Brent Wilson, directeur adjoint de la Division des politiques sur les aspects techniques du commerce d'AAC, fait le point sur les limites maximales des résidus (LMR). Voici les principales préoccupations de l'industrie :
    • la compilation de « listes positives » de LMR à l'échelle nationale qui a mené à des LMR manquantes ou inadaptées
    • l'absence d'un processus d'établissement de limites de tolérance pour les produits importés ou des processus d'approbation qui sont inefficaces
    • l'attribution d'une valeur par défaut de zéro ou de presque zéro aux LMR
    • l'amélioration des analyses qui abaissent les limites de détection.
  • L'atelier sur les LMR tenu par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) au cours de la semaine du 24 octobre 2016 comportait des discussions techniques sur les ententes de mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) relatives à la gestion des risques que posent les LMR pour les producteurs agricoles au niveau du commerce international.

Consultations sur le Prochain cadre stratégique

  • John Fox, directeur général de la Direction des programmes d'innovation d'AAC, fait le point sur l'élaboration du PCS en vue d'obtenir, de la part des intervenants de l'industrie, une rétroaction détaillée sur les priorités décrites dans la Déclaration de Calgary de juillet 2016. Les priorités sont :
    • marchés et commerce
    • science, recherche et innovation
    • gestion des risques
    • durabilité environnementale et changements climatiques
    • agriculture à valeur ajoutée et transformation agroalimentaire
    • confiance du public
  • Les membres sont invités à contribuer directement au processus de consultation.
  • Les commentaires de l'industrie figurent à l'annexe C et serviront à éclairer l'élaboration du PCS.

Plan prospectif de la Table ronde sur la chaîne de valeur des cultures spéciales

  • Les membres passent en revue le plan stratégique élaboré lors de la réunion d'avril 2016. Trois priorités sont mises en évidence :
    1. compétitivité et viabilité
    2. valeur ajoutée
    3. environnement et santé.
  • Les membres conviennent des activités pour les deux à trois prochaines années, notamment l'enregistrement de nouvelles variétés de moutarde, l'étude de nouvelles options de marché pour les plantes fourragères et le tournesol, ainsi que l'élaboration d'une stratégie de communication pour le secteur des plantes fourragères.
  • Le plan stratégique sera mis à jour afin de tenir compte des commentaires reçus, et une téléconférence sera organisée au début de 2017 pour peaufiner ce dernier.

Initiative ciblant la confiance du public menée par l'industrie

  • Kim McConnell fait le point sur l'initiative Parcours du Canada vers la confiance du public menée par l'industrie, une initiative qui vise à favoriser la collaboration de l'industrie sur cette question. On demande à AAC de convoquer une réunion du comité directeur proposé.
  • Le comité directeur orientera le coordonnateur du Centre pour la confiance du public pour faire progresser une approche sectorielle à l'obtention et au maintien de la confiance du public.
  • La TRCVCS continuera de suivre et de soutenir cette initiative, et elle demandera au secteur de prendre une décision quant à la demande de 500 $ en guise de soutien financier au Centre.

Soutien scientifique du secteur

  • Brian Gray, sous-ministre adjoint de la Direction générale des sciences et de la technologie d'AAC, fait un survol de la capacité scientifique et des priorités d'AAC. AAC se concentre sur la recherche fondamentale dans des secteurs où le gouvernement a un rôle clair à jouer, là où il n'y a ni chevauchement, ni supplantation des efforts déployés par l'industrie ou d'autres partenaires de recherche.
  • Le soutien d'AAC aux cultures spéciales est dispensé principalement par l'entremise de projets sur les plantes fourragères et des travaux sur les systèmes de culture intégrée pour répondre aux besoins agronomiques ainsi qu'aux besoins de diversification.
  • Les spécialistes d'AAC continuent de collaborer avec d'autres intervenants qui dirigent les efforts de recherche sur les cultures spéciales (par exemple moutarde, graine à canaris, tournesol, caméline, ginseng et houblon).
  • La TRCVCS continuera, en collaboration avec AAC, d'évaluer la possibilité d'établir une grappe de recherche.
  • On demandera à la Direction générale des sciences et de la technologie d'AAC de faire le point sur ses initiatives visant à soutenir le secteur des cultures spéciales.

Mot de la fin

  • Les membres se réjouissent de la participation sur place d'un grand nombre de hauts fonctionnaires d'AAC, notamment :
    • Brian Gray, sous-ministre adjoint de la Direction générale des sciences et de la technologie
    • Beth MacNeil, directrice générale de la Direction de l'élaboration et de l'analyse des politiques
    • John Fox, directeur général de la Direction des programmes d'innovation
    • Ray Edwards, coprésident du gouvernement fédérale et directeur général de la Direction de l'excellence du service et des programmes
  • La prochaine réunion de la TRCVCS est prévue provisoirement pour les 4 et 5 avril 2017.

Annexe A – Mesures de suivi et recommandations

Numéro de la réunion et du point Mesures de suivi Responsabilité Prochaines étapes et échéances
11-1 Profil du secteur : La TRCVCS approuve la quatrième version du profil du secteur. Kelly supprimera le filigrane « Ébauche ». Le profil du secteur sera distribué. Kelly/Division de la consultation du secteur (DCS) 23 décembre
11-2 Profil du secteur : Une téléconférence aura lieu en janvier 2017 pour discuter des prochaines étapes et d'un processus pour tenir le profil à jour. DCS/Membres de l'industrie Janvier 2017
11-3 Profil du secteur : AAC donnera de l'information sur la source des données qui ont servi à l'élaboration du profil du secteur. DCS Janvier 2017
11-4 Prochain cadre stratégique : La Division de la consultation du secteur (DCS) d'AAC transmettra les commentaires de la TRCVCS sur le PCS à la Direction générale des politiques stratégiques. DCS Janvier 2017
11-5 Prochain cadre stratégique : L'industrie échangera les initiatives de projet entre les membres de l'industrie sur une base volontaire. Membres de l'industrie Prochaine réunion de la TRCV
11-6 Plan stratégique de la TRCVCS : AAC mettra à jour le plan prospectif de la TRCVCS en fonction des commentaires de la TRCV; il mettra notamment l'accent sur l'agronomie et le développement de variétés. DCS/Membres de l'industrie Prochaine réunion de la TRCV
11-7 Plan stratégique de la TRCVCS : AAC organisera une téléconférence au début de 2017 pour peaufiner les possibilités de collaboration avec la TRCVCS sur les données. DCS Janvier 2017
11-7 Confiance du public : La TRCVCS continuera de suivre et de soutenir l'initiative Parcours du Canada vers la confiance du public/l'acceptabilité sociale, et elle demandera au secteur de prendre une décision quant à la demande de soutien financier au Centre pour la confiance du public. Membres de l'industrie En cours
11-8 Programme de grappes : La TRCVCS évaluera la possibilité d'établir une grappe de recherche en collaboration avec AAC et demandera à la Direction générale des sciences et de la technologie d'AAC de faire le point sur les initiatives qui pourraient soutenir le secteur des cultures spéciales. Pete/membres de l'industrie Prochaine réunion de la TRCV
11-10 Prochaine réunion de la TRCVCS : AAC consultera les membres de l'industrie pour déterminer les dates de la prochaine réunion (les dates proposées sont les 4 et 5 avril 2017). Coprésidents/DCS Fin de janvier 2017

Annexe B – Participants

Coprésidents

  • Kelly Dobson – coprésidente de l'industrie, National Sunflower Association of Canada
  • Ray Edwards – coprésident du gouvernement fédéral – directeur général, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Industrie

  • Connie Kehler – Herb – Spice and Specialty Agriculture
  • Cedric MacLeod – Association canadienne pour les plantes fourragères
  • Kevin Hursh – Saskatchewan Mustard Development Commission et Canaryseed Development Commission of Saskatchewan
  • Pete Desai – Mustard 21
  • Darcelle Graham – National Sunflower Association of Canada (par téléphone)
  • Kim Shukla – Alliance commerciale canadienne du chanvre (par téléphone)
  • Dave Macfarlane – Sakai Spice (par téléphone)

Gouvernements provinciaux

  • Dale Risula – Agriculture Saskatchewan (par téléphone)
  • Manjula Bandara – Agriculture et Forêts Alberta
  • Craig Linde – Agriculture, Alimentation et Initiatives rurales Manitoba (par téléphone)

Gouvernement fédéral

  • Laura Anderson – Commission canadienne des grains
  • Bob Nawolski – Agriculture et Agroalimentaire Canada

Jeunes représentants

  • Tariq Sohail – représentant des jeunes

Invités et conférenciers

  • John Fox – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Brian Gray – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Beth MacNeil – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Bill May – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Kim McConnell – AdFarm (par téléphone)

Observateurs de l'industrie

  • Gregg Fotheringham – National Sunflower Association of Canada
  • Gene Lahey – Saskatchewan Canary Seed Commission

Observateurs du gouvernement fédéral

  • Johanne Kristjanson – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Pierre Cormier – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Sonya Agbessi – Santé Canada (par téléphone)
  • Esther Salvano – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Jason Fradette – Agriculture et Agroalimentaire Canada (par téléphone)
  • Michelle Bielek – Agriculture et Agroalimentaire Canada

Soutien

  • Steve Lavergne – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • George Adnam – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Steve Desroches – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Violette Jacques – Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Monique Heise – Agriculture et Agroalimentaire Canada

Annexe C – Résumé des commentaires du secteur des cultures spéciales sur le Prochain cadre stratégique

  • Les petits secteurs comme celui des cultures spéciales n'ont pas la capacité (ressources humaines, temps et argent) nécessaire pour accéder aux programmes offerts par AAC.
  • Un soutien aux programmes est nécessaire pour l'agriculture sauvage (par exemple la cueillette de champignons forestiers). À titre d'exemple, certaines cultures spéciales sont solidement ancrées dans les collectivités éloignées.
  • Un soutien est nécessaire pour les marchés locaux; comment cela cadre-t-il avec l'approche du PCF?
  • Il est difficile pour les organisations nationales de compter sur les provinces et territoires pour protéger les marchés intérieurs (obstacles commerciaux entre provinces).
  • Le secteur a besoin d'aide pour développer ses marchés d'exportation.
  • L'accès aux marchés des ingrédients constitue un débouché important pour le secteur.
  • Il est difficile pour les petites organisations d'avoir accès à l'expertise nécessaire aux premières étapes (élaboration) de projets possibles.
  • L'incapacité de suivre le rythme du monde des affaires en ce qui a trait aux demandes et aux décisions de financement ne contribue pas à la productivité.
  • Les petites cultures (comme le tournesol) n'ont pas accès aux chercheurs d'AAC ou des universités – ces cultures doivent être reconnues par le gouvernement.
  • Il est difficile pour les secteurs émergents de participer aux programmes lorsqu'ils n'ont pas encore les structures ou les conditions agronomiques nécessaires pour assurer leur croissance – ils ont besoin du soutien du gouvernement (par exemple un plan agronomique à l'échelle des Prairies pour les trois à cinq prochaines années).
  • Une grappe des cultures spéciales pourrait s'avérer nécessaire, bien que le partage des coûts soit très difficile.
  • La recherche se fait rare pour un grand nombre de ces cultures (par exemple graine à canaris et moutarde), mais elle est essentielle au maintien des marchés.
  • Il faut de meilleures connaissances et stratégies pour le transfert des technologies, surtout à l'échelle des exploitations agricoles. Il manque de ressources de vulgarisation à l'échelon provincial.
  • La recherche et le développement sur les variétés constituent une priorité.
  • Le secteur a besoin d'aide pour mettre au point des produits destinés à l'exportation (par exemple moutarde, chanvre et graine à canaris).
  • La valeur ajoutée est une importante voie à suivre pour le secteur des cultures spéciales.
  • Le fractionnement et l'extraction (par exemple huiles essentielles) s'effectuent dans le cas de certaines cultures spéciales, mais il y a des lacunes, et il est difficile de trouver des marchés pour les produits.
Date de modification :