Les pommes de terre : situation et tendances de la production canadienne en 2006-2007 (2 de 9)

Remarque : Une partie du contenu dépasse la largeur habituelle.


Les contributions directes et indirectes de l'industrie de la pomme de terre à l'économie canadienne au niveau de la production et la transformation s'élèvent à près de 6,5 milliards de dollars. En outre, au Canada, les industries de la production et de la transformation de la pomme de terre créent quelque 33 000 emplois, principalement dans les régions rurales, faisant ainsi vivre un bon nombre d'entre elles.

Contexte

À la fin des années 1980, l'industrie canadienne de la pomme de terre a connu une expansion spectaculaire, avec l'entrée en vigueur de l'Accord de libre-échange Canada - États-Unis, précurseur de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). La production annuelle de pommes de terre a presque doublé, passant de 2,88 millions de tm en 1989 à 5,283 millions de tm en 2003, pendant que la surface récoltée augmentait de 58 %, passant de 114 500 à 181 100 ha. La production de pommes de terre s'est déplacée à l'ouest du pays. Dans les Prairies, l'expansion a été remarquable. Elle résulte directement du secteur des frites. Plusieurs autres facteurs ont également joué, notamment la proximité de l'Ouest canadien par rapport aux marchés nord-américains de produits transformés; les terres, qui se prêtent à la culture des pommes de terre; l'eau et le sol, qui ne manquent pas pour les besoins de la rotation ; la disponibilité du capital nécessaire pour investir dans l'équipement et les entrepôts spécialisés.

La production de frites a augmenté en réponse à la demande nord-américaine et mondiale dans le commerce de détail et la restauration. On a construit des usines de transformation dans l'Île-du-Prince-Édouard, au Québec, au Manitoba et en Alberta. Les producteurs canadiens ont augmenté leur production pour répondre à la demande de frites et de pommes de terre de semence.

Tableau 3 - Production canadienne de pommes de terre par région, 1997-2006
Province 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 % de
changement[*]
* % changement observé entre 2005 et 2006
Statistique Canada (22-008-XIF)
Superficie plantée (ha)
Terre-Neuve 300 300 300 200 200 300 300 300 300 300 0 %
Île-du-Prince-Édouard 45 300 45 300 45 700 44 100 43 300 44 100 42 900 42 900 38 800 39 250 1 %
Nouvelle-Écosse 1 900 2 000 2 100 2 100 2 100 2 200 2 100 2 200 1 700 1 400 -18 %
Nouveau-Brunswick 22 700 23 100 22 700 22 300 23 600 23 500 23 900 23 700 23 100 23 500 2 %
Québec 19 000 18 600 17 900 18 600 18 900 19 800 20 200 19 300 19 700 19 000 -4 %
Ontario 15 700 17 400 17 600 17 700 17 600 17 700 18 200 16 200 14 700 15 000 2 %
Manitoba 29 100 29 900 29 900 31 600 31 400 35 600 41 700 38 800 34 800 33 000 -5 %
Saskatchewan 3 400 5 500 3 200 4 200 5 100 5 300 5 500 4 800 4 000 4 000 0 %
Alberta 12 500 13 400 17 400 21 400 23 600 25 100 26 700 23 500 22 700 22 050 -3 %
Colombie-Britannique 3 600 3 400 3 300 3 400 3 500 3 600 3 700 3 600 3 300 3 200 -3 %
Canada 153 500 158 900 160 100 165 600 169 300 177 200 185 200 175 300 163 100 160 700 -1 %
Superficie récoltée (ha)
Terre-Neuve 300 300 200 200 200 300 300 200 200 300 50 %
Île-du-Prince-Édouard 45 300 44 500 44 500 43 700 43 300 43 500 42 700 42 700 38 600 38 500 0 %
Nouvelle-Écosse 1 900 1 900 1 900 2 100 2 100 2 200 2 100 2 100 1 600 1 400 -13 %
Nouveau-Brunswick 22 700 22 900 22 300 22 300 23 200 23 500 23 700 23 500 22 500 23 100 3 %
Québec 18 700 18 300 17 600 18 100 18 600 19 400 19 800 18 700 19 200 17 800 -7 %
Ontario 15 700 17 400 16 900 16 100 17 300 16 900 17 800 15 800 14 400 14 600 1 %
Manitoba 28 900 29 300 29 500 29 900 30 200 34 000 41 100 37 600 30 800 32 600 6 %
Saskatchewan 3 400 5 300 3 200 4 100 5 000 5 100 5 300 4 700 4 000 3 700 -8 %
Alberta 12 300 13 000 17 100 19 300 23 200 22 600 24 700 23 100 20 800 21 500 3 %
Colombie-Britannique 2 800 3 200 3 300 3 400 3 500 3 500 3 600 3 400 3 300 3 200 -3 %
Canada 152 000 156 100 156 500 159 200 166 600 171 000 181 100 171 800 155 400 156 700 1 %
Rendement moyen (TM/ha)
Terre-Neuve 15,67 14,33 14,50 20,50 22,00 17,33 22,67 21,30 18,61 25,78 39 %
Île-du-Prince-Édouard 29,72 29,71 29,15 30,27 19,28 31,39 29,70 30,82 30,82 33,62 9 %
Nouvelle-Écosse 20,84 23,47 24,05 26,95 16,86 24,95 24,14 26,35 24,10 23,54 -2 %
Nouveau-Brunswick 29,09 29,76 27,97 28,53 28,06 29,11 28,55 31,94 29,14 33,62 15 %
Québec 24,33 25,96 26,14 26,22 25,77 23,55 26,63 29,76 25,48 29,06 14 %
Ontario 22,42 20,22 20,76 21,30 20,76 18,69 22,93 22,64 18,16 23,43 29 %
Manitoba 25,81 26,38 25,25 28,07 26,22 24,66 27,45 27,46 23,54 30,26 29 %
Saskatchewan 27,79 29,94 28,00 29,90 27,34 31,69 35,04 31,38 29,70 30,26 2 %
Alberta 32,62 33,15 32,54 34,75 35,29 31,36 36,97 39,23 38,56 38,33 -1 %
Colombie-Britannique 25,50 27,22 29,30 28,79 31,20 32,69 32,72 32,50 30,82 31,38 2 %
Canada 27,44 27,73 27,27 28,69 25,33 27,52 29,17 30,48 28,22 31,88 13 %
Volume (en milliers de tonnes)
Terre-Neuve 5 4 3 4 4 5 7 5 5 7 61 %
Île-du-Prince-Édouard 1 346 1 322 1 297 1 323 835 1 365 1 268 1 316 1 191 1 295 9 %
Nouvelle-Écosse 40 45 46 57 35 55 51 57 39 32 -17 %
Nouveau-Brunswick 660 682 624 636 651 684 677 750 655 776 19 %
Québec 455 475 460 475 479 457 527 556 489 518 6 %
Ontario 352 352 351 343 359 316 408 357 261 341 31 %
Manitoba 746 773 745 839 792 838 1 128 1 034 724 986 36 %
Saskatchewan 95 159 90 123 137 162 186 146 119 113 -5 %
Alberta 401 431 556 671 819 709 913 905 804 825 3 %
Colombie-Britannique 71 87 97 98 109 114 118 109 101 102 1 %
Canada 4 171 4 329 4 268 4 568 4 221 4 705 5 283 5 235 4 387 4 995 14 %

La plus grande récolte de l'histoire canadienne a été réalisée en 2003, sous l'effet combiné d'un rendement record sur une surface récoltée sans précédent (29,17 tm/ha sur 181 100 ha).

L'expansion de l'industrie canadienne de la pomme de terre a aussi été fortement liée à la fluctuation de la valeur du dollar canadien par rapport à la devise américaine. Au cours des années 1990, l'industrie canadienne de la pomme de terre a profité de la faiblesse relative du dollar canadien. Le gros de l'expansion est survenu entre 1993 et 2002, alors que la valeur du dollar canadien était moins élevée. À la fin de cette période, la demande de tous les produits nord-américains de la pomme de terre était en baisse, en raison de la faible valeur de l'euro. Depuis 2003, l'appréciation du dollar canadien a entraîné un ralentissement de l'expansion de l'industrie canadienne de la pomme de terre et un renversement de la tendance. La compétitivité de l'industrie canadienne a fléchi et une part importante de la capacité de transformation en frites a été rapatriée aux États-Unis. En 2004, les transformateurs de frites du Canada ont réduit le volume de leurs contrats d'achat de pommes de terre, en raison de l'affaiblissement de la demande de frites en Amérique du Nord. L'apathie de la demande de pommes de terre et de produits connexes a donné lieu à un surplus de pommes de terre de consommation et de semence et, en conséquence, à une baisse de prix pour les producteurs. En 2004, il a fallu diminuer la production pour restaurer un équilibre profitable entre l'offre et la demande. L'industrie canadienne de la pomme de terre a réagi aux nouvelles conditions du marché et a diminué la superficie consacrée à cette culture; ce qui a amené le premier recul de la superficie en 15 ans. Cependant, les conditions de croissance favorables ont de nouveau donné lieu à une récolte exceptionnelle, et on a dépassé, pour une deuxième année consécutive, le rendement national record (30,48 tm/ha). L'effet de la réduction de la superficie cultivée a donc été annulé.

Tableau 4 - Production canadienne de pommes de terre et valeur, 1997-2006
Province 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 % de
changement[*]
2006 données non disponibles
* % changement observé entre 2004 et 2005
Statistique Canada (22-008-XIF)
Quantités vendues, consommées, ensemencées ou utilisées pour bétail (en milliers de tonnes)
Terre-Neuve 4 4 3 4 4 5 6 5 4 -11 %
Île-du-Prince-Édouard 1 323 1 298 1 279 1 023 830 1 352 1 255 1 295 1 182 -9 %
Nouvelle-Écosse 37 41 43 54 33 52 48 54 37 -32 %
Nouveau-Brunswick 618 644 599 613 639 663 649 665 634 -5 %
Québec 434 459 448 453 471 441 503 509 469 -8 %
Ontario 328 326 337 322 341 299 363 304 253 -17 %
Manitoba 670 698 681 825 779 829 996 1 001 715 -29 %
Saskatchewan 87 136 81 114 128 150 178 117 103 -12 %
Alberta 361 392 523 659 800 695 899 889 790 -11 %
Colombie-Britannique 66 79 90 93 104 109 112 98 96 -2 %
Canada 3 929 4 078 4 084 4 158 4 130 4 595 5 010 4 937 4 282 -13 %
Valeur (en milliers de $ Cdn)
Terre-Neuve 1 312 1 445 1 140 1 399 1 395 1 940 2 280 1 725 1 841 7 %
Île-du-Prince-Édouard 187 290 218 355 195 617 139 947 192 511 229 825 162 248 165 376 233 786 41 %
Nouvelle-Écosse 6 310 7 141 8 986 11 775 7 085 11 656 9 785 10 804 7 602 -30 %
Nouveau-Brunswick 86 102 103 102 94 750 91 868 152 967 118 321 91 198 83 241 124 556 50 %
Québec 73 918 83 750 86 075 86 317 120 938 104 361 86 849 88 349 120 592 36 %
Ontario 62 871 61 013 65 182 61 957 89 842 91 778 88 194 65 838 71 784 9 %
Manitoba 126 168 115 035 117 748 143 643 143 463 149 157 163 384 167 980 126 873 -24 %
Saskatchewan 28 353 38 242 29 431 38 460 52 195 58 899 60 255 33 245 32 319 -3 %
Alberta 67 888 75 696 104 829 110 571 153 435 148 638 169 375 168 103 153 223 -9 %
Colombie-Britannique 21 555 32 447 37 782 35 657 46 812 63 455 49 197 45 787 47 764 4 %
Canada 661 767 736 226 741 540 721 594 960 643 978 030 882 765 830 448 920 341 11 %
Prix moyen ($ Cdn / tonne)
Terre-Neuve 305,12 370,51 438,46 368,16 348,75 395,92 361,90 359,38 431,75 -1 %
Île-du-Prince-Édouard 141,56 168,19 152,97 136,85 231,83 170,05 129,31 127,71 197,77 -1 %
Nouvelle-Écosse 171,93 172,49 209,95 219,27 213,40 223,30 203,43 200,82 208,20 -1 %
Nouveau-Brunswick 139,26 160,00 158,18 149,84 239,46 178,41 140,48 125,12 196,50 -11 %
Québec 170,24 182,46 192,13 190,71 256,71 236,43 172,80 173,44 257,19 0 %
Ontario 191,80 187,21 193,48 192,53 263,47 307,05 242,76 216,57 283,71 -11 %
Manitoba 188,23 164,90 172,80 174,20 184,12 179,99 164,06 167,81 177,37 2 %
Saskatchewan 326,65 281,40 362,00 337,66 407,14 392,40 338,51 283,42 314,43 -16 %
Alberta 188,00 192,91 200,36 167,71 191,70 213,78 188,34 189,11 193,98 0 %
Colombie-Britannique 324,62 410,72 418,41 385,48 452,29 582,16 438,48 468,17 499,05 7 %
Canada 168,44 180,54 181,56 173,55 232,61 212,84 176,21 168,20 214,92 -5 %

En janvier 2005, les producteurs de l'Î.-P.-É. ont lancé plusieurs initiatives, notamment la mise en place d'un programme volontaire de réaffectation des excédents de pommes de terre ainsi que l'imposition d'un plafond à la production pour la campagne agricole 2005. Ils ont également incité les producteurs des autres provinces à plafonner de même leur surface en production. En 2005, l'industrie de la pomme de terre de l'Î.-P.-É. a lancé un programme de réduction de la superficie cultivée, à l'appui des efforts des United Potato Growers of America (UPGA) afin d'amenuiser la surproduction de pommes de terre de consommation et de mieux faire correspondre l'offre et la demande en Amérique du Nord et, par conséquent, d'augmenter la marge des producteurs. Le programme de l'Î.-P.-É. a été financé grâce au doublement des redevances payées par tous les producteurs pour la récolte de 2005. C'est ainsi que 3 900 ha ont été soustraits à la production de pommes de terre grâce au programme. Enfin, les initiatives des producteurs et les réductions contractuelles visant les pommes de terre de transformation, combinées aux conditions météorologiques difficiles, ont entraîné une baisse de 18 % de la production canadienne de 2005 par rapport à celle de 2004. Les prix du marché ont commencé à se raffermir.

En février 2006, les représentants des producteurs des principales provinces productrices ont approuvé la création d'une nouvelle organisation nationale : les Producteurs unis de pommes de terre du Canada (PUPTC). Cette nouvelle organisation visera principalement à améliorer la commercialisation des pommes de terre, grâce à l'obtention de renseignements et d'analyses améliorés sur les marchés, et à améliorer les communications ainsi que la coopération entre les organisations de producteurs du pays et l'organisation soeur, les UPGA. Les PUPTC et les UPGA ont convenu de travailler à l'élaboration d'un accord nord-américain de coopération relatif aux pommes de terre pour officialiser la collaboration entre les deux organismes. Les deux veulent favoriser un meilleur équilibre entre la production et la demande dans toute l'Amérique du Nord, pour que les producteurs puissent, chaque année, tirer un bénéfice convenable de leurs cultures.

Production

La production totale de pommes de terre a été estimée à près de 5 millions de tonnes métriques (tm), soit 14 % de plus que la récolte de 2005, mais 5 % de moins que la récolte record de 2003. Bien qu'une superficie semblable ait été ensemencée au cours des deux dernières années, la superficie récoltée en 2006 était de 156 700 hectares, soit 1 % de plus, et le rendement a atteint 31,88 tm/ha, ce qui représente une hausse de 13 %.

En 2006, une amélioration des conditions climatiques dans la plupart des provinces canadiennes a permis d'obtenir le meilleur rendement à ce jour, soit 31,88 tm/ha, pulvérisant le rendement canadien record de 2004, qui s'établissait à 30,48 tm/ha. Trois provinces, soit l'Île-du-Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick et l'Alberta, ont franchi le cap des 33,6 tm/ha (300 quintaux/acre). La production a augmenté dans toutes les provinces, à l'exception de la Nouvelle-Écosse et de la Saskatchewan. Après une mauvaise récolte en 2005, le Manitoba vu sa production croître de 36 %, ce qui représente 43 % de l'accroissement total de la production canadienne en 2006.

En 2006, les États-Unis et le Canada ont trouvé des traces d'un organisme de quarantaine, le nématode à kystes de la pomme de terre (NKPT). En avril 2006, le nématode à kystes pâles (Globodera pallida) a fait une première apparition aux États-Unis, dans l'Est de l'Idaho. En août 2006, la présence du nématode doré (Globodera rostochiensis) a été identifiée et confirmée pour la première fois au Québec, dans un champ de pommes de terre commerciales situé dans la zone de culture de la pomme de terre à Saint-Amable, à 20 km à l'est de Montréal. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et le U.S. Department of Agriculture's Animal and Plant Health Inspection Service (USDA-APHIS - Département américain de l'Agriculture - Service d'inspection sanitaire des animaux et des plantes) ont élaboré un protocole de certification conjoint relatif au nématode à kystes de la pomme de terre s'appliquant aux pommes de terre de semence qui sont commercialisées entre le Canada et les États-Unis. Ce protocole vise à assurer le déplacement sécuritaire des articles réglementés entre le Canada et les États-Unis tout en continuant de prévenir la propagation de ces nématodes. Sa phase initiale a commencé le 21 mars 2007 et représente la première étape de la mise en oeuvre des activités de surveillance du nématode à kystes de la pomme de terre pour le Canada et les États-Unis.

Transformation

En 2005-2006, la production de frites congelées a été estimée à 1,325 million de tm, en baisse de 3 % par rapport à 2004-2005, ce qui reflète la diminution du nombre de contrats accordés par les entreprises de transformation. C'est la deuxième année de baisse de la production annuelle depuis l'expansion continue ayant débuté à la fin des années 1980. Le taux annuel d'expansion de ce secteur a été d'environ 9 % de 1995-1996 à 2003-2004. (Voir la section Pommes de terre transformées.)

Environ 55 % des pommes de terre cultivées sont transformées. La majeure partie est transformée en frites, tandis que de 10 à 15 % environ est destinée à la fabrication de croustilles et à la déshydratation.

Il faut de 2 à 2,5 kg de pommes de terre pour produire 1 kg de frites, environ 5 kg pour produire 1 kg de croustilles et environ 4 kg pour produire 1 kg de pommes de terre déshydratées en granules. La seule usine canadienne d'extraction de la fécule de pomme de terre est située au Manitoba.

Consommation

En 2005, les pommes de terre représentaient 37 % de tous les légumes frais et transformés consommés au Canada. La consommation de pommes de terre dans son ensemble a décliné au cours des dernières années, passant de 75,09 kg par personne en 1996 à 65,63 kg en 2005, malgré un sommet de 77,30 kg atteint en 1997. La diminution de la consommation de pommes de terre résulte de diverses tendances alimentaires et de perceptions négatives de la part des consommateurs concernant la valeur nutritive du tubercule, même si les pommes de terres demeurent un aliment sain.

Tableau 5 - Consommation canadienne de pommes de terre, 1996-2005
Type 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 % de
changement[*]
% de changement observé entre 2004 et 2005
*Consommation apparente = les stock initiaux + la production + les importations - les exportations - la fabrication - les semences et les déchets - les stocks en fin d'année
Statistique Canada (23F0001XCB)
Consommation apparente équivalente de produits frais (kg/individu)[*]
Fraîches 40,59 42,69 38,36 39,61 36,99 38,88 34,67 34,26 31,64 29,83 -6 %
Transformées
Congelées 13,55 13,35 13,29 13,33 13,50 13,68 13,86 13,37 13,13 13,07 0 %
Croustilles 10,45 11,07 11,15 11,17 12,30 11,89 11,61 11,14 11,24 11,17 -1 %
Autres 10,50 10,19 11,10 11,99 12,11 12,07 12,32 12,56 12,45 11,56 -7 %
Sous-total 34,51 34,61 35,54 36,49 37,91 37,64 37,80 37,07 36,83 35,80 -3 %
Total 75,09 77,30 73,90 76,10 74,90 76,52 72,46 71,33 68,46 65,63 -4 %

Le déclin de la consommation totale de pommes de terre tient essentiellement au fait que les Canadiens font cuire moins de pommes de terre fraîches. Entre 1996 et 2005, la consommation de pommes de terre fraîches a régressé de 27 %. En se fondant sur la consommation apparente équivalente de produits frais, la consommation de pommes de terre fraîches représente 45 % de la consommation totale de pommes de terre, tandis que celle des pommes de terre transformées telles que les frites, les croustilles et autres produits transformés atteint 55 %.

La consommation des produits congelés de la pomme de terre, particulièrement des frites, a aussi reculé depuis 2002. La consommation de croustilles ralentit depuis 2000, mais s'est quelque peu stabilisée au cours des trois dernières années. La consommation des produits déshydratés de la pomme de terre a progressé régulièrement durant la dernière décennie, mais a décliné légèrement en 2005.

Programme canadien de certification des pommes de terre de semence

Ce Programme met en contact une technologie avancée avec une équipe de producteurs talentueux, d'inspecteurs bien formés et de professionnels qualifiés. La certification des pommes de terre de semence comporte deux activités différentes mais complémentaires : la certification des semences canadiennes et la certification phytosanitaire à l'exportation. De portée nationale, ces deux activités sont administrées au Canada par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA), organisme fédéral relevant directement du ministre d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC). L'ACIA est également chargée de l'enregistrement des variétés et de l'administration de la Loi sur la protection des obtentions végétales. Toutes les variétés produites au Canada doivent être enregistrées auprès du Bureau d'enregistrement des variétés (BEV) de l'ACIA et représentées par un agent canadien.

Un groupe d'agents spécialisés relevant de la Section des pommes de terre, Division de la protection des végétaux, est chargé d'assurer le maintien de la norme canadienne relative à la production et à la certification des pommes de terre de semence.Toutes les pommes de terre de semence vendues au Canada doivent satisfaire à cette norme rigoureuse appliquée par l'ACIA. La Section des pommes de terre est également chargée de la négociation d'accords phytosanitaires avec les autres pays. En vertu de ces accords, la Section s'assure que les certificats phytosanitaires internationaux délivrés par la Direction générale des opérations de l'ACIA respectent les exigences du pays importateur, conformément aux normes internationales de la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV), l'Organisation nord-américaine de protection des plantes (NAPPO) (anglais ou espagnol seulement) et la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe (CEE-ONU).

Les principales caractéristiques du Programme canadien de certification des pommes de terre de semence sont les suivantes :

  • Semences de départ saines : Toutes les pommes de terre de semence produites au Canada proviennent d'un matériau produit dans des conditions stériles, à partir de cultures de tissus ayant été soumises à de nombreux essais en laboratoire et qui se sont révélées indemnes de toute maladie.
  • Nombre limité de générations : Les pommes de terre de semences produites à partir de plants de base ne peuvent pas rester plus de sept ans dans le programme de certification. À chaque saison de croissance, les semences descendent d'un niveau dans la classification. Ce mécanisme de déclassement réduit au minimum le risque d'accumulation de maladies.
  • Normes de lutte contre la maladie et de pureté variétale : Ces normes sont assurées grâce à un système prévoyant de multiples inspections des champs, des essais en laboratoire, des essais subséquents à la récolte et de saines pratiques agronomiques.

Production biologique

La production biologique offre une option aux producteurs établis et aux nouveaux entrepreneurs intéressés à profiter d'une demande en croissance. Les pommes de terre sont l'un des produits les plus difficiles à cultiver en mode biologique. La réussite exige une mentalité nouvelle relativement aux pratiques de production et de commercialisation. Les producteurs biologiques doivent maîtriser les mêmes insectes, les mêmes mauvaises herbes et les mêmes maladies végétales que les producteurs traditionnels, mais en employant des méthodes complètement différentes. Le mildiou et le doryphore de la pomme de terre sont deux des principaux ennemis des rendements et de la rentabilité de la production de pommes de terre. Bien que la production biologique ne convienne pas à toutes les situations, les producteurs possédant les qualités nécessaires pour appliquer des plans judicieux de commercialisation peuvent réussir dans ce nouveau marché-créneau. L'adoption de variétés nouvelles, résistantes à la maladie et aux parasites, bien adaptées à la production bio, peut représenter une occasion à saisir pour les producteurs de pommes de terre de semence. Stimulée par la demande des consommateurs, les prix forts et le souci de l'environnement, la croissance de la demande devrait se traduire par une augmentation continue de la surface consacrée aux pommes de terre biologiques. Pour de plus amples renseignements, consulter : Production biologique; Agriculture biologique-NB; Commercial Potato Production - Organic and Pesticides Free Production-MB (en anglais seulement).

Le gouvernement du Canada reconnaît l'importance du secteur de la production d'aliments biologiques. Une norme nationale d'application facultative sur l'agriculture biologique, publiée en juin 1999, a été révisée par l'Office des normes générales du Canada (ONGC). En 2006, les nouvelles normes nationales en matière d'agriculture biologique (CAN/CGSB-32.310-2006 (PDF externe) et CAN/CGSB-32.311-2006 (PDF externe)) ont été publiées. Un système national d'application obligatoire a été annoncé en décembre 2006. Ces règlements protègeront les consommateurs des allégations fausses ou trompeuses, et régiront l'utilisation d'un nouveau logo applicable aux produits biologiques canadiens. Les Règlements sur les produits biologiques aideront l'industrie de la production biologique à tirer un meilleur parti des débouchés commerciaux au pays et à l'étranger. Introduit graduellement sur une période de deux ans, le logo Canada biologique ne sera autorisé que pour les produits alimentaires qui sont certifiés conformes à la norme canadienne révisée sur la production biologique et dont au moins 95 % des ingrédients sont biologiques. Après la période de mise en place progressive, tous les produits biologiques devront satisfaire aux exigences de certification aux fins du commerce interprovincial et international.

Le 14 décembre 2006, le ministre d'Agriculture et Agroalimentaire Canada a fait l'annonce que le Canada devenait le premier pays à collecter des données sur le commerce des produits biologiques.

Au Québec, la Loi sur les appellations réservées régit la désignation biologique depuis février 2000. Le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV) a le mandat de contrôler l'application de l'appellation biologique et a adopté les Normes biologiques de référence du Québec qui sont au moins égales à celles adoptées par la Commission du Codex Alimentarius. Le CARTV est chargé d'agréer les organismes de certification, en se fondant sur ces normes de référence et sur la norme ISO/CEI 17011, qui traite des exigences relatives à la certification des produits.

Les pommes de terre biologiques mises en marché dans d'autres pays doivent être certifiées par un organisme reconnu par les pays importateurs.