Quoi de neuf en Colombie-Britannique? Pleins feux sur les légumes de serre et la floriculture

Automne 2014

Le secteur des serres en Colombie-Britannique

En bref...

  • Les concombres anglais et les mini-concombres sont les principales variétés cultivées en Colombie-Britannique
  • En 2012, la valeur des légumes et des plantes ornementales vendus en Colombie-Britannique a atteint environ 550 millions de dollars.
  • La plupart des serres du Lower Mainland sont en verre. Dans d'autres régions de la province, on utilise des serres revêtues de pellicules de polyéthylène ondulées, qui isolent mieux l'intérieur contre le froid plus intense.

La Colombie-Britannique se classe au deuxième rang des provinces canadiennes pour ce qui est de la production de légumes en serre. On y cultive principalement des piments; les tomates viennent au deuxième rang, et les concombres, au troisième. Toute la récolte de légumes en serre de la Colombie‑Britannique est destinée au marché des produits frais vendus en gros, les marchés internationaux (surtout les États-Unis) achetant environ 55 % des légumes de serre (tomates, concombres et piments) de la province, et le reste (45 %) est vendu sur le marché intérieur.

Dans l'ensemble, l'industrie est demeurée prospère, et les producteurs de légumes de serre de la province bénéficient d'un certain nombre d'avantages sur leurs concurrents. La province profite d'un climat modéré qui permet aux producteurs de régler de façon optimale la température dans leurs serres, et ce, à un coût moindre. La Colombie-Britannique est par ailleurs située à proximité des marchés asiatiques. La culture en serre est durable, car elle fait une utilisation plus efficiente des terres et de l'eau.

Pour demeurer compétitifs, les maraîchers serristes recourent à divers moyens, dont la culture de variétés différentes de produits recherchés. Mentionnons : les piments de Cayenne, les mini-piments, les mini-concombres, les mini-tomates cerises et des dizaines de variétés de gerbera.

Innovation

Production durable

Le secteur de la serriculture en Colombie-Britannique est très innovateur, et il regroupe certaines des exploitations les plus modernes d'Amérique du Nord. Dans son ensemble, il cherche constamment de nouvelles façons de réduire son empreinte environnementale grâce à des méthodes lui permettant, entre autres, de produire une énergie et de la chaleur renouvelables et d'économiser l'eau.

Par exemple, certaines pépinières recueillent l'eau de condensation et de pluie, les nutriments fertilisants et l'eau de ruissellement issue de l'irrigation, et elles recyclent tout cela pour s'en servir dans les serres. En outre, la chaleur récupérée avec des batteries thermiques solaires et aux orifices d'évacuation d'air des entrepôts de réfrigération peut être stockée et réutilisée. Ces deux processus réduisent la quantité de gaz naturel et d'eau utilisés.

Houweling's, un producteur de légumes de serre de la Colombie-Britannique, recycle et réutilise plus de 90 % de ses déchets. Avec KUBO, une entreprise néerlandaise qui se spécialise dans la construction de serres fermées viables, Houweling's a créé une serre « ultra-clima ». Il s'agit d'une structure qui permet de régulariser de façon optimale l'humidité et la température. Le système de régulation de la climatisation favorise aussi des rendements plus élevés et une réduction des coûts de production. On obtient les meilleurs rendements en augmentant l'intensité lumineuse et en améliorant les niveaux de C02. La BC Greenhouse Growers' Associationcroit que c'est là une des exploitations de culture sous serre les plus perfectionnées de la Colombie-Britannique et du Canada.

Source : Houweling www.houwelings.com

Sciences et technologie

Au Centre de recherches agroalimentaires du Pacifique (CRAPAC) d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, les scientifiques cherchent des moyens d'améliorer la qualité des cultures sous serre du monde. Le Centre possède des installations de recherche à Summerland et à Agassiz.

Lutte antiparasitaire

En général, les cultures sous serre sont moins vulnérables aux parasites et aux maladies en raison de l'environnement fermé et contrôlé existant dans les serres. La Colombie-Britannique est un chef de file mondial dans la lutte contre les parasites, notamment en ce qui a trait à l'utilisation des techniques de lutte antiparasitaire intégrée (LAI). Dans les années 1980, les scientifiques du CRAPAC ont accompli d'importants travaux dans ce domaine et ils ont ainsi permis aux serristes de réduire considérablement leur utilisation de pesticides.

Par exemple, dans toute serre moderne, on a de fortes chances de trouver des trappes jaunes collantes pendues ici et là dans l'installation. Au début des années 1980, Dave Gillespie et son équipe du CRAPAC-Agassiz ont constaté que ces trappes pouvaient aider incroyablement à contrôler le nombre de parasites. Si les trappes révèlent la présence d'un nombre considérable d'insectes destructeurs, les gestionnaires de la serre savent que le moment est venu d'intensifier leur lutte antiparasitaire. Au milieu des cultures de légumes, on peut aussi trouver un autre agent de bio-lutte ayant fait l'objet de recherches au CRAPAC-Agassiz : « les insectes utiles qui mangent les insectes nuisibles », pour reprendre les mots de M. Gillespie. Les insectes utiles sont établis dans la serre et, quand les parasites envahissent l'endroit, ils sont dévorés par leur ennemi naturel qui les attend.

Globalement, l'efficacité des méthodes de lutte antiparasitaire avec des agents de bio-lutte, telles que celles décrites plus haut, a permis aux serristes d'accroître la superficie de leurs installations ainsi que la qualité et le volume de leur production.

Salubrité alimentaire

Au CRAPAC-Summerland, les scientifiques cherchent aussi à améliorer encore plus la salubrité des produits de serre. Susan Bach fait partie d'une équipe de chercheurs qui se concentre sur la salubrité des produits horticoles, en particulier celle des légumes-feuilles. Elle mène actuellement des expériences dans le cadre desquelles on injecte une bactérie E. coli non pathogène dans la laitue romaine pour contrôler la réaction de la bactérie face aux conditions environnementales stressantes telles que le froid et l'absence de nutriments. Les résultats aideront les scientifiques à mieux comprendre à quel stade de la production le légume devient contaminé, pour que des stratégies d'atténuation des risques puissent être recommandées.

Associations

La BC Greenhouse Growers' Association

La BC Greenhouse Growers' Association (BCGGA) est un organisme sans but lucratif qui représente les cultivateurs de légumes de serre de la Colombie-Britannique. Elle aide à présenter des services et des programmes de recherche à ses membres pour qu'ils conservent leur compétitivité mondiale tout en procurant aux consommateurs des légumes de serre salubres de haute qualité, produits en vertu des principes de l'agriculture durable.

Linda Delli Santi est la directrice générale de la BCGGA et elle travaille dans le secteur des serres en Colombie-Britannique depuis 35 ans. Elle affirme que les membres de l'Association souhaitent ardemment élargir leurs marchés d'exportation. Cependant, elle souligne que, si certains pays ne dressent aucun obstacle au commerce, d'autres en érigent qui sont assez difficiles à surmonter – et c'est dans ces cas-là que la BCGGA peut intervenir. Mme Delli Santi et ses collègues collaborent avec l'Agence canadienne d'inspection des aliments afin de satisfaire aux protocoles à suivre pour que les produits des serristes de la Colombie‑Britannique puissent être exportés dans des pays étrangers. « En général, déclare-t-elle, nous déployons tous les efforts nécessaires pour créer des débouchés à l'intention de nos producteurs ».

Mme Delli Santi ajoute qu'elle a toujours été impressionnée par la rapidité avec laquelle les maraîchers-serristes de la Colombie-Britannique sont prêts à faire l'essai de nouvelles formules. « Par exemple, ils se sont intéressés à des concepts tels que les serres fermées, l'énergie géothermique et l'automatisation. Ils se sont essayés à cultiver des produits tels que les fraises et les aubergines. Ils se tiennent au courant de tout. » Selon elle, il en est ainsi parce que les producteurs suivent de près les résultats des recherches faites aux Pays-Bas (le chef de file de l'industrie). Certains se rendent même dans ce pays pour aller s'y renseigner en personne, et ils ont hâte de mettre à l'essai des idées qui pourraient accroître la compétitivité du secteur de la culture en serre en Colombie-Britannique.

La United Flower Growers Cooperative

La United Flower Growers Cooperative Association est une coopérative réunissant environ 80 des producteurs de fleurs coupées et de plantes de la Colombie-Britannique; la plupart sont installés dans la vallée fertile du Fraser. Depuis 1963, l'objectif principal de l'association est de vendre des fleurs au nom de ses membres, toute l'année. Les fleurs sont expédiées fraîchement coupées depuis la serre jusqu'au centre de vente aux enchères à Burnaby, puis elles sont vendues au moyen d'enchères à la hollandaise en Amérique du Nord. Six cents acheteurs sont enregistrés à titre d'enchérisseurs, et entre 250 et 300 d'entre eux sont actifs chaque jour où il a une vente aux enchères.

Selon le président-directeur général Bob Pringle, les producteurs locaux ont certainement fait les bons choix, car les acheteurs demandent souvent un produit en citant le nom d'une entreprise particulière. « Les acheteurs connaissent les marques, pour ainsi dire. Le producteur s'identifie en présentant un produit exceptionnel dans un emballage de qualité. » L'industrie de la culture florale est très compétitive; pourtant, de nombreux producteurs de la Colombie-Britannique arrivent à soutenir la concurrence sur le marché nord-américain. D'après M. Pringle, cela s'explique par le fait qu'ils réussissent toujours à fournir des produits frais de haute qualité, par exemple des tournesols et des gerbéras, ainsi que des produits plus saisonniers tels que des lis de Pâques, des tulipes et des poinsettias.

Outre qu'elle aide les floriculteurs à vendre leurs produits, la coopérative United Flowers défend leurs droits et gère des dossiers pour l'industrie, souvent en collaborant avec la BC >Greenhouse Growers Association et la BC Landscaping & Nursery Association. La coopérative compte aussi parmi les partenaires financiers de Fleurs Canada, l'association nationale représentant l'industrie de la floriculture du pays. Le co-directeur de la United Flowers, Stan Vander Wahl, est président du BC Agricultural Council qui représente des milliers d'agriculteurs et de grands éleveurs de la province et des dizaines d'associations du secteur agricole.

Selon M. Pringle, à l'avenir, l'industrie de la floriculture de la Colombie-Britannique veut sensibiliser davantage les consommateurs à la qualité de ses produits. Ce plan repose en grande partie sur un élément clé : faire en sorte que les fleurs et les plantes soient à leur degré de fraîcheur optimal quand les consommateurs éventuels les voient au point de vente.

La BC Greenhouse Growers' Association et la United Flower Growers Co-op Association représentent presque tous les producteurs de légumes et de fleurs en serre de la Colombie-Britannique

Certification

Programme CanadaGAP™

CanadaGAP™ est le nom d'un programme qui aide à mettre en application et à tenir à jour des procédures efficaces pour garantir la salubrité des aliments dans les installations de produits frais. Deux guides, l'un portant expressément sur les serres et le second sur les autres entreprises cultivant des fruits et des légumes, ont été rédigés par l'industrie horticole, puis examinés par des fonctionnaires du gouvernement canadien quant à leur exactitude technique.

Ces guides sont destinés aux entreprises appliquant les bonnes pratiques agricoles (BPA) aux stades de la production, de l'emballage et de l'entreposage et aux remballeurs et aux grossistes appliquant les bonnes pratiques de fabrication (BPF) et des programmes d'analyse des risques aux points critiques.

Les guides sont fondés sur une analyse rigoureuse des risques, elle-même axée sur les sept principes de l'approche HACCP, reconnue au niveau international. Le programme se fonde sur l'Initiative mondiale pour la sécurité alimentaire et il est officiellement reconnu par elle. Des organismes de certification accrédités assurent au programme des services d'audit et de certification. La certification indique que l'installation applique une gamme de procédures pour réduire au minimum le risque de contamination des produits.

Consultez le site CanadaGAP™ www.canadagap.ca pour en savoir plus.

Source : www.canadagap.ca

Afin d'en savoir plus, veuillez communiquer avec le bureau Régional du Nord-Ouest, Colombie-Britannique, en composant le 604-292-5858, ou écrivez à atsbc@agr.gc.ca.

Date de modification :