Sélection de la langue

Recherche

Méthodes de lutte contre les sauterelles

Les sauterelles constituent un ravageur important des champs cultivés et des pâturages des régions semi-arides. Traditionnellement, les régions plus sèches, telles que le Sud de l'Alberta, sont plus susceptibles de voir le problème se répéter, mais de graves infestations de sauterelles peuvent avoir lieu dans toutes les Prairies.

Bien que la plus grande partie des dégâts causés par les sauterelles se situent dans les pâturages et les céréales, d'autres cultures peuvent être gravement touchées. Dans le contexte d'une agriculture plus diversifiée où la culture céréalière fait souvent suite à celle d'autres cultivars tels que le canola, les lentilles et les pois, les sauterelles continuent à causer des pertes économiques importantes. Le type et l'étendue des dégâts causés aux cultures dépendent du type de culture, du rythme de croissance des cultures, du nombre de sauterelles présentes ou du degré d'efficacité des mesures de lutte culturales ou chimiques utilisées.

De toutes les méthodes de lutte qui peuvent être utilisées, les méthodes culturales sont généralement les moins dispendieuses. Ces méthodes font appel à de bonnes stratégies de gestion et au déroulement ordonné des opérations normales nécessaires à la production d'une culture. Les principales méthodes culturales utilisées comprennent l'ensemencement précoce, la rotation des cultures, le travail de la terre et les bandes-pièges.

Les cultures devraient être ensemencées aussitôt que possible. Les plants plus développés qui poussent vigoureusement peuvent supporter les ravages des sauterelles plus facilement que les jeunes plants qui ne sont pas bien établis. Bien que l'ensemencement précoce n'empêche pas totalement les ravages, il en réduit l'importance et donne au producteur plus de temps pour obtenir et appliquer des insecticides. En outre, les cultures ensemencées tôt arrivent à maturité tôt et les sauterelles en migration sont moins susceptibles d'être attirées par elles que par un tendre feuillage abondant.

Dans la mesure du possible, évitez de semer des céréales sur des champs de chaume infestés de sauterelles. Les céréales ne devraient être ensemencées sur un champ de chaume que lorsque l'humidité du sol est adéquate et lorsqu'il est économique d'appliquer un insecticide sur tout le champ une fois ou plus d'une fois.

Le travail du sol est une pratique culturale que les producteurs peuvent utiliser pour réduire les populations de sauterelles. Le recours au travail du sol pour lutter contre les sauterelles doit être considéré soigneusement, particulièrement dans des conditions de sécheresse. Cette pratique lutte contre les sauterelles principalement en éliminant les plantes vertes qui leur servent de nourriture. La pratique a peu de valeur si elle est utilisée dans le seul but de détruire physiquement les oeufs de sauterelle ou de les exposer au dessèchement ou à la destruction par les oiseaux et d'autres prédateurs. Le travail excessif du sol est nuisible en ce sens qu'il réduit les niveaux d'humidité du sol et accroît le risque d'érosion du sol.

Le travail du sol vers la fin de l'été et à l'automne pour débarrasser les jachères des mauvaises herbes découragera les sauterelles femelles de déposer leurs oeufs dans ces champs. Les sauterelles déposent rarement leurs oeufs dans une jachère, même si elle est couverte d'une bonne quantité de débris. Parallèlement, le travail du sol immédiatement après la récolte aidera à décourager les sauterelles de pondre tous leurs oeufs dans le champ.

Il est recommandé de terminer le travail du sol ou les jachères chimiques au début du printemps pour éliminer toutes les pousses vertes avant que les sauterelles n'éclosent. S'il n'y a pas de nourriture à la disposition des jeunes sauterelles lorsqu'elles éclosent, elles mourront de faim. Le travail du sol effectué tôt donne aussi d'autres avantages : il aide à éliminer les mauvaises herbes et conserve l'humidité du sol sans frais supplémentaires.

Le travail du sol peut être utilisé en dernier ressort lorsqu'il y a des « endroits chauds », c'est-à-dire là où les sauterelles continuent à éclore en grand nombre et qu'il n'est pas souhaitable de faire des applications continues de produits chimiques. Dans ce cas, la tactique consiste à enterrer les oeufs et les jeunes sauterelles à une profondeur suffisante pour empêcher celles-ci d'atteindre la surface.

S'il y a des sauterelles présentes lorsque le travail du sol commence, il est probablement possible de faire une lutte adéquate simplement en éliminant tout le matériel végétal vert du champ. Une fois que les sauterelles se sont nourries et en sont au deuxième stade de croissance (deuxième stade larvaire) dans un champ, elles sont généralement assez mobiles pour passer dans une culture adjacente lorsque leur source d'alimentation est épuisée. Dans ces champs, les bandes-pièges devraient être utilisées pour rassembler les sauterelles sur une surface relativement petite où il sera possible de les éliminer rapidement et de façon économique.

Pour faire des bandes-pièges, travaillez le sol pour faire une bande de garde noire de 10 mètres de largeur autour du champ. Laissez une bande verte non travaillée d'au moins 10 mètres avant de travailler une autre bande. Répétez le processus autant de fois qu'il le faut pour produire des bandes-pièges supplémentaires. Toute la végétation doit être éliminée entre les bandes-pièges. La bande de garde noire est suffisante pour que les sauterelles passent rapidement dans les bandes-pièges pour se nourrir. Toutefois, ces bandes-pièges n'ont pas assez de végétation pour nourrir une large population de sauterelles pendant plus d'un ou deux jours.

L'efficacité des bandes-pièges peut être améliorée considérablement en les ensemençant de blé ou de seigle de printemps plusieurs semaines avant de commencer le travail du sol. La migration des larves à partir des bandes travaillées jusqu'aux bandes-pièges peut prendre plusieurs jours. Une fois que la migration est terminée, les bandes-pièges et une bande de 10 mètres de toute culture adjacente devraient être traitées avec un insecticide. Le taux d'application recommandé le plus élevé doit être utilisé pour veiller à ce que le résultat soit déquat.

Avant de travailler les bandes-pièges, attendez trois jours pour évaluer l'efficacité de l'insecticide. Si le résultat n'est pas adéquat, il peut être nécessaire de les traiter à nouveau. Une fois que les sauterelles ont été éliminées des bandes-pièges, il devrait être possible de terminer le travail du sol sans craindre la migration d'un grand nombre de sauterelles dans les cultures adjacentes.

Pour de plus amples renseignements sur la gestion dans des conditions de sécheresse, veuillez communiquer avec le bureau de l'Administration du rétablissement agricole des Praries (ARAP) d'Agriculture et Agroalimentaire Canada le plus près.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :