Sélection de la langue

Recherche

Freiner l'érosion éolienne par la culture en bandes

La culture en bandes était largement pratiquée plus tôt au cours du vingtième siècle, mais cette pratique a diminué avec l'arrivée de l'équipement agricole de grande portée. La culture en bandes est la pratique qui consiste à faire alterner des bandes de cultures avec des bandes en jachère; elle réduit l'érosion éolienne en diminuant la vitesse du vent au sol et la distance que parcourt le vent sur les terres exposées en jachère.

Lorsqu'il y a un problème d'érosion du sol, les avantages de la culture en bandes en compensent largement les inconvénients. Les avantages de la culture en bandes consistent en une diminution de l'érosion du sol et une augmentation de l'humidité du sol grâce au piégeage de la neige.

Méthodes de culture en bandes

Il existe diverses méthodes pour réaménager les champs en bandes. Habituellement, on commence avec les champs qui doivent être mis en jachère. Dans le cas d'une rotation jachère céréales de deux ans, les champs sont d'abord subdivisés en bandes de la largeur désirée (voir le tableau). Vous ensemencez une bande sur deux et les autres sont mises en jachère. Pour une rotation sur trois ans, deux bandes sont ensemencées et la troisième est mise en jachère. Si le sol présente une texture légère, vous devriez, à l'automne, ensemencer les terres en chaume avec du seigle d'automne. L'été suivant, vous pourrez laisser monter en graines les bandes de seigle d'automne ou les utiliser pour nourrir le bétail, pendant que les bandes alternantes seront mises en jachère.

Cette photo aérienne illustre un aménagement typique en bandes composé de bandes cultivées et mises en jachère alternantes.

Des bandes bien conçues permettent de lutter efficacement contre l'érosion.

Une orientation nord sud est plus indiquée

Dans la plupart des secteurs de la Saskatchewan, les vents prédominants viennent du nord ouest ou de l'ouest. Il est donc plus indiqué d'orienter les bandes dans l'axe nord sud afin de réduire l'érosion possible. Les bandes diminuent l'exposition des terres en jachère aux vents prédominants.

Largeur des bandes et texture du sol

La largeur des bandes nécessaire pour combattre l'érosion éolienne est déterminée par la texture du sol.

Largeurs de bandes recommandées selon les types de sol
Texture du sol Largeur des bandes (mètres) Nombre de bandes par quart de section
Sable Fourrages vivaces ou récoltés souvent Fourrages vivaces ou récoltés souvent
Loam 50 16
Argile lourde 80 10
Loameux 100 8

Il faut des bandes très étroites pour lutter efficacement contre la déflation du sol dans les terres très sablonneuses. Ceci est habituellement difficile à mettre en pratique et les terres où on l'essaie devraient être ensemencées en végétaux de protection - une couverture de légumineuses ou des plantes que l'on récolte souvent en utilisant les techniques de conservation lors du travail du sol.

Les sols d'argile lourde peuvent être sujets à l'érosion. Ces sols se désagrègent facilement à la suite d'un gel dégel ou après avoir été mouillés et ensuite asséchés; leur texture devient meuble et granulée. Les granules de terre meuble sont vulnérables au vent. L'effet de déflation du sol peut affecter un champ entier d'un seul coup, surtout au début du printemps. Vous devriez donc cultiver les champs d'argile lourde en bandes alternantes.

Tenez compte de la taille de l'équipement aratoire

Les producteurs devraient déterminer la largeur des bandes en tenant compte de la largeur de leur équipement aratoire. Assurez vous que la largeur des bandes est compatible avec la largeur de vos semoirs, de vos pulvérisateurs et de vos moissonneuses.

Avec un peu de planification, un système de bandes peut être conçu pour permettre une utilisation efficace de la machinerie agricole.

Préoccupations en matière de gestion concernant la culture en bandes

L'expérience de la culture en bandes a soulevé certaines préoccupations relatives à la gestion des champs. Le problème le plus courant est la formation de billons durs sur le côté des bandes de chaume qui est exposé au vent. En utilisant un cultivateur lourd ou à larges lames afin de maximiser la couverture résiduelle dans les bandes en jachère, vous réduirez ces billons au minimum.

Une deuxième préoccupation a trait aux infestations de mauvaises herbes et de sauterelles qui peuvent se produire le long des bordures des champs. On peut se livrer à une lutte chimique efficace contre ces éléments nuisibles en se concentrant sur les bandes affectées. Vous pouvez déplacer les bordures de bandes de cinq mètres dans un sens ou dans l'autre pour diminuer les deux problèmes.

Les déplacements répétés le long des extrémités des champs pour cultiver, arroser et moissonner les divers champs ainsi que la vitesse de parcours peuvent réduire le sol en poussière. La réduction du sol en poussière risque d'amorcer un processus d'érosion. La culture continue aux extrémités des champs est un bon moyen d'éviter ce problème.

Les instruments aratoires peuvent être soulevés au bout des champs pour minimiser le double travail du sol. Vous devriez recourir au travail de conservation du sol afin de préserver une couverture résiduelle sur la surface du sol.

Brise-vent dans les champs et culture en bandes

La plantation de brise-vent dans les champs augmente l'efficacité de la culture en bandes. Planter une rangée d'arbres en guise de brise-vent à toutes les deux bandes s'avère une bonne formule. Ainsi, là où les bandes mesurent 100 mètres de largeur, les rangées d'arbres seraient distancées de 200 mètres entre elles. Cet aménagement constitue une mesure additionnelle de lutte contre l'érosion du sol qui ne nuit pas véritablement au travail des champs.

Cette photo aérienne montre comment des bandes ont été aménagées à la verticale à l'avant-plan et à l'horizontale à l'arrière-plan pour lutter contre l'érosion par le vent.

Les brise-vent dans les champs réduisent l'érosion du sol et offrent un habitat aux animaux sauvages.

L'utilisation des brise-vent en rangées simples est la pratique la plus commune en Saskatchewan pour freiner l'érosion des champs. Le caragana est l'arbuste le plus populaire, car il est très robuste et tolère bien les sécheresses. Bon nombre d'agriculteurs préfèrent planter le caragana à tous les 30 à 60 centimètres en rangées simples.

Il est important de savoir que les brise-vent requièrent un entretien occasionnel, comme le fauchage des abords et des mesures de contrôle des mauvaises herbes afin de les garder en bon état. La pépinière de l'Administration du rétablissement agricole des Prairies à Indian Head fournit gratuitement aux agriculteurs des Prairies de l'expertise et du matériel pour les brise-vent.

Résumé

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :