Exportations et établissement – Niveau de performance de l’industrie canadienne des aliments et des boissons

Au sujet du rapport

La présente étude aborde plusieurs questions concernant les caractéristiques des exportateurs canadiens d'aliments et de boissons par rapport aux non-exportateurs.

Points saillants

  • Les futurs exportateurs de l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons et d'autres industries de la fabrication présentent des caractéristiques de performance supérieures par rapport aux non-exportateurs et plusieurs de ces écarts semblent s'accroître au cours des trois années précédant immédiatement le début des exportations, ce qui implique un accroissement des ressources et des activités.
  • Les écarts sur le plan des caractéristiques de performance entre les futurs exportateurs et les non-exportateurs continus se répètent pendant la période d'exportation, au moins pendant les quatre premières années des exportations visées par l'étude.
  • Les établissements de fabrication d'aliments et de boissons de même que les établissements qui fabriquent d'autres produits que des aliments et des boissons cessent de se concentrer sur le marché national après avoir décidé d'exporter, bien que les fabricants d'aliments et de boissons semblent accorder une plus grande attention au marché national que les autres types d'établissements.
  • Lorsque l'on compare les caractéristiques de performance des établissements qui cessent d'exporter et les exportateurs continus, on observe une tendance négative dans l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons et d'autres industries de la fabrication, soit des écarts de plus en plus importants pour un large éventail d'indicateurs. Par conséquent, les répercussions pour l'établissement qui cesse d'exporter ne touchent pas seulement l'entreprise elle-même, mais aussi ses employés et les fournisseurs en amont pendant un certain nombre d'années.
  • En général, les résultats semblent indiquer que les exportations sont avantageuses non seulement pour l'établissement lui-même, mais aussi pour ses employés, sous la forme d'emplois plus nombreux et mieux rémunérés, et pour les fournisseurs d'intrants, sous forme de meilleures ventes. Comme environ 69 % des coûts matériels de l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons sont associés aux intrants provenant du secteur agricole et agroalimentaire national, des une plus grande utilisation des intrants matériels par les exportateurs laissent entendre plus de retombées positives pour la chaîne d'approvisionnement dans le secteur agricole canadien.

Pour nous joindre

Pour demander une copie électronique du rapport complet, communiquez avec le Service des publications du Ministère :

Service des publications du Ministère
Téléphone : 613-773-1444
Télécopieur : 613-773-1498
Courriel : publications@agr.gc.ca

Date de modification :