Bulletin Agri-info – Février 2017

Inscrivez-vous au bulletin Agri-info

Célébration de 150 ans d'agriculture

Les célébrations sont en cours pour le 150e anniversaire du Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) se joindra aux festivités.

L'agriculture est profondément enracinée dans l'histoire de notre pays, et AAC est là depuis le début. Saviez-vous que le ministère de l'Agriculture a été créé le 1er juillet 1867? À AAC, nous célébrons 150 ans de leadership dans la croissance, le développement et la viabilité du secteur canadien de l'agriculture et de l'agroalimentaire.

À l'automne 2016, les employés d'AAC ont travaillé ensemble à la production d'une vidéo novatrice présentant le logo du 150e anniversaire du Canada découpé dans un champ de blé en Saskatchewan. Cette vidéo inspirante intitulée Canada 150 : Ça ne fait que commencer dépeint les prairies canadiennes, l'histoire, l'agriculture, la culture et l'avenir du Canada.

Venez célébrer les 150 ans avec nous à agr.gc.ca/150agriculture. La page sera mise à jour régulièrement tout au long de l'année 2017 pour y ajouter des vidéos, des événements, etc. Enregistrez-la dans vos signets et vérifiez à l'occasion si de nouveaux contenus ou événements ont été ajoutés. Vous pouvez aussi garder le contact grâce à Facebook (@Agriculturecanadienne) et Twitter (@AAC_Canada), alors que nous célébrons l'agriculture tout au long de 2017.

Agriculture et Agroalimentaire Canada rouvre la ferme expérimentale de Frelighsburg

Au printemps, Agriculture et Agroalimentaire Canada rouvrira la ferme expérimentale de Frelighsburg – un site satellite du Centre de recherche et de développement de Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec). Lors d'une activité qui s'est déroulée en décembre, le ministre MacAulay a annoncé que la ferme entreprendra des recherches innovatrices pour aider les producteurs à réduire leur empreinte écologique et à s'adapter aux changements climatiques.

« La science est un outil puissant pour la prise de mesures environnementales dans les exploitations agricoles canadiennes. La recherche menée à Frelighsburg aidera nos agriculteurs à accroître leur production pour nourrir une population mondiale croissante tout en protégeant notre environnement. Il s'agit d'une solution gagnante pour les agriculteurs et les Canadiens, » a affirmé le ministre MacAulay.

Les scientifiques à la ferme évalueront, en collaboration avec Environnement et Changement climatique Canada, le ministère de l'Agriculture des États-Unis (USDA), les gouvernements provinciaux, les universités, les agriculteurs et les associations d'agriculteurs, de nouveaux outils pour protéger les ressources en eau et en sols, comme l'agriculture de précision, la biovigilance active et les systèmes culturaux. Ils entreprendront également des recherches sur les cultures fruitières qui peuvent résister aux variations extrêmes et inhabituelles de température afin d'accroître la résilience des cultures face aux changements climatiques.

Les travaux des scientifiques porteront principalement sur les cultures céréalières, les cultures d'oléagineux et les cultures horticoles.

Lisez Le gouvernement du Canada renforcera la recherche environnementale dans le domaine de l'agriculture pour vous renseigner sur l'annonce.

Lancement du programme de sécurité avec les grains

Les grains sont l'élément vital de la plupart des exploitations agricoles, et la nécessité d'en cultiver davantage afin de répondre à la demande mondiale est une bonne nouvelle pour les agriculteurs canadiens. Malheureusement, cette augmentation de la production, de la manutention et du stockage des grains a été accompagnée d'un nombre croissant d'incidents d'immobilisation dans le grain (des travailleurs se retrouvant submergés dans le grain, ce qui entraîne souvent la mort par suffocation). Selon les rapports des médias, en 2015 seulement, il y a eu sept décès et deux blessures liés aux grains à l'échelle du Canada. Pour mettre les choses en perspective, il y a eu 17 décès au cours des 23 années de 1990 à 2012.

Accent accru mis sur la formation sur la sécurité avec les grains

Aux États-Unis, on offre aux producteurs une formation poussée sur la sécurité avec les grains, y compris une formation sur l'extraction des grains, les espaces clos, la poussière de grain et les procédures de verrouillage et d'étiquetage afin de s'assurer que les machines dangereuses sont correctement éteintes lorsqu'elles ne sont pas en usage. Toutefois, il n'y a eu aucun programme de ce genre au Canada jusqu'à maintenant.

Pour pallier à ce manque, l'Association canadienne de sécurité agricole (ACSA) a mise en place un programme de sécurité avec les grains connu sous le nom de « Sécurigrain ». Au cœur de ce programme se trouve une unité mobile qui sera la première au Canada et qui s'inspire de celles des États-Unis. Cette unité servira à trois fins :

  • une formation sur le sauvetage pour aider à former les premiers répondants sur les procédures de dégagement du grain;
  • une formation générale sur la prévention pour sensibiliser les publics cibles aux dangers de l'immobilisation dans le grain, et à l'importance des procédures de verrouillage et d'étiquetage;
  • une formation sur place pour fournir une formation sur la prévention et la planification d'urgence dans les lieux de travail.

Bientôt à un salon professionnel près de chez vous

Une des composantes du programme « Sécurigrain » est un salon professionnel conçu en vue de démontrer l'immobilisation dans le grain et de communiquer les dangers liés aux espaces clos ainsi que les dangers mécaniques. Il offre aussi des présentoirs de table interactifs pour les jeunes et leurs parents.

Le programme sera appuyé par un microsite en ligne, qui comprend un calendrier, des renseignements, des documents d'apprentissage, etc.

L'ACSA a lancé le programme en janvier 2017 à l'exposition agricole du Manitoba, à Brandon. Elle commencera dans les trois provinces des Prairies et visitera un aussi grand nombre de salons agricoles importants que possible au cours des prochaines années.

L'ACSA reçoit une partie de son financement par l'entremise du programme Favoriser le développement des entreprises de Cultivons l'avenir 2, une initiative fédérale-provinciale-territoriale.

Pour en savoir davantage

Visitez SécuriGrain ou contactez info@casa-acsa.ca.

Numérisation des collections biologiques d'Agriculture et Agroalimentaire Canada

Les changements climatiques et l'expansion du commerce international augmentent le risque que de nouvelles espèces envahissantes mettent en danger les cultures canadiennes. Par conséquent, dans le budget de 2016, le gouvernement fédéral a annoncé une aide de 30 millions de dollars pour appuyer les collections biologiques d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) incluant des insectes, des plantes et d'autres organismes. Ces fonds seront utilisés pour dresser l'inventaire des collections et les numériser, ainsi que pour ajouter les empreintes génétiques et les séquences génomiques d'organismes difficiles à identifier et à impact élevé, comme les organismes qui ont une fonction écologique essentielle ou qui pourraient décimer une culture.

La collection de référence d'AAC permettra aux scientifiques d'identifier les espèces tout en enregistrant son histoire de vie. Cela aidera à créer un plan d'action pour atténuer les menaces et protéger les cultures canadiennes, une industrie de plusieurs milliards de dollars.

Appui aux décisions fondées sur des données scientifiques

D'ici 2022, 17 millions de spécimens auront été répertoriés et 7,6 millions de spécimens à priorité élevée auront été améliorés grâce à des dossiers génétiques ou génomiques numérisés de pointe. Cela permettra d'accroître la capacité du Canada de prendre des décisions fondées sur des données scientifiques en aidant les chercheurs à prévoir les nouvelles menaces potentielles, à mieux comprendre l'origine, le mouvement et les tendances migratoires des ravageurs et des agents pathogènes, ainsi qu'à prédire les menaces éventuelles liées aux ravageurs.

Ces précieuses données seront aussi échangées sur les plateformes de données ouvertes, afin que les scientifiques partout dans le monde puissent y accéder et renforcer la sécurité de leurs systèmes agricoles. Ces collections nationales catalogueront la diversité biologique du Canada, et la présenteront au grand public.

Pour de plus amples renseignements sur cette initiative, lisez Le Budget fédéral soutient la recherche génomique au profit de l'agriculture.

Bientôt un nouvel outil en ligne pour calculer la quantité optimale d'azote à utiliser pour le maïs

L'azote est crucial pour stimuler la croissance des cultures. Toutefois, les producteurs savent combien il est difficile de déterminer la quantité exacte à employer pour le maïs, car les facteurs à considérer vont des propriétés des sols aux précipitations et à la mesure dans laquelle les cultures sont touchées par les variations de température.

Pour résoudre ce problème, les scientifiques d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) ont mis au point un outil en ligne appelé SCAN, (acronyme de Soil, Crop and Atmosphere for Nitrogen). L'outil SCAN aide les exploitants à évaluer de manière précise les besoins en azote des différentes cultures de maïs.

Conçu à partir des données recueillies au Québec et en Ontario, SCAN établit ses mesures en analysant les renseignements météorologiques d'Environnement et Changement climatique Canada et l'information de terrain fournie par les producteurs relativement aux propriétés des sols, aux antécédents des cultures, à la teneur des sols en matières organiques, aux ratios économiques et aux taux d'azote dans les plants. La performance de l'outil repose sur les résultats de centaines d'essais sur les réactions du maïs à différents taux d'azote.

Lors des essais commerciaux, les calculs exécutés par SCAN ont permis de dégager des avantages économiques allant de 25 $ à 49 $ l'hectare selon l'année. On a par ailleurs pu réduire de 25 % la quantité d'azote utilisée dans la moitié des essais commerciaux sans nuire au rendement.

En diminuant l'application d'azote, il est possible de réaliser des économies en termes d'engrais et d'abaisser les risques de contamination de la nappe phréatique et les émissions de gaz à effet de serre. Pour ce qui est de l'autre moitié des champs ayant été soumis à des essais, où il n'était pas possible de réduire la quantité d'azote employée en raison des conditions climatiques et de l'état des sols, SCAN a pu démontrer des hausses de rendement.

AAC met actuellement à l'essai un outil web convivial destiné à transmettre l'information aux exploitants, et les négociations pour l'acquisition d'une licence de commercialisation de SCAN sont en cours. Il devrait être mis sur le marché à temps pour la saison 2017.

Une autre année record pour les exportations canadiennes

Les agriculteurs canadiens ont tiré pleinement profit de plusieurs débouchées commerciaux en 2016, résultant en une année record pour les exportations agricoles canadiennes atteignant 62,5 milliard $ en 2016. Cela constitue une augmentation de 41 % par rapport aux cinq dernières années.

Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) collabore avec des partenaires partout dans le monde afin d'instaurer et de développer des relations destinées à maintenir la prospérité de notre économie et de notre secteur agricole. Voici quelques-unes des grandes réalisations de l'année dernière :

  • Chine : Accès accru pour la viande bovine congelée non désossée provenant d'animaux de moins de 30 mois, et pour la poursuite du commerce du canola;
  • Georgie : Nouvel accès pour les bovins et porcs de reproduction vivants et le matériel génétique ovin, caprin et bovin;
  • Inde : Nouvel accès pour les produits du porc;
  • Japon : Nouvel accès pour les poivrons de serre de la Colombie-Britannique;
  • Mexique : Accès élargi à l'ensemble du marché pour le boeuf et les produits du boeuf, et rétablissement de l'accès pour la viande de volaille fraîche, y compris le poulet, le dindon et le canard;
  • Taiwan : Rétablissement de l'accès pour le boeuf;
  • Thaïlande : Nouvel accès pour les pommes de terre de semence de l'Alberta;
  • Turquie : Nouvel accès pour les bovins;
  • États-Unis : Finalisation des plans de travail 2016-2017 du Conseil de coopération en matière de réglementation pour l'inspection et la certification des viandes, la santé des animaux et la protection des végétaux, ainsi que pour la salubrité alimentaire.
  • Ukraine : Signature d'un accord de libre-échange Canada-Ukraine (ALECU).

Le Canada travaillera en étroite collaboration avec la nouvelle administration américaine en vue d’assurer de solides relations commerciales. Nous lancerons des pourparlers exploratoires avec la Chine sur la possibilité de conclure un accord de libre-échange et respecterons les engagements pris par le premier ministre et la présidente d’Argentine en novembre dernier en remplissant les dernières formalités en vue d’ouvrir l’accès pour le porc vivant et les produits du porc canadiens.

Pour obtenir de plus amples renseignements concernant les débouchés sur les marchés étrangers ou pour être ajouté à notre liste de distribution, faire des suggestions, ou solliciter un complément d'nformation, veuillez nous écrire à : MAS-SAM@agr.gc.ca.

Apprenez-en davantage sur nos dernières réalisations

Visitez Services aux exportateurs de produits agroalimentaires pour apprendre comment votre entreprise ou organisation peut tirer avantage de nos avis et conseils pour atteindre ses objectifs commerciaux internationaux.

Bulletins précédents d'Agri-info

Date de modification :