Contenu archivé - Phytoprotection durable

Contenu archivé

Le contenu archivé est fourni aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Il n’est pas assujetti aux normes Web du gouvernement du Canada et n'a pas été modifié ou mis à jour depuis son archivage. Pour obtenir ce contenu dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Formats de rechange

Des résultats du Programme de réduction des risques liés aux pesticides

Production de carottes sur buttes - Stratégies de lutte à risque réduit contre les mauvaises herbes

Dans beaucoup de régions du Canada, on produit les carottes sur des buttes. Pour lutter adéquatement contre les mauvaises herbes sur ces buttes, il faut utiliser de grandes quantités d’herbicides. La lutte contre les mauvaises herbes repose principalement sur un épandage pleine surface de trois herbicides à large spectre (le linuron, la trifluraline et la prométryne), les carottes étant considérées comme de faibles compétitrices. On a documenté une résistance au linuron dans le cas de deux mauvaises herbes importantes, l’amarante hybride en Ontario et la petite herbe à poux au Québec. Cette résistance peut limiter les options qui s’offrent aux cultivateurs pour lutter efficacement contre les mauvaises herbes qui nuisent à la production de carottes.

Introduction

Les percées technologiques dans le domaine de la lutte physique contre les mauvaises herbes peuvent permettre d’adapter des pratiques telles que la technique du faux semis, le travail superficiel du sol ou le brûlage au propane afin de réduire l’utilisation d’herbicides dans la production de carottes sur buttes et de retarder l’apparition d’une résistance.

De manière générale, les pratiques culturales et physiques de lutte contre les mauvaises herbes ne fournissent pas un haut rendement lorsqu’elles sont réalisées individuellement, mais la combinaison de plusieurs méthodes peut donner des résultats économiquement viables. Chaque pratique a ses avantages pour la production agricole (tableau 1).

On a réalisé les travaux de recherche en 2007 et en 2008 à la Ferme de recherche Harrington qui fait partie du Centre de recherches sur les cultures et les bestiaux du d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, à l’Île-du-Prince-Édouard, et ce, avec le soutien financier offert par le Programme de réduction des risques liés aux pesticides du Centre pour la lutte antiparasitaire.

Dans le cadre des essais en sol minéral, on a comparé l’efficacité des mesures de lutte contre les mauvaises herbes et le rendement des carottes. On a combiné différentes méthodes, comme l’application d’herbicide en bande, le brûlage au propane ou le travail superficiel du sol suite au faux semis ou au semis direct. Les combinaisons sont décrites dans le tableau 2. Pour la technique du faux semis, on a passé le sarcleur à cages roulantes juste avant le semis afin d’ameublir le sol, qui pouvait avoir formé une croûte, et pour lutter contre les mauvaises herbes.

Tableau 1. Pratique culturale, utilisation prévue et répercussion
Pratique culturale Technique Utilisation prévue en ce qui concerne la production de carottes Objectif
Faux semis et sarcleur à cages roulantes Pratique culturale: Faux semis et sarcleur à cages roulantes
  • Répression des mauvaises herbes avant la plantation
  • Bris de la croûte sur le sol
Remplacer le traitement de prélevée au linuron
Application en bande de linuron Pratique culturale: Application en bande de linuron
  • Traitement de prélevée et/ou de postlevée
  • Répression des mauvaises herbes dans une bande étroite sur le rang
Réduire la quantité de linuron appliquée
Brûlage en bande Pratique culturale: Brûlage en bande
  • Traitement de préplantation ou de prélevée, ou les deux, pour lutter contre les mauvaises herbes
Remplacer le traitement de prélevée au linuron
Application en bande d’acide acétique Pratique culturale: Application en bande d’acide acétique
  • Traitement appliqué en postlevée des mauvaises herbes et traitement en prélevée de la culture
  • Répression des mauvaises herbes sur le rang
Remplacer le traitement de prélevée au linuron
Travail du sol au moyen de couteaux latéraux Pratique culturale: Travail du sol au moyen de couteaux latéraux
  • Traitement appliqué après la levée des mauvaises herbes
  • Répression des mauvaises herbes sur les côtés des buttes
Complémentaire au sarclage
Travail du sol à l’aide d’un sarcleur à dents en forme de S, à pattes d’oie ou non Pratique culturale: Travail du sol à l’aide d’un sarcleur à dents en forme de S, à pattes d’oie ou non
  • Traitement appliqué après la levée des mauvaises herbes
  • Répression des mauvaises herbes entre les buttes de carottes
Complémentaire au sarclage

Tableau 2. Combinaisons de traitement, nombre de passages de l’équipement associés à chaque technique et coût respectif
No Combinaison Préparation des buttes[1] Nombre de passages
pour lutter
contre les
mauvaises
herbes
Nombre
de passages pour le sarclage
Coût ($/ha)[2] Coût ($/T)[6]
[1] Plantation = buttes formées juste avant le semis ; Faux semis = buttes formées deux semaines avant le semis.
[2] Estimation tirée de « Machinerie, coûts d’utilisation et taux à forfait suggérés, AGDEX 740/825, Avril 2006, Corrigé Septembre 2006, section 7,2 » (Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec). Les estimations se fondent sur une utilisation annuelle, une vie utile de 15 ans, une utilisation de 300 heures par année, un tracteur de 14,4kW + conducteur (15 $/h), des frais négligeables pour les sarcleurs (petites unités), une largeur du travail corrigée pour tenir compte de la largeur d’application, un ajustement des frais de carburant de 0,95 $/L et des frais de propane selon les conditions des essais et le prix réel (0,8414 $/L, propane, 8 mars 2009).
[3] Application pleine surface de linuron en prélevée à la dose de 600 g m.a./ha et en postlevée à 1185 g m.a./ha quand les carottes mesuraient de 8 à 15 cm de haut ; l’application en bande de linuron en prélevée et en postlevée s’est faite aux les mêmes doses. La largeur des bandes a toujours été de 30 cm. La consommation de propane a été de 120L/ha à 4 km/heure.
[4] Sarclage = sarcleur à dents en forme de S. Le travail du sol avec les couteaux latéraux a été réalisé sur le côté des buttes avec un passage à 2 km/h à 2,5 cm du rang de carottes, suivi d’un second passage à 10km/h à 10 cm du rang de carottes.
[5] L’acide acétique a été appliqué à un taux de 6,25 p. 100.
[6] Coût du traitement en fonction du rendement commercialisable.
1 Parcelle témoin Plantation --- --- 51,87 4,46
2 Application pleine surface de linuron[3] en prélevée et en postlevée Plantation 2 --- 327,43 5,36
3 Application en bande de linuron en prélevée et en postlevée + sarclage[4] Plantation 2 2 365,81 6,53
4 Application en bande de linuron en prélevée et en postlevée + couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pattes d’oie Plantation 2 2 400,43 7,96
5 Brûlage en prélevée + sarclage Plantation 1 1 293,56 13,29
6 Brûlage en prélevée + couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pattes d’oie Plantation 1 1 310,92 13,85
7 Parcelle témoin Faux semis --- --- 59,84 13,51
8 Application pleine surface de linuron en prélevée et en postlevée Faux semis 2 --- 335,40 5,80
9 Application en bande d’acide acétique[5] en prélevée + sarclage Faux semis 1 1 1179,14 51,31
10 Application en bande d’acide acétique en prélevée + couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pattes d’oie Faux semis 1 1 1196,50 40,45
11 Brûlage en préplantation et en prélevée + sarclage Faux semis 2 2 543,22 22,26
12 Brûlage en préplantation et en prélevée + couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pattes d’oie Faux semis 2 2 577,94 24,81

Résultats

Dans l’ensemble, il y a eu plus de mauvaises herbes sur le dessus des buttes où on avait pratiqué des faux semis que sur les buttes au moment de la plantation (figure 1). L’application en bande de linuron ou d’acide acétique sur le dessus des buttes a réduit la biomasse des mauvaises herbes d’une manière comparable à l’application pleine surface de linuron (norme commerciale). C’est la méthode de l’application en bande de linuron qui a donné la meilleure répression des mauvaises herbes et donné un meilleur rendement de carottes (figure 2). Le brûlage au propane ne s’est pas révélé aussi efficace que les herbicides pour réduire la biomasse des mauvaises herbes sur le dessus des buttes, principalement parce qu’il n’y avait pas d’activité résiduelle. Le sarclage avec les couteaux latéraux a été efficace pour enlever les mauvaises herbes uniquement sur le côté des buttes, mais on a préféré la méthode du sarcleur avec dents, car celles-ci permettent un travail agricole plus rapide. Les traitements en bande ont permis de réduire le coût d’utilisation des deux herbicides (linuron ou acide acétique) et l’utilisation du brûlage. Le fort volume d’acide acétique utilisé rend cette méthode peu économique. De même, le brûlage en prélevée a engendré un faible rendement des carottes. Une application mieux ciblée et plus sécuritaire pour la culture sont nécessaire avant que le brûlage en prélevée des carottes ou l’épandage d’acide acétique ne soient recommandés.

Figure 1. Effet des pratiques de lutte à risque réduit sur la répression des mauvaises herbes sur le dessus et les côtés des buttes de carottes en juillet (moyenne de 2007 et 2008). Norme = application pleine surface de linuron ; application en bande = herbicide appliqué en bandes de 30 cm de large directement sur les rangs de carottes ; couteaux = couteaux latéraux ; lin = linuron ; S+pattes d’oie = dents en forme de S + dents à pattes d’oie; faux semis 2 sem. = faux semis réalisés 2 semaines avant ; AA = acide acétique.

La description de cette image suit.
Description - Figure 1

Figure 1. Effet des pratiques de lutte à risque réduit sur la répression des mauvaises herbes sur le dessus et les côtés des buttes de carottes en juillet (moyenne de 2007 et 2008).

Ce diagramme à barres horizontales permet de comparer le poids sec total des mauvaises herbes sur les buttes de carottes (en gramme par mètre carré) selon diverses méthodes de lutte. Le poids sec des mauvaises herbes recueillies sur les côtés des buttes, et celui des mauvaises herbes situées sur le dessus, sont indiqués séparément. Les données sont exprimées selon une échelle logarithmique allant de 0 à 9537 g par mètre carré.

Le diagramme compare douze méthodes, dont six utilisent des buttes formées juste avant le semis et six utilisent des buttes formées deux semaines avant le semis (faux semis). Dans le cas de chacune de ces deux catégories, on a appliqué les méthodes suivantes : parcelle témoin; la norme; application en bande de linuron et sarcleur à dents en forme de S; application en bande de linuron, couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pied de canard; brûlage en bande avec sarcleur à dents en forme de S; et brûlage en bande, couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pied de canard. On a aussi utilisé ces mêmes traitements pour la technique des buttes formées deux semaines avant le semis (faux semis), pour un total de 12 techniques.

Toutes les méthodes de lutte contre les mauvaises herbes produisent un rendement semblable ou supérieur à celui de la norme commerciale lorsqu’elles sont appliquées sur les côtés des buttes.

En ce qui concerne les buttes formées au moment de la plantation, le brûlage en bande avec sarcleur à dents en forme de S et le brûlage en bande avec couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pied de canard permettent de réduire la biomasse de mauvaises herbes sur le dessus des buttes d’une manière comparable à celle de la norme commerciale. Les deux méthodes avec application en bande de linuron permettent un rendement sur le dessus des buttes d’une manière comparable à celle de la norme commerciale.

Quant à la technique des faux semis réalisés deux semaines avant, la réduction de la biomasse de mauvaises herbes est comparable, dans tous les cas, à celle de la norme commerciale.


Figure 2. Effet des pratiques de lutte à risque réduit sur le rendement des carottes (moyenne de 2007 et 2008). (Rendement commercialisable = diamètre de la carotte >19 mm). Norme = application pleine surface de linuron ; application en bande = herbicide appliqué en bandes de 30 cm de large directement sur les rangs de carottes ; couteaux = couteaux latéraux ; lin = linuron ; S + pattes d’oie = dents en forme de S + dents à pattes d’oie ; faux semis 2 sem. = faux semis réalisés 2 semaines avant ; AA = acide acétique.

La description de cette image suit.
Description - Figure 2

Figure 2. Effet des pratiques de lutte à risque réduit sur le rendement des carottes (moyenne de 2007 et 2008). (Rendement commercialisable = diamètre de la carotte >19 mm).

Le diagramme à barres horizontales permet de comparer le rendement des carottes sur buttes en tonnes par hectare selon diverses méthodes de lutte contre les mauvaises herbes. Le rendement total et le rendement commercialisable sont indiqués séparément. L’échelle va de 0 à 100 tonnes par hectare.

Le diagramme compare douze méthodes, dont six utilisent des buttes formées juste avant le semis et six utilisent des buttes formées deux semaines avant le semis (faux semis). Voici les six méthodes utilisant les buttes formées juste avant le semis : parcelle témoin; la norme; application en bande de linuron et sarcleur à dents en forme de S; application en bande de linuron, couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pied de canard; brûlage en bande avec sarcleur à dents en forme de S; et brûlage en bande, couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pied de canard. Pour qui est des buttes formées deux semaines avant le semis (faux semis), les méthodes utilisées sont : parcelle témoin; la norme; application en bande d’acide acétique et sarcleur à dents en forme de S; application en bande d’acide acétique, couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pied de canard; brûlage en bande avec sarcleur à dents en forme de S; et brûlage en bande, couteaux latéraux et sarcleur à dents en forme de S avec pied de canard.

Dans les deux cas, ce sont les parcelles témoins qui produisent le plus faible rendement commercialisable. La norme produisait le plus haut rendement total et commercialisable. Toutes les applications en bande de linuron ont produit un rendement avoisinant le rendement commercialisable des parcelles témoins. Le brûlage en bande et l’application d’acide acétique ont produit un rendement correspondant à près de la moitié de celui obtenu au moyen des parcelles témoins correspondantes. Toutes les méthodes ont permis d’obtenir un rendement supérieur aux parcelles témoins.

Résumé

La méthode la plus susceptible de réduire la quantité d’herbicides utilisée tout en offrant une répression efficace des mauvaises herbes et un rendement acceptable est celle qui combine l’application en bande de linuron sur les buttes et le sarclage mécanique à l’aide de couteaux latéraux et de sarcleurs à dents avec pattes d’oie entre les buttes. La différence de coût entre la méthode proposée et la norme commerciale est négligeable, mais les avantages sur le plan environnemental sont majeurs. L’épandage en bande d’herbicides sur les buttes a permis de réduire l’utilisation des herbicides de 66 p. 100, ce qui réduit l’incidence environnementale. Cette technique aide à réduire la charge des herbicides pour l’environnement, en particulier dans les sols limoneux-sableux, à faible teneur en matière organique où une grande partie des carottes sont produites.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez contacter :

Kevin Sanderson, P.Ag., chercheur
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Centre de recherches sur les cultures et les bestiaux
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

ou

Diane Benoit, Ph.D., chercheuse
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Centre de recherches et de développement en horticulture
Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec


Formats de rechange

Aide sur les formats de rechange

Production de carottes sur buttes-Stratégies de lutte à risque réduit contre les mauvaises herbes (Version PDF, 1249 Ko)  

Date de modification :