Types de biopesticides

Les pesticides microbiens sont des pesticides contenant des microorganismes vivants comme des bactéries, des champignons, des virus, des protozoaires, des algues, des mycoplasmes, des rickettsies, ou des organismes apparentés et des métabolites connexes (ou sous-produits). Ils sont utilisés pour lutter contre les ravageurs. La plupart des agents microbiens ciblent un ravageur précis. Par exemple, le virus de la granulose du carpocapse de la pomme est un pesticide microbien que l’on pulvérise sur les pommiers; il n’infecte et ne tue que les larves du carpocapse de la pomme, l’un des ravageurs les plus importants des vergers. Consulter la Directive de l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) DIR2001-02.

Les écomones (ou substances sémiochimiques ) sont des messages chimiques produits par un organisme induisant une réponse comportementale chez des organismes de même espèce ou d’espèce différente. Les équivalents de synthèse de ces substances sont aussi considérés comme étant des biopesticides sémiochimiques. Les substances les plus couramment utilisées sont des phéromones sexuelles d’insectes qui sont employées dans des pièges de surveillance, des systèmes de leurre et de piège mortel ou pour la perturbation de l’accouplement d’un ravageur ciblé. Par exemple, la diffusion massive de phéromone de la tordeuse de la vigne réduit la capacité des mâles de localiser des femelles. On parvient ainsi à diminuer leur taux de reproduction et à maîtriser leurs populations. Pour obtenir un exemplaire de la Directive PRO2002-02, communiquer avec l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire.

Les produits antiparasitaires non classiques sont des substances utilisées à diverses fins par le grand public, mais pouvant aussi servir de produits antiparasitaires. Ils posent généralement un faible risque pour les humains et l’environnement. Voici des exemples de produits non classiques : des ingrédients alimentaires ou des agents de conservation comme l’ail en poudre ou le sel de table; l’acide acétique dans le vinaigre; des extraits de plantes et des huiles comme l’huile minérale; des engrais et des suppléments favorisant la croissance des plantes comme les sels minéraux. Ainsi, on se sert du vinaigre pour éliminer certaines mauvaises herbes, et de l’huile minérale et du sucre en poudre pour lutter contre les acariens. Consulter la Directive d’homologation DIR2012-01 de l’ARLA

 

Date de modification: