Stratégie de réduction des risques liés aux pesticides contre les insectes nuisibles des racines des carottes, panais et oignons

Veuillez adresser vos demandes de renseignements à :
Programme de réduction des risques liés aux pesticides
Centre de la lutte antiparasitaire, Agriculture et Agroalimentaire Canada
pmc.cla.info@agr.gc.ca

Octobre 2017

Préface

Des stratégies de réduction des risques liés aux pesticides sont élaborées dans le cadre du Programme de réduction des risques liés aux pesticides (PRRP), un programme conjoint d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et de l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada. Le PRRP vise à réduire les risques pour la santé humaine et l’environnement liés à l’utilisation de pesticides agricoles. Pour atteindre cet objectif, les responsables du programme collaborent avec des groupes de producteurs, des experts provinciaux et des chercheurs afin de cerner les lacunes de la lutte antiparasitaire et identifier les possibilités de réduction des risques liés aux pesticides, et de concevoir et mettre en œuvre des stratégies pour combler ces lacunes et réduire les risques.

Une stratégie de réduction des risques liés aux pesticides consiste en un plan détaillé ayant pour objectif de répondre aux besoins des producteurs en termes d’outils et de pratiques de lutte antiparasitaire à risque réduit pour des défis parasitaires particuliers. Ces stratégies sont mises au point à la suite de consultations exhaustives menées auprès des intervenants. Le présent document stratégique résume le cadre et les activités soutenues par le PRRP. Il vise à fournir une mise à jour sur le progrès de l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie, ainsi que les nouveaux outils et méthodes disponibles grâce aux travaux faits dans le cadre de ce processus.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le site Centre de la lutte antiparasitaire.

Remerciements

Les responsables du Programme de réduction des risques liés aux pesticides remercient tous les intervenants et organismes participants pour leur collaboration et leur contribution soutenue à l'élaboration et à la mise en œuvre d'une stratégie de réduction des risques liés aux pesticides qui sont utilisés dans les cultures de légumes-racines au Canada, en particulier les membres suivants du groupe de travail sur les insectes nuisibles aux carottes, aux panais et aux oignons :

  • Heather Meberg – E.S. Cropconsult, Colombie-Britannique;
  • Tracy Shinners-Carnelley – Peak of the Market, Manitoba;
  • Anne-Marie Fortier – Phytodata, Québec;
  • Rachael Cheverie – Perennia, Nouvelle-Écosse;
  • Susanna Acheampongo, Tracy Hueppelsheuser et Susan Smith – Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation de la Colombie-Britannique;
  • Connie Achtymichuk – Ministère de l'Agriculture de la Saskatchewan;
  • Marion Paibomesai – Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario;
  • Mario Leblanc – Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec;
  • Chris Maund – Gouvernement du Nouveau-Brunswick, Agriculture;
  • Sebastian Ibarra – Ministère de l'Agriculture et des Forêts de l'Île-du-Prince-Édouard;
  • Mary Ruth McDonald et Cynthia Scott-Dupree – Université de Guelph;
  • Gaétan Bourgeois et Robert Vernon – Agriculture et Agroalimentaire Canada;
  • Santé Canada - Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire.

Introduction

Les insectes nuisibles qui s’attaquent aux racines des carottes, des panais et des oignons ont été définis comme étant un problème à priorité élevée pour l’élaboration d’une stratégie au moyen de consultations avec les intervenants et d’une évaluation systématique du potentiel de réduction des risques liés aux pesticides. Ces insectes nuisibles sont principalement gérés par l’application de produits insecticides, dont certains font l’objet d’une réévaluation ou seront éliminés progressivement par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada. Plus précisément, on manque d'approches alternatives pour lutter contre la mouche de la carotte (Psila rosae F.), le charançon de la carotte (Listronotus oregonensis L.) et le complexe de mouches des racines (Delia spp.) sur les oignons.

Le présent rapport résume les efforts de collaboration, les activités et les progrès réalisés dans le cadre du Programme de réduction des risques liés aux pesticides (PRRP) en vue de l'élaboration et de la mise en œuvre d'une stratégie à risque réduit pour la lutte contre les insectes nuisibles clés qui s’attaquent aux racines des carottes, panais et oignons au Canada. L’objectif de cette stratégie est d’offrir aux producteurs des solutions de lutte non chimiques qui atténuent les risques pour les humains et l’environnement que comporte l’utilisation des insecticides dans la production de légumes, tout en assurant une lutte antiparasitaire efficace et économique. Ces travaux étaient complémentaires à ceux menés par le Groupe de travail sur la stratégie de transition du diazinon de l’ARLA pour les cultures de légumes-racines et de légumes-bulbes, qui ont coordonné des efforts pour obtenir d’autres pesticides chimiques classiques comme solution de rechange aux pesticides qui sont retirés par suite de leur réévaluation.

Dans le cadre du PRRP, un groupe de travail composé de spécialistes provinciaux des cultures légumières, d'entomologistes, d'experts en vulgarisation, d'intervenants de l'industrie légumière a été formé pour discuter des enjeux liés à la gestion de ces insectes nuisibles. Les principaux enjeux identifiés par le groupe de travail comprennent notamment : des lacunes en matière de connaissances sur le comportement et la présence de ces insectes nuisibles dans les cultures concernées; le manque de modèles validés pour la prévision des populations d’insectes nuisibles; le manque d’outils de rechange efficaces, classiques et non classiques; et la nécessité de communiquer les résultats aux producteurs.

Cette stratégie présente les objectifs principaux et fournit des renseignements sur les projets soutenus. D’autres projets devraient s’ajouter à mesure que certains objectifs ont été atteints et que des travaux différents sont nécessaires pour continuer la mise en œuvre de la stratégie. Les projets en cours étudient la prévalence et le comportement des insectes nuisibles indiqués ainsi que d’autres moyens de lutte possibles contre eux (voir le tableau 1). Ce document est mis à jour périodiquement lorsque de nouveaux renseignements sont disponibles.

Enjeux relatifs à la lutte antiparasitaire et à la réduction des risques liés aux pesticides

Au Canada, les carottes, les panais et les oignons sont des cultures annuelles importantes qui sont principalement cultivées au Québec et en Ontario, mais il s’en cultive aussi sur de plus faibles superficies dans les provinces de l’Atlantique et des Prairies et en Colombie-Britannique. En 2016, ces cultures ont été plantées dans plus de 14 400 hectares et ont généré une valeur à la ferme de 219 millions de dollars pour l'économie canadienne.

Au stade larvaire souterrain, les insectes nuisibles peuvent causer des pertes économiques très graves à ces cultures, car ils endommagent directement le produit à commercialiser en s’y nourrissant et indirectement en créant des points d’entrée pour les organismes pathogènes du sol. En outre, l’activité souterraine, et donc, cachée de ces insectes nuisibles complique l’établissement et la mise en œuvre de protocoles de surveillance et de seuils d'interventions. La mouche de la carotte et le charançon de la carotte sont des ravageurs qui causent d’importants dommages aux carottes et aux panais dans un grand nombre de régions productrices du Canada. La mouche de l’oignon (Delia antiqua) est souvent considérée comme l’un des ravageurs des légumes-racines les plus importants dans les productions d’oignons, mais selon de récentes recherches, l’ensemble des dommages pourrait être causé par un complexe de mouche des racines où interviennent aussi la mouche des semis (Delia platura) et la mouche granivore du haricot (Delia florilega).

Les options actuelles de lutte antiparasitaire contre ces ravageurs comprennent notamment des produits à base de néonicotinoïdes, de pyréthroïdes, de pyréthrines, de benzoylurée et d’organophosphates. Bien que la plupart des usages du diazinon aient été retirés en 2016 après la réévaluation réglementaire effectuée par l’ARLA, cet insecticide est encore homologué actuellement contre les larves de la mouche de l’oignon dans les cultures d’oignons. Cependant depuis l’amorce de cette stratégie, l’ARLA a entamé la réévaluation d’autres insecticides chimiques: clothianidine + imidaclopride (mouche de la carotte, mouche de l’oignon et mouche des semis), cyperméthrine (mouche de la carotte, adultes de la mouche de l’oignon), lambda-cyhalothrine (mouche de la carotte et charançon de la carotte), phosmet (charançon de la carotte) et chlorpyrifos (larves de la mouche de l’oignon). Il est dorénavant urgent de trouver d’autres solutions efficaces de rechange à risque réduit pour lutter contre ces ravageurs.

Élaboration de la stratégie

La présente stratégie cible les carottes, les panais et les oignons, des cultures où le potentiel de réduction des risques liés aux pesticides est élevé. Les ravageurs des légumes-racines ciblés par la stratégie – la mouche de la carotte, le charançon de la carotte et la mouche de l’oignon – ont été classés par ordre de priorité lors des discussions du groupe de travail. Ces ravageurs ont aussi été identifiés dans la Stratégie de transition du diazinon de l'ARLA et figurent parmi les principales priorités provinciales à l'Atelier annuel de priorisation des pesticides à usage limité de 2017 organisé par AAC. Voir la liste des Cultures sur surfaces réduites et problèmes associés aux ravageurs des cultures. La mouche du chou n’est pas visée par cette stratégie. Pour plus d’information sur les travaux du PRRP liés à cet insecte nuisible, veuillez consulter : Stratégie de réduction des risques liés à la lutte contre la mouche du chou dans la production de crucifères.

Certaines lacunes prioritaires en matière de lutte antiparasitaire avaient déjà été cernées lors de consultations précédentes du programme en 2005 et en 2006. En réponse aux discussions, le programme a appuyé un projet pertinent à la stratégie, soit le projet - PRR07 090 - Développement de modèles bioclimatiques pour prédire la dynamique de deux insectes ravageurs: le charançon de la carotte et la mouche de la carotte

Consultations du groupe de travail

Au printemps 2013, un groupe de travail d'experts a été créé pour donner des conseils et orienter l'élaboration d’une stratégie de lutte durable contre les insectes nuisibles ciblés. Ce groupe de travail, rassemblant des spécialistes provinciaux des productions végétales, des scientifiques des milieux universitaires et gouvernementaux et des experts en vulgarisation des productions légumières, continue de se réunir pour discuter des progrès accomplis et de la mise en œuvre de la stratégie. Le groupe participe à des consultations et à l’échange régulier d'idées par téléconférence, par courriel et par communication personnelle. Le groupe accueille de nouveaux membres volontiers; les personnes et organismes qui désirent s’y joindre sont invités à communiquer avec le PRRP pour plus d’information.

Enjeux prioritaires et lacunes

  • Les discussions du groupe de travail ont permis de cerner les lacunes en matière de connaissances et outils qui limitent l’élaboration de stratégies de lutte intégrée pour les insectes nuisibles ciblés. Sont présentés ci-dessous les préoccupations recensées par le groupe en lien avec les ravageurs des carottes, des panais et des oignons.
  • Manque de connaissances sur la biologie et le comportement du charançon de la carotte, notamment les habitudes d'hivernage et les déplacements spatio-temporels dans les champs, ce qui peut mener à la formulation de recommandations de traitement qui sont inadéquates quant au moment de l’application
  • Manque d'outils de surveillance efficaces pour l’émergence de la deuxième génération du charançon de la carotte et connaissances limitées sur les impacts de cette nouvelle génération sur la production de carottes
  • Connaissances limitées sur les facteurs externes qui influent sur les populations de mouches de la carotte, et la nécessité de valider les modèles bioclimatiques actuellement établis dans les différentes régions productrices de carottes du Canada
  • Manque de connaissances sur les densités, la répartition et les dommages réels causés par les différentes espèces de mouches des racines (Delia spp.) dans les cultures d'oignons
  • Manque de produits pour remplacer le diazinon, et le besoin d’un ensemble diversifié de solutions pour réduire le risque de développer une résistance aux solutions de rechange chimiques dans les populations de ravageurs
  • Information insuffisante sur les effets du climat (en particulier les températures élevées) sur l’efficacité des pesticides utilisés contre la mouche de la carotte
  • Manque d'approches de lutte antiparasitaire et de produits convenables à la production de légumes biologiques

Plan d'action

Le Groupe de travail discute des mesures possibles pour résoudre ces problèmes et élabore un plan d’action. Le plan d’action suivant décrit les objectifs de la stratégie, établit les jalons et indique les activités qui se déroulent. L'accent initial de la stratégie est d'améliorer les connaissances actuelles sur la répartition, la présence, et l’impact des insectes nuisibles ciblés. Ces connaissances aideront à déterminer le moment optimal et l’application d’autres outils et produits à poursuivre à mesure que la stratégie avance.

Les objectifs établis dans la présente stratégie de réduction des risques liés aux pesticides pour les ravageurs des carottes, des panais et des oignons sont les suivants :

  1. Établir une base de connaissances sur la biologie et le comportement des insectes nuisibles ciblés
  2. Identifier et élaborer de nouvelles solutions et de nouveaux outils de lutte à risque réduit
  3. Favoriser et faciliter l’adoption de solutions à risque réduit
Tableau 1. Plan d'action pour la mise en œuvre d’une stratégie à risque réduit de lutte antiparasitaire contre les insectes nuisibles des racines de carottes, panais et oignons au Canada
Jalon État d’avancement Activités de mise en œuvre Date d'achèvement
Objectif 1 : Établir une base de connaissances sur la biologie et le comportement des insectes nuisibles ciblés
Déterminer la configuration spatiale et les périodes de migration de la mouche de la carotte et du charançon de la carotte dans les cultures. Terminé PRR14-020 - Développer des outils de modélisation spatiale et de prédiction pour la gestion de la mouche de la carotte et du charançon de la carotte dans les régions productrices de l'Est du Canada. Ce projet a démontré que la mouche de la carotte et le charançon de la carotte étaient tous deux faciles à trouver dans les champs de carottes tôt en saison et que les modèles de degrés-jours mis au point au Québec il y a trente ans ne prédisaient pas avec justesse l’émergence de ces espèces dans les provinces étudiées. 2017
Peaufiner les modèles de prédiction d’émergence et évaluer l’efficacité de produits à base de nématodes entomopathogènes En cours Des travaux sont en cours dans le cadre du projet PRR17-020 - Application de données bioclimatiques à jour pour valider des modèles et peaufiner les recommandations d'un programme de lutte intégré contre la mouche de la carotte et le charançon de la carotte. Ce projet vise à ajouter plusieurs données champs-années aux données précédemment collectées qui ont été obtenues dans le cadre du projet PRR14-020. Plusieurs produits commerciaux à base de nématodes entomopathogènes font aussi l’objet d’évaluation quant à leur efficacité à lutter contre le charançon de la carotte et la mouche de la carotte. Pas applicable
Déterminer la répartition, les périodes et l’importance des dommages causés par les principales espèces de mouches Delia nuisibles aux oignons Terminé PRR14-040 - Étudier les facteurs déterminants de la fréquence et de l'importance des dommages causés par les espèces de mouches Delia dans les principales régions productrices d'oignons de l'Ontario et du Québec. Cette étude a démontré que les données d’émergence des espèces Delia n’étaient pas en corrélation avec le modèle de prédiction et il n’y avait pas de forte corrélation entre les captures au moyen de pièges et les dommages causés aux plants d’oignons. 2016
Voir au dessus En cours Des travaux sont en cours dans le cadre du projet PRR17-010 - Enquête sur les espèces de mouches des racines du genre Delia qui s'attaquent aux cultures d'oignons au Québec, en Ontario et dans les provinces de l'Est. Dans le cadre de ce projet, des données sur la présence de Delia spp. dans les champs d’oignons sont recueillies et on évalue les dommages aux plants d’oignons en champ et en laboratoire, puis on corrèle avec les différentes espèces Delia. Pas applicable
Objectif 2 : Relever et élaborer de nouvelles solutions de lutte à risque réduit
Élaborer des outils d'aide à la prise de décisions Terminé PRR07-090 - Développement de modèles bioclimatiques pour prédire la dynamique de deux insectes ravageurs : le charançon de la carotte et la mouche de la carotte. Les résultats de ce projet mené au Québec et en Ontario ont été incorporés dans le logiciel de modélisation Centre informatique de prévision des ravageurs en agriculture (CIPRA) d’AAC, lequel a été intégré depuis dans Agrométéo Québec et Agrométéo Atlantique. Ces sites web fournissent des modèles bioclimatiques dans plusieurs cultures et des outils décisionnels à l’intention des producteurs des provinces de l’Est du Canada. 2010
Voir au dessus En cours Les modèles bioclimatiques doivent être validés avant de pouvoir les utiliser dans d’autres régions, et parfois les peaufiner pour prendre en compte l’émergence de multiples générations de ravageurs. Des travaux sont en cours dans le cadre des projets PRR17-010 et PRR17-020 et visent à collecter plus de données sur l’émergence des ravageurs des oignons et des carottes, respectivement, dans les provinces de l’Est, contribuant ainsi à la création de modèles bioclimatiques ou à l’amélioration de ceux existants. Pas applicable
Étudier l'utilisation d'approches culturelles À venir Les données générées par les projets qui figurent à l'objectif 1 devraient permettre de dégager d'autres moyens possibles de lutte culturale contre les ravageurs des carottes et des oignons. Pas applicable
Étudier les biopesticides et les produits non classiques Terminé PRR15-030 - Enquête sur l'Appât pour mouches à fruits GF-120 pour la suppression des populations de la mouche de la carotte dans l'Est du Canada et en Colombie-Britannique. Cette étude a démontré que GF-120™ n’était pas aussi efficace à réduire les dommages causés aux plants de carottes que le Matador 120EC et aussi que le GF 120™ ne s’avérait pas une solution de rechange économiquement viable lors de son utilisation par pulvérisation. 2016
Nouveaux produits classiques disponibles aux fins d'adoption En cours Dans le cadre du Programme des pesticides à usage limité du Centre de la lutte antiparasitaire, l’ingrédient actif suivant a été soumis à des fins d’homologation: spinosad (mouche de l’oignon) et des travaux sont en cours sur le spinetoram (mouche de la carotte et mouche de l’oignon). Voir Pesticide à usage limité - Rapport de l'état des projets selon la culture. Pas applicable
Objectif 3 : Favoriser et faciliter l'adoption de solutions à risque réduit
Communiquer les résultats des travaux stratégiques aux producteurs À venir À mesure que les projets avancent, les renseignements générés par les travaux seront transférés aux producteurs et aux autres intervenants de l’industrie légumière au moyen de fiches techniques, de présentations pendant les réunions de l’industrie et d’approches de recherche participative, là où applicable. Pas applicable
Voir au dessus À venir À mesure que la stratégie avance, le groupe de travail discutera de mécanismes pour favoriser l'adoption de solutions à risque réduit par les producteurs. Pas applicable
Légende :
  • Terminé : Le projet a franchi ce jalon
  • En cours : Le projet ou les travaux sont en cours
  • À venir : Priorité recensée pour de futurs travaux
Date de modification: