Stratégie nationale de réduction des risques liés à l'utilisation des pesticides organophosphorés dans les vergers de fruits à pépins

Pour tout renseignement sur le contenu de la stratégie, veuillez contacter le :

Programme de réduction des risques liés aux pesticides
Centre de la lutte antiparasitaire, AAC
pmc.cla.info@agr.gc.ca

Janvier 2013

Préface

Le Programme de réduction des risques liés aux pesticides(PRRP) est une initiative conjointe d'Agriculture et Agroalimentaire Canada et de l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada, qui a pour objectifs d'élaborer et de mettre en œuvre des stratégies de réduction des risques liés aux pesticides qui aident à réduire les risques que posent ces produits en agriculture, en encourageant une plus grande utilisation de pratiques de lutte dirigée bénéfiques. Ces objectifs s'inscrivent dans le cadre stratégique Cultivons l'avenir II.

Une stratégie de réduction des risques liés aux pesticides est un plan détaillé qui vise à répondre aux besoins des agriculteurs de disposer d'outils et de pratiques antiparasitaires à risques réduits dirigés qui ciblent des organismes nuisibles spécifiques. Les stratégies sont élaborées dans le cadre de vastes consultations qui sont menées auprès des intervenants concernés. Le présent document rend compte des progrès réalisés en vue de l'élaboration d'une stratégie commune de réduction des risques liés à l'utilisation des insecticides organophsphoré (OP) dans les vergers de fruits à pépins dans le cadre du Programme de réduction des risques liés aux pesticides.

Remerciements

PRRP remercie tous les participants pour leur contribution et leur collaboration dans l'élaboration et la mise en œuvre de cette stratégie qui vise à réduire les risques associés à l'utilisation des pesticides OP dans les fruits à pépins.

Contexte

Les pommes sont l'une des plus importantes cultures fruitières au Canada, la production annuelle mise en marché totalisant 430 301 tonnes métriques. Au pays, 17 619 hectares sont consacrés à la production commerciale de pommes (zones cultivées), les principales régions de production commerciale étant situées en Colombie-Britannique, en Ontario, au Québec et en Nouvelle-Écosse (CANSIM, Statistique Canada, 2011).

De nombreux organismes nuisibles s'attaquent aux pommes et doivent être contrôlés afin de prévenir des pertes économiques. Les principaux ravageurs qui s'attaquent directement aux fruits sont la mouche de la pomme (Rhagoletis pomonella), le carpocapse de la pomme (Cydia pomonella), l'hoplocampe des pommes (Hoplocampa testudinea) et le charançon de la prune (Conotrachelus nenuphar). L'importance de ces organismes nuisibles et la gravité de leurs dommages varient d'une région à l'autre. Pour réprimer ces ravageurs, les producteurs suivent des programmes complexes de lutte intégrée qui allient la surveillance des ravageurs et l'utilisation de moyens de lutte biologiques, culturaux et chimiques.

Les insecticides OP, qui comprennent l'azinphos-méthyl, la phosalone, le phosmet et le diazinon, font partie de l'arsenal de produits antiparasitaires utilisés dans les vergers, et ce, depuis leur apparition sur le marché dans les années 1960. Ces produits peu coûteux assurent un contrôle efficace d'un large éventail d'organismes nuisibles. Cependant, les préoccupations liées à la sécurité des travailleurs agricoles et les répercussions de ces produits sur des insectes non ciblés commandent des solutions de rechange plus sécuritaires, besoin qui est renforcé par la crainte de perdre bon nombre de ces produits à l'issue de leur réévaluation par Santé Canada pour permettre d'examiner de nouvelles données scientifiques concernant les impacts des pesticides. [Un examen des insecticides OP a été amorcé en juin 1999 dans le cadre du programme de réévaluation des pesticides qui ont été homologués avant le 31 décembre 1994 de Santé Canada [voir ARLA, REV99-01 Réévaluation des pesticides organophosphatés].

Au cours des dernières années, on a homologué de nouveaux pesticides à risque réduit pour lutter contre les ravageurs des fruits à pépins. Ces nouveaux produits ont un mode d'action plus discret et plus ciblé de certains ravageurs ou de certains stades de développement des ravageurs, et sont en général plus sécuritaires pour les travailleurs et l'environnement que les OP.

L'amélioration des produits chimiques pose des défis aux producteurs. En effet, il est impératif d'appliquer les nouveaux produits plus « doux » au bon moment, et comme la période d'application de ces produits peut différer de celle des pesticides classiques, il faut modifier les programmes de lutte intégrée en vigueur. On craint la résurgence de ravageurs secondaires qui étaient auparavant tenus en échec par les insecticides à large spectre plus anciens. Le remplacement de produits chimiques dont le mode d'action est par ingestion plutôt que par contact peut encore permettre la formation de blessures aux fruits pratiquement invisibles à l'œil nu mais détectables lors du classement des fruits, ce qui peut entraîner un déclassement ou le rejet de la récolte. De plus, les nouveaux produits chimiques coûtent en général plus cher que les plus anciens, aspect important pour une industrie dont les marges de profit sont souvent très faibles. Ainsi, bien que les producteurs semblent délaisser les OP au profit de ces nouveaux produits, ils doivent affrontés de nombreux défis avant de les adopter pleinement et d'implanter des programmes de lutte intégrée efficaces.

La présente stratégie vise à faciliter l'adoption de pesticides et de pratiques de remplacement durables, et par conséquent, à réduire les risques liés à l'utilisation des insecticides OP dans les vergers.


Historique de l'élaboration de la stratégie

Un groupe de travail chargé d'examiner une stratégie de réduction des risques liés aux composés OP a été formé à la fin de 2005 et a tenu une première réunion en avril 2006. Le groupe de travail était composé de spécialistes des cultures, de producteurs, de représentants de l'industrie et d'autres intervenants des principales provinces productrices de pommes (Colombie-Britannique, Ontario, Québec et Nouvelle-Écosse). Le groupe de travail a notamment discuté des principales utilisations des OP, du manque de connaissances et des obstacles à l'adoption de nouvelles pratiques de lutte et de pesticides à risque réduit, ainsi que de possibles solutions à risque réduit pour résoudre les problèmes soulevés.

En janvier 2008, l'ARLA a mis en œuvre une stratégie de transition pour l'utilisation de l'azinphos-méthyl sur les arbres fruitiers (la stratégie a par la suite été étendue au diazinon) afin d'examiner le manque de pesticides entrainé par le retrait de ce pesticide. Les activités menées dans le cadre de la stratégie de transition visaient à trouver des produits de remplacement et à faciliter leur accessibilité pour des usages critiques qui autrement seraient perdus avec le retrait de pesticides.

La stratégie élaborée de réduction des risques associés à l'utilisation des OP dans les vergers de divers fruits à pépins passe par la facilitation de l'adoption des nouveaux produits chimiques par les agriculteurs, la détermination des obstacles à l'adoption de ces produits, ainsi que la découverte de produits antiparasitaires et de pratiques (biologiques) de remplacement à plus faible risque, pour lutter contre les insectes nuisibles de la pomme. Comme il n'était pas possible d'étudier tous les ravageurs concernés par le retrait des produits OP, les efforts stratégiques sont concentrés sur les quatre ravageurs importants suivants : la mouche de la pomme, le carpocapse de la pomme, le charançon de la prune et l'hoplocampe des pommes.

Plusieurs rencontres ont eu lieu en 2009 et en 2011 pour définir des objectifs et des cibles stratégiques, et élaborer des plans d'action. Des projets financés ont contribué à améliorer les connaissances des producteurs concernant la surveillance des ravageurs, le bon moment d'application des pulvérisations à risque réduit et l'intégration de pesticides à risque réduit dans les programmes de lutte intégrée. Des démarches ont été entreprises pour élargir le profil d'emploi du spinosad (appât pour mouches des fruits GF-120 Naturalyte), pesticide à risque réduit pouvant être utilisé contre la mouche de la pomme. D'autres études ont aussi été menées pour faire des démonstrations aux agriculteurs de diverses techniques d'application du produit. On poursuit les travaux pour trouver de nouvelles approches de lutte contre ces ravageurs importants, conformément aux objectifs du plan d'action stratégique présenté ci­dessous.


Plan d'action stratégique de réduction des risques liés à l'utilisation de pesticides organophosphorés dans les vergers de fruits à pépins

Une stratégie de réduction des risques liés à l'utilisation des pesticides OP dans les vergers de fruits à pépins a été élaborée, suite aux discussions qu'on menées le groupe de travail sur l'utilisation des composés OP dans les fruits à pépins. Le tableau qui suit indique les buts de cette stratégie, les cibles et les étapes importantes, ainsi que les activités mises en œuvre et les progrès réalisés à ce jour dans le cadre de la stratégie.

Objectif 1 : Accès à des approches et à des outils de lutte antiparasitaire à risque réduit contre les principaux ravageurs
Cible Jalon Activités requises État d'avancement Date d'échéance des projets et commentaires
Les producteurs ont accès à de meilleurs outils décisionnels pour effectuer des traitements antiparasitaires. Vérification de seuils d'intervention Mener des essais dans des vergers commerciaux pour vérifier les seuils d'intervention à employer pour le carpocapse de la pomme et la mouche de la pomme dans le cadre des programmes de lutte à risque réduit. Terminé 31 mars 2010 : Projet d'AAC PRR09-030,
Faciliter l'adoption de nouvelles approches de lutte antiparasitaire pour les pommeraies de Nouvelle-Écosse. Le suivi du calendrier modifié des traitements a permis une suppression efficace des ravageurs, mais il faudra poursuivre les travaux à des fins de validation et de modifications des recommandations.
Les producteurs ont accès à de meilleurs outils décisionnels pour effectuer des traitements antiparasitaires. Vérification de seuils d'intervention Réaliser des suivis pour valider le calendrier révisé d'application des pesticides. À venir  
Les producteurs ont accès à de meilleurs outils décisionnels pour effectuer des traitements antiparasitaires. Détermination du risque de dommages causés par la mouche de la pomme en fin de saison Mener des études pour vérifier les activités de ponte de la mouche de la pomme en fin de saison et ainsi déterminer la nécessité d'effectuer des traitements en fin de saison. Terminé 31 mars 31 2012 : Projet PRR10-050, Intégration de l'appât empoisonné pour les mouches des fruits GF-120 Naturalyte à la lutte intégrée contre la mouche de la pomme. Toutes les mouches femelles piégées durant la saison, jusqu'en septembre, étaient porteuses d'oeufs. Selon les résultats d'essais au champ consistant à protéger des vergers contre la mouche de la pomme pendant diverses périodes, il semble que le risque de dommages survenant en fin de saison dépend de la pression du ravageur et des conditions météorologiques saisonnières.
Les producteurs ont accès à de meilleurs outils décisionnels pour effectuer des traitements antiparasitaires. Mise au point de systèmes permettant d'intégrer les données météorologiques locales aux modèles de degrés-jours qui servent à prédire la nécessité d'effectuer des traitements et à quelle date. Améliorer l'accès des producteurs aux données météorologiques. À venir La disponibilité de modèles de degrés-jours validés et l'accès à des données météorologiques varient selon les régions. Il faudra poursuivre les discussions pour connaître les besoins et faire en sorte que les producteurs de chaque région aient accès à des systèmes d'aide à la décision.
Les producteurs ont accès à de meilleurs outils décisionnels pour effectuer des traitements antiparasitaires. Mise au point de systèmes permettant d'intégrer les données météorologiques locales aux modèles de degrés-jours qui servent à prédire la nécessité d'effectuer des traitements et à quelle date. Valider les modèles de degrés-jours existants. À venir La disponibilité de modèles de degrés-jours validés et l'accès à des données météorologiques varient selon les régions. Il faudra poursuivre les discussions pour connaître les besoins et faire en sorte que les producteurs de chaque région aient accès à des systèmes d'aide à la décision.
Offrir des produits de remplacement. Disponibilité de produits de remplacement pour les principaux usages des pesticides qui ne seront plus disponibles à la suite de leur réévaluation par l'ARLA. En janvier 2008, l'ARLA a lancé la Stratégie de transition pour
l'azinphos-méthyle dans la culture des fruits de verger (à pépins et à noyau),afin de mettre à la disposition des producteurs des pesticides de remplacement à risque réduit pour les usages de l'azinphos-méthyle et (ultimement) du diazinon, qui ne seront plus disponibles à la suite de leur réévaluation.
En cours Jusqu'à présent, les activités menées dans le cadre de cette stratégie de transition ont mené à l'homologation de 14 nouveaux usages, tandis que 20 autres nouveaux usages ont fait l'objet d'une demande d'homologation.
Offrir des produits de remplacement. Extension du profil d'emploi de l'appât pour mouches des fruits GF-120 NF Naturalyte (spinosade) à la mouche de la pomme. Générer et présenter des données en appui de l'extension du profil d'emploi de l'appât pour mouches des fruits GF-120 NF Naturalyte à la lutte contre la mouche de la pomme. Terminé 31 mars 2009 : Projet BPI07-100, Évaluation de l'efficacité du GF-120 comme produit de remplacement éventuel des insecticides organophosphorés pour lutter contre la mouche de la pomme dans les vergers de productions biologique et traditionnelle. L'extension à la lutte contre la mouche de la pomme du profil d'emploi pour usages limités du GF-120 a été obtenue en juin 2009.
Offrir des produits de remplacement. Détermination du potentiel du parasitoïde Lathrolestes ensator comme agent de lutte contre l'hoplocampe du pommier. Disséminer le parasitoïde dans de nouveaux vergers et vérifier l'établissement de sa population Incomplet Projet PRR10-060, Lutte dirigée contre l'hoplocampe du pommier (Hoplocampa testudinea) au moyen d'une guêpe parasite (Lathrolestes ensator), au Canada. Le parasitoïde a été introduit dans d'autres vergers du Québec, d'Ontario et de Nouvelle-Écosse en 2011. Les activités de dissémination du parasitoïde se poursuivront sous réserve de la disponibilité du parasitoïde.
Offrir des produits de remplacement. Détermination du potentiel du parasitoïde Lathrolestes ensator comme agent de lutte contre l'hoplocampe du pommier. Poursuivre le travail entrepris dans le cadre du projet PRR10-060 d'AAC en 2010, afin de déterminer la sensibilité de L. ensator aux pesticides communément employés dans les vergers non biologiques. À venir Les conditions météorologiques défavorables du printemps 2011 ont mené à une pénurie du parasitoïde pour les essais. Le projet a été interrompu et reprendra lorsque des quantités suffisantes de guêpes seront disponibles.
Proposer une technologie améliorée de pulvérisation. Disponibilité d'un modèle de pulvérisation adaptée à la culture (PAC) permettant au producteur d'optimiser le volume de pulvérisation. Établir des valeurs de référence permettant d'adapter le modèle PAC aux vergers canadiens. À venir On a fixé la portée d'un projet visant à établir des valeurs de référence pour les vergers canadiens.
Proposer une technologie améliorée de pulvérisation. Disponibilité d'un modèle de pulvérisation adaptée à la culture (PAC) permettant au producteur d'optimiser le volume de pulvérisation. Vérifier les valeurs de référence établies en vue d'adapter le modèle PAC aux vergers canadiens. À venir On a fixé la portée d'un projet visant à établir des valeurs de référence pour les vergers canadiens.
Formuler des recommandations d'utilisation de pesticides à risque réduit pour le traitement des bordures. Détermination de l'efficacité des pesticides à risque réduit pour le traitement des bordures. Étudier l'efficacité des pesticides à risque réduit pour le traitement des bordures. À venir Les pulvérisations de bordures ont donné de bons résultats avec l'utilisation d'OP et sont une façon de réduire la quantité de pesticides utilisée et les coûts pour le producteur. Il faudra faire des études pour déterminer si les nouveaux pesticides à risque réduit dont le mode d'action est plus ciblé peuvent aussi être utilisés efficacement pour les bordures.


Objectif 2 : Intégration d'approches et d'outils à risque réduit aux systèmes de lutte intégrée contre les ravageurs des vergers
Cible Jalon Activités requises État d'avancement Date d'échéance des projets et commentaires
Intégrer des outils et des approches multiples aux recommandations offertes aux producteurs Élaboration et diffusion aux producteurs de lignes directrices sur l'utilisation des pesticides récemment homologués dans le cadre d'approches intégrées Intégrer de nouveaux outils et de nouvelles approches aux systèmes de lutte intégrée destinés aux vergers et communiquer ces outils et ces approches aux producteurs. Terminé 31 mars 2010 : Le projet PRR09-020 Faciliter l'adoption de méthodes et d'outils en matière de réduction des risques pour la lutte contre les insectes nuisibles dans les pommeraies d'Ontario comprenait des ateliers et des essais de démonstration visant à familiariser les producteurs avec la publication 310F du MAAARO, Lutte intégrée contre les ennemis du pommier.
Intégrer des outils et des approches multiples aux recommandations offertes aux producteurs Intégration du GF-120 à la lutte intégrée contre la mouche de la pomme dans les vergers. Étudier et faire des démonstrations aux producteurs des nouvelles approches d'application du GF-120. Terminé Mars 2012 : On a démontré aux producteurs l'application de GF-120 au moyen de divers pulvérisateurs a dans le cadre du projet PRR10-050, Intégration de l'appât empoisonné pour les mouches des fruits GF-120 Naturalyte au programme de lutte intégrée contre la mouche de la pomme.
Évaluer la possibilité d'une stratégie de lutte régionale à petite échelle contre les principaux ravageurs des vergers Établissement de protocoles et de critères pour la réussite d'une stratégie de lutte régionale à petite échelle Étudier des approches coopératives de lutte pour de petits groupes de vergers et les milieux environnants.   La lutte contre le carpocapse de la pomme à l'échelle régionale a été très efficace dans la vallée de l'Okanagan en Colombie-Britannique. Dans d'autres régions, le nombre élevé d'arbres-hôtes non traités constitue une source de ravageurs à vergers, et rend cette approche de lutte inapplicable.
Évaluer la possibilité d'une stratégie de lutte régionale à petite échelle contre les principaux ravageurs des vergers Établissement de protocoles et de critères pour la réussite d'une stratégie de lutte régionale à petite échelle Mener des études sur les déplacements et interactions des ravageurs et des parasitoïdes dans les zones de contact entre vergers, milieux naturels et urbains.    
Évaluer la possibilité d'une stratégie de lutte régionale à petite échelle contre les principaux ravageurs des vergers Établissement de protocoles et de critères pour la réussite d'une stratégie de lutte régionale à petite échelle Effectuer des essais au champ pour confirmer l'efficacité de l'approche; assurer une démonstration de l'approche aux producteurs.    


Objectif 3 : Mise en œuvre des approches, outils et systèmes de lutte intégrée à risque réduit par les producteurs
Cible Jalon Activités
requises
État d'avancement Date d'échéance des projets et commentaires
Établir les coûts et les avantages des approches et outils à risque réduit qui ont été validés Évaluation des coûts associés à l'application de pesticides à risque réduit Établir les coûts des approches à risque réduit et mettre au point des approches viables de lutte à risque réduit. En cours Il a été établi que le coût est un des principaux freins à l'adoption des produits à risque réduit. Le prix plus élevé de ces produits, le nombre plus élevé de traitements nécessaires et l'impossibilité de recourir à la pulvérisation de bordure contribuent au coût plus élevé des programmes de lutte à risque réduit. Une analyse des coûts a été intégrée à plusieurs projets d'AAC, dont les projets PRR09­020, PRR09-030 et PRR10-050.
Communiquer les nouveaux outils et systèmes aux producteurs Tenue de présentations, d'ateliers et d'essais de démonstration visant à informer les producteurs sur les derniers résultats des projets Exposer efficacement les résultats des projets aux producteurs, au moyen de présentations et d'essais de démonstration. En cours Mars 2010 : Les projets d'AAC PRR09-020, Faciliter l'adoption de méthodes et d'outils en matière de réduction des risques pour la lutte contre les insectes nuisibles dans les pommeraies d'Ontario, et PRR09-030, Faciliter l'adoption de nouvelles approches de lutte antiparasitaire pour les pommeraies de Nouvelle- Écosse, comportaient des ateliers et des essais de démonstration visant à faire connaître les approches à risque réduit. Mars 2012 : Les résultats du projet PRR10-050, Intégration de l'appât empoisonné pour les mouches des fruits GF-120 Naturalyte à la lutte intégrée contre la mouche de la pomme, ont été présentés dans le cadre de journées portes ouvertes et d'un congrès de producteurs.
Communiquer les nouveaux outils et systèmes aux producteurs Préparation et diffusion aux producteurs de renseignements et documents de nature technique Préparer une fiche technique sur l'utilisation du GF-120 dans les conditions d'un verger. En cours On est en train de mettre au point une fiche expliquant les diverses façons d'utiliser le GF-120.
Communiquer les nouveaux outils et systèmes aux producteurs Préparation et diffusion aux producteurs de renseignements et documents de nature technique Mettre à la disposition des producteurs des lignes directrices sur l'étalonnage des pulvérisateurs. À venir Le groupe de travail sur la technologie de pulvérisation a commencé à compiler des ressources de formation sur l'étalonnage des pulvérisateurs et la pulvérisation en verger.


Objectif 4 : Mesure de la réduction du risque obtenue
Cible Jalon Activités
requises
État d'avancement Date d'échéance des
projets et commentaires
Démontrer l'effet des activités de la stratégie sur la réduction du risque dans les vergers de fruits à pépins Mesure de la réduction du risque pour les travailleurs agricoles et l'environnement dans chaque projet Démontrer les avantages des approches de réduction du risque pour la santé humaine et l'environnement. En cours Dans le cadre de la présente stratégie, on a intégré aux projets d'AAC l'utilisation de certains indicateurs du risque présenté ^par les pesticides : l'Environmental Impact Quotient (anglais seulement); a été appliqué au projet PRR09-020, tandis que l'Indicateur de risque des pesticides du Québec (IRPeQ) a été appliqué aux projets PRR09-030 et PRR10-050. En général, selon les calculs effectués à l'aide des deux indicateurs, les nouveaux produits chimiques présentent moins de risques pour l'environnement et la santé humaine que les OP classiques.
Démontrer l'effet des activités de la stratégie sur la réduction du risque Mesure de la réduction du risque pour les travailleurs agricoles et l'environnement dans chaque région Mesure de la réduction du risque pour les travailleurs agricoles et l'environnement dans chaque région Extrapoler les impacts de la réduction du risque pour l'environnement et les travailleurs agricoles qui ont été obtenus au moyen des nouveaux outils et des nouvelles approches. À venir  

Résumé des résultats stratégiques

En résumé, l'implantation de la stratégie devrait donner les résultats clés suivants :

  • Disponibilité accrue de produits antiparasitaires de remplacement pour les vergers.
  • Les producteurs ont des connaissances accrues des approches de lutte antiparasitaire à risque réduit qui sont économiquement viables pour les vergers.
  • Les producteurs ont des connaissances accrues sur le calendrier d'application des produits de remplacements des OP et l'intégration de ces produits aux programmes de lutte intégrée pour les vergers.
  • Méthodes de pulvérisation plus précises et efficaces qui réduisent au minimum la dérive de produits.
  • Adoption élargie de solutions de rechange aux OP, comme l'appât pour mouches des fruits GF-120 NF Naturalyte.

Les nouveaux outils et les connaissances acquises aideront les producteurs à délaisser graduellement les insecticides OP et contribuera à assurer la pérennité de la production de fruits à pépins au Canada.

Formats de rechange

Aide sur les formats de rechange

Stratégie nationale de réduction des risques liés à l’utilisation des pesticides organophosphorés dans les vergers de fruits à pépins (Version PDF, 153 Ko)
Date de modification: