Stratégie à risque réduit pour la lutte contre les sauterelles

Pour tout renseignement sur le contenu de la stratégie, veuillez communiquer avec le : Programme de réduction des risques liés aux pesticides
Centre de la lutte antiparasitaire, AAC
Décember, 2008

Avant-propos

Les stratégies de réduction des risques liés aux pesticides sont élaborées dans le cadre du Programme de réduction des risques liés aux pesticides (PRRP), mis en oeuvre conjointement par Agriculture et Agroalimentaire Canada(AAC) et l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada. Ce programme vise principalement à atténuer les risques pour la santé humaine et l'environnement, que peut comporter l'utilisation des pesticides en agriculture. Pour atteindre cet objectif, les responsables du Programme collaborent avec des groupes de producteurs, l'industrie, les gouvernements provinciaux et des chercheurs en vue, d'une part, de cerner les lacunes de la lutte antiparasitaire et les possibilités de réduction des risques liés aux pesticides et, d'autre part, d'élaborer et d'appliquer des stratégies pour ce faire.

Une stratégie de réduction des risques liés aux pesticides consiste en un plan détaillé visant à répondre aux besoins des producteurs en outils et méthodes de lutte à risque réduit contre des parasites donnés; ce plan est dressé en consultation poussée avec les intéressés. Le présent document stratégique fait le point sur le cadre du Programme et les activités qu'il soutient en vue de l'élaboration et de l'application de la stratégie, ainsi que des nouveaux outils et méthodes connexes. La stratégie oriente aussi le suivi et l'évaluation de l'état d'avancement de la réduction des risques liés aux pesticides.

Pour en savoir plus sur les activités et les résultats de la stratégie appliquée dans le cadre du Programme à ce jour, veuillez consulter le site Web du Centre pour la lutte antiparasitaire (CLA).

Remerciements

Les responsables du Programme de réduction des risques liés aux pesticides remercient tous les intervenants et organismes participants, y compris le groupe de travail sur les sauterelles (Mark Goodwin de Pulse Canada, Dan Johnson de l'Université de Lethbridge, Ray McVicar et Scott Hartley du Ministère de l'Agriculture de la Saskatchewan, Dave Nobbs et Kofi Agblor de Saskatchewan Pulse Growers, et Kelly Cooley de l'Alberta Agricultural Fieldmen Association pour leur contribution et leur collaboration constantes en vue de l'élaboration et de l'application de la stratégie à risque réduit pour la lutte contre les sauterelles.

1. Sommaire

Le présent rapport résume les efforts de collaboration déployés, ainsi que l'évolution du Programme de réduction des risques liés aux pesticides depuis 2004, en ce qui a trait à l'élaboration et à l'application d'une stratégie à risque réduit pour combattre les sauterelles qui ravagent les grande culture au Canada. Cette stratégie a été élaborée de concert avec les représentants du secteur des légumineuses, notamment les producteurs, les experts sectoriels, les chercheurs et les spécialistes gouvernementaux.

Cette stratégie a pour but, d'une part, d'atténuer les risques que les pesticides utilisés pour combattre les sauterelles comportent pour les humains et l'environnement et, d'autre part, de favoriser l'efficacité de la lutte antiparasitaire à la ferme, ainsi que la rentabilité des exploitations agricoles. Elle prévoit la détermination des risques liés aux pesticides et des enjeux de la lutte antiparasitaire; des discussions sur les solutions à risque réduit et sur la priorité de ces méthodes, et un plan des actions à l'appui de son application.

Les sauterelles sont d'importants ravageurs d'une majorité des grande culture, notamment les légumineuses, le canola et le blé. Avec le réchauffement climatique, on s'attend à ce que la menace que représentent les sauterelles s'intensifie dans ces cultures. Ces insectes causent des dégâts qui varient selon que les sauterelles se nourrissent en bordure des cultures ou qu'elles détruisent celles-ci complètement (comme lors des infestations survenues en 2002­2003). Les sauterelles peuvent aussi faire chuter les disponibilités de fourrage, rétrécir la superficie des parcours destinés au broutage des bestiaux et nuire à la biodiversité en réduisant les sources naturelles de nourriture pour la faune. Les infestations graves requièrent en outre la pulvérisation (surtout aérienne) de millions de litres d'insecticides.

Les sauterelles sont contrôlées surtout au moyen d'insecticides à base d'organophosphates et de carbamates. Santé Canada procède à une réévaluation des anciens ingrédients actifs et de leurs produits finals et ce, au moyen de méthodes scientifiques de pointe, afin d'assurer une protection constante de la santé humaine et de l'environnement. Tous les ingrédients actifs homologués avant 1995 sont réévalués, notamment ceux à base d'organophosphates et de carbamates, de sorte que certains des produits actuels pourraient être retirés du marché, ce qui ne laisserait que les pyréthroïdes synthétiques pour combattre ces insectes. Cependant, les pyréthroïdes n'agissent pas de manière optimale quand la température de l'air dépasse 27 ºC au moment de la pulvérisation. De plus, leur emploi répété peut provoquer le développement d'une résistance chez les sauterelles.

La stratégie à risque réduit élaborée dans le cadre du Programme est donc centrée sur la mise au point de produits et méthodes antiparasitaires de remplacement à risque réduit permettant de combattre les sauterelles de manière efficace, sûre et durable dans les grande cultures au Canada.

La stratégie de lutte contre les sauterelles a donné lieu à la création d'un groupe de travail, à l'établissement d'objectifs de réduction des risques, à la prise de mesures concrétisant les solutions à risque réduit et au choix de jalons pour le suivi de l'avancement de sa mise en œuvre. Grâce au Programme, le Centre pour la lutte antiparasitaire d'Agriculture et Agroalimentaire Canada a financé quatre projets à risque réduit afin d'appuyer la mise en œuvre de la stratégie. Parmi les principales réalisations à ce jour, mentionnons un guide d'identification des sauterelles ainsi que des séances de formation visant à améliorer les connaissances des producteurs au sujet du processus décisionnel en matière de lutte contre les sauterelles. Le programme prévoit aussi le soutien de recherches prometteuses visant la mise au point de méthodes de lutte biologique de remplacement et d'un modèle de prévision rapide de l'éclosion, ainsi que la facilitation de l'adoption de ces outils par les producteurs. L'application des connaissances et des outils obtenus dans le cadre de la stratégie mènera à une lutte durable contre les sauterelles et permettra aux producteurs de réduire les risques liés aux pesticides.

2. Introduction

Des mesures sont prises dans le cadre du Programme de réduction des risques liés aux pesticides en vue de résoudre les enjeux associés à cet objectif et à la lutte antiparasitaire menée dans plusieurs cultures gravement menacées par les sauterelles, notamment les lentilles, le canola, le blé et le pois chiche, toutes jugées prioritaires dans le cadre du Programme. Les problèmes causés par les sauterelles ont tout d'abord été cernés au moyen d'analyses des lacunes de l'information fournie dans les profils des cultures rédigés et publiés dans le cadre du Programme pour chaque produit susmentionné. Par la suite, les participants aux consultations menées dans le secteur des légumineuses ont décidé que la lutte contre les sauterelles était une priorité nationale pour la production de lentilles. Par conséquent, les solutions proposées dans la stratégie mettent l'accent sur la lutte contre les sauterelles dans les cultures de lentilles, mais on espère que l'information et les outils mis de l'avant pourront être appliqués à d'autres cultures infestées par ces insectes.

Il existe plus de 130 espèces de sauterelles au Canada, et la plupart sont inoffensives. Seules quelques espèces causent d'importantes pertes économiques en agriculture. De plus, certaines espèces nuisibles n'endommagent les cultures qu'au cours des premiers stades de croissance des plantes. Plusieurs caractéristiques biologiques, comportementales et phénotypiques distinguent les sauterelles ravageuses des espèces inoffensives. Il est primordial de bien identifier les sauterelles nuisibles pour bien les combattre et choisir judicieusement les pesticides.

Les infestations de sauterelles varient d'une année à l'autre. Quand les conditions météorologiques sont propices, les densités de population atteignent des niveaux qui entraînent de lourdes pertes. Les dégâts causés aux cultures culminent en particulier en période de sécheresse. En outre, le temps chaud et sec au printemps et au début de l'été accentue la survie des sauterelles nouvellement écloses, alors que les chaleurs de fin d'été et d'automne favorisent l'accouplement et la ponte. Il est donc primordial de pouvoir prévoir les infestations au tout début de la saison pour déterminer le meilleur moment de l'application des mesures de lutte.

Les lentilles, en particulier, sont l'une des cultures les plus sensibles aux sauterelles, car ces insectes se nourrissent des boutons floraux, des fleurs et des gousses en développement, causant ainsi des pertes de rendement directes. Les sauterelles sont présentes dans toutes les régions productrices de la Saskatchewan et de l'Alberta; elles peuvent y causer d'importants dégâts en très peu de temps. Il est donc crucial de livrer une lutte durable contre ces insectes pour assurer le succès de la culture des lentilles.

3. Lutte antiparasitaire et risques liés aux pesticidesPest Management and Pesticide Risk Issues

Actuellement, les producteurs aux prises avec des infestations de sauterelles ne disposent que de quelques insecticides pour combattre ces ravageurs. En tout, sept substances actives sont homologuées à cette fin, et ces composés entrent dans trois classes chimiques incluant les organophosphates, les carbamates (p. ex. appâts au son à base de carbaryl), ainsi que les pyréthroïdes synthétiques. Pour les lentilles, il n'existe que quatre produits homologués contre ces insectes, donc deux sont des organophosphates (chlorpyrifos et malathion) et les deux autres, des pyréthroïdes synthétiques (deltaméthrine et lambda-cyhalothrine). La limite maximale des résidus (LMR) de certains de ces produits pose problème, ce qui restreint les options phytosanitaires pour les cultures destinées à l'exportation. Étant donné la possibilité de retrait du marché d'un certain nombre de produits à base d'organophosphates à la suite d'une réévaluation (p. ex. l'ARLA propose notamment d'abolir l'emploi pour les lentilles), les pyréthroïdes pourraient s'avérer la seule arme contre les sauterelles, du moins dans les champs de lentilles.

Les insecticides pyréthroïdes s'avèrent rentables et très efficaces contre de nombreux ravageurs. Toutefois, plusieurs espèces d'insectes ont développé une résistance à ces composés. En outre, les sauterelles pourraient devenir de plus en plus tolérantes à ce groupe d'insecticides si l'on utilise ceux­ci à répétition, sans rotation avec d'autres groupes de produits chimiques et des mesures phytosanitaires de remplacement.

Étant donné l'impact critique sur les rendements, les infestations de sauterelles exigent une intervention chimique rapide et intensive, même quand les populations nuisibles sont encore relativement faibles. Les seuils économiques moyens recommandés pour la pulvérisation d'insecticides sont très bas pour les lentilles durant la floraison (2 sauterelles/m2), mais plus élevés pour les céréales et le canola (7 sauterelles/m2). De plus, les pulvérisations aériennes constituent la seule méthode efficace en raison de la rapidité d'apparition et du caractère régional des infestations de sauterelles. L'emploi généralisé et intensif des pesticides augmente la charge chimique dans l'environnement et la possibilité de développement de la résistance à certains produits chimiques chez les sauterelles.

4. Stratégie à risque réduit pour la lutte contre les sauterelles

Même si les sauterelles s'attaquent à de nombreuses cultures, le secteur des lentilles est confronté à des défis particuliers en raison de la forte sensibilité de cette culture à ces insectes, de sa grande dépendance à l'égard des insecticides chimiques et de la disponibilité restreinte de mesures de lutte rentables. La nécessité de mettre au point des outils de remplacement pour résoudre ce problème a incité le secteur des lentilles à créer un partenariat dans le cadre du Programme de réduction des risques liés aux pesticides pour la conduite de recherches sur des options phytosanitaires rentables. Ce partenariat a vu le jour en 2004 par l'intermédiaire de Pulse Canada. Les parties en cause se sont affairées à élaborer une stratégie de lutte à risque réduit.

Pour amorcer l'élaboration de la stratégie, l'équipe responsable de la lutte antiparasitaire à risque réduit de Pulse Canada a consulté les intéressés dans toutes les provinces participantes afin de cerner les enjeux préoccupants pour les producteurs et l'environnement et d'en établir la priorité. Les participants aux consultations ont jugé hautement prioritaire : l'enrichissement des connaissances et l'amélioration de l'accès à l'information déjà disponible; l'atténuation des risques liés aux produits et aux méthodes; la mise au point d'une approche intégrée pour la lutte contre les sauterelles dans les cultures de lentilles. Ils visaient ainsi la recherche d'outils de remplacement permettant de faciliter aux producteurs la transition des insecticides à base d'organophosphates à des méthodes moins nocives.

En septembre 2006, avec l'appui des responsables du Programme, on a mis sur pied un groupe de travail interprovincial sur les sauterelles, composé des principaux représentants sectoriels, de chercheurs et de spécialistes provinciaux qui ont concerté leurs efforts en vue de trouver et d'appliquer des solutions durables. Le groupe s'est réuni à plusieurs reprises pour discuter de solutions, d'approches et d'interventions à risque réduit possibles pour arriver à ses fins. Les responsables du Programme ont favorisé ces consultations et M. Mark Goodwin a coordonné et dirigé les séances au nom de Pulse Canada.

Les consultations entre les membres du groupe de travail et d'autres intervenants du secteur ont permis de cerner les suivants lacunes et préoccupations susceptibles d'être adressée par la stratégie. Des options à risque réduit ont aussi été soumises pour chaque lacune et enjeu :

  1. Identification exacte des sauterelles nuisibles;
  2. Mise au point de méthodes à faible risque pour remplacer les organophosphates;
  3. Vérification de l'impact des températures élevées de l'air sur l'efficacité des pyréthroïdes synthétiques;
  4. Analyse des options de lutte biologique;
  5. Amélioration des systèmes de surveillance et de prévision des infestations de sauterelles;
  6. Lutte contre les sauterelles à la fin de la saison.

4.1. Plan d'action stratégique et progrès

L'analyse des lacunes et des solutions relevées lors du processus de consultation a abouti à l'élaboration d'un plan d'action stratégique pour la lutte contre les sauterelles dans les cultures de lentilles (tableau 1). Le plan met l'accent sur l'obtention d'outils et de méthodes de lutte comportant moins de risques et susceptibles : (i) de réduire au minimum le recours aux anciens insecticides chimiques ou de les remplacer; (ii) d'éliminer les pulvérisations inutiles; (iii) de diversifier les mesures de lutte afin d'intégrer ces outils et la gestion de la résistance. Ce plan stratégique cible les quatre principaux objectifs suivants :

  1. Mettre au point des produits antiparasitaires à risque réduit pour remplacer les anciens produits chimiques;
  2. Combler les lacunes technologiques au moyen d'outils et de méthodes à risque réduit;
  3. Promouvoir les options phytosanitaires à risque réduit et en faciliter l'adoption;
  4. Évaluer les résultats de la stratégie

Chacun de ces objectifs a été poursuivi avec dynamisme grâce au soutien ciblé offert dans le cadre du Programme, notamment le financement de quatre projets particuliers (tableau 2). Le tableau 1 ci­après précise : les objectifs, les cibles et les jalons établis en vue d'atteindre les principaux objectifs; les activités de mise en œuvre de la stratégie; l'état d'avancement à ce jour.

!--
-->
Tableau 1. Plan d'action et état d'avancement des activités de mise en œuvre de la stratégie à risque réduit pour la lutte contre les sauterelles dans les cultures de lentilles au Canada dans le cadre du Programme de réduction des risques liés aux pesticides (décembre 2008).
Objectif stratégique Cible Jalon État d'avance-ment Activités de mise en oeuvre de la stratégie Date d'achèvement prévue
Objectif 1. Mettre au point des produits antiparasitaires à risque réduit pour remplacer les anciens produits chimiques Mettre au point des méthodes de lutte biologique efficaces pour remplacer les produits organophos-phatés Étudier Metarhizium anisopliae comme agent de lutte biologique Complet Travaux en cours dans le cadre des projets BPI06-070 et PRR07-370 d'AAC pour évaluer l'efficacité en laboratoire et au champ d'une souche récemment découverte de M. anisopliae indigène des Prairies canadiennes, comme agent de lutte biologique contre les sauterelles. Le projet BPI06 070 est terminé et le projet PRR07 370, d'une durée de 3 ans, en est à sa 2e année d'exécution. Mars 2008
Évaluer l'efficacité de la lutte biologique au champ En cours Mars 2010
Trouver un partenaire sectoriel intéressé à commercialiser le produit En cours On poursuit les négociations avec les partenaires sectoriels potentiels en vue d'appliquer les plans de commercialisation de l'agent de lutte biologique. Mars 2010
Faire homologuer le biopesticide Complet Travaux menés dans le cadre du projet BPI07-190 d'AAC visant l'évaluation de l'innocuité de la souche de M. anisopliae indigène des Prairies canadiennes pour les espèces non visées, en vue de recueillir les données toxicologiques requises par l'ARLA aux fins d'homologation. Le projet est terminé.
L'équipe responsable du projet rassemble actuellement l'information requise en vue de consultations avec l'ARLA avant la soumission de la demande d'homologation du nouvel agent de lutte biologique (soumission prévue au printemps 2010).
Mars 2008
En cours Mars 2010
Mettre au point des méthodes efficaces pour l'application des pesticides Mener des études sur la technologie axée sur l'utilisation au sol d'appâts au son   Les plans (projet PRR07-370 d'AAC) concernant l'étude de substances actives potentielles à risque réduit pour l'appât au son à base de carbaryl existant et la détermination de l'efficacité et de la rentabilité de cette technologie pour la culture des lentilles ont été annulés. On y reviendra plus tard.  
Étudier l'impact environnemental des applicateurs de pesticides par voie aérienne      
Objectif 2. Combler les lacunes technologiques au moyen d'outils et de méthodes à risque réduit Améliorer l'identification des ravageurs par les observateurs sur le terrain, les producteurs et les négociants agricoles Produire un guide pratique illustré décrivant les sauterelles adultes des espèces nuisibles et des espèces inoffensives. Complet Travaux menés dans le cadre du projet PRR05 010 d'AAC en vue de préparer un guide pratique d'identification des sauterelles et de sélection des méthodes de lutte afin d'enrichir les connaissances des producteurs et de promouvoir les méthodes de lutte à risque réduit. Le projet est terminé. Le guide a été publié en janvier 2006. Cinq cents exemplaires ont été distribués aux producteurs de lentilles, aux agronomes et aux négociants agricoles avant la période végétative 2006. Mars 2006
Produire un addenda au guide pratique illustré décrivant les stades juvéniles des sauterelles ravageuses. Complet Travaux menés dans le cadre du projet PRR07-370 d'AAC en vue d'améliorer et de réimprimer la 2e édition du livret Grasshopper Identification and Control Methods. Cette édition a été publiée en mars 2008 et comprend des éléments d'identification des stades juvéniles et adultes des sauterelles nuisibles. Mars 2008
Améliorer les prévisions des stades d'infestation critiques et l'à propos des applications de pesticides Mettre au point un modèle d'éclosion des œufs au printemps. En cours Les travaux sont en cours dans le cadre du projet PRR07-370 d'AAC en vue de mettre au point un modèle sur l'éclosion des œufs au printemps, modèle qui permettra, d'une part, de prévoir, au tout début de la campagne, la dynamique des infestations de sauterelles durant l'été, et ce, d'après les taux d'éclosion et, d'autre part, de déterminer à quel moment il sera le plus à-propos de procéder à la première pulvérisation d'antiparasitaires, ainsi qu'aux suivantes. Le projet vise aussi la création d'un système en ligne pour la diffusion des prévisions et des recommandations phytosanitaires à l'intention des utilisateurs, notamment la diffusion de cartes de risque d'infestation progressive par les sauterelles. Le projet, d'une durée de trois ans, en est à sa 2e année de réalisation. Mars 2010
Prévoir les niveaux d'infestation par les sauterelles durant l'été.
Dresser un calendrier de pulvérisation d'après les stades de développement du ravageur et les pressions exercées par celui-ci.
Mettre au point un système de prévisions et recommandations phytosanitaires à l'intention des utilisateurs.
Objectif 3. Promouvoir des mesures de lutte à risque réduit et en faciliter l'adoption Communiquer les résultats sur les outils et méthodes nouvellement introduits Préparer et distribuer le matériel de vulgarisation sur la lutte biologique.   À entreprendre (dans le cadre d'un protocole de LAI) lorsque toutes les données sur l'efficacité seront recueillies et que les efforts de commercialisation seront concrétisés. Le moment opportun dépend des résultats des études et des échéanciers de l'ARLA. Les résultats préliminaires sont déjà publiés dans deux revues scientifiques et dans les médias agricoles. Mars 2010
ESensibiliser les utilisateurs visés afin qu'ils appliquent les recommandations du guide d'identification des sauterelles. Complet Travaux menés dans le cadre du projet PRR05-010 d'AAC; des ateliers sur les ravageurs ont été organisés afin de former les producteurs sur l'utilisation du guide (1re édition) d'identification des sauterelles nuisibles au champ et sur la prise subséquente de décisions éclairées concernant les pulvérisations. Le projet est terminé. Dans le cadre du projet PRR07-370 d'AAC, la 2e édition a été imprimée à raison de 3 000 exemplaires largement distribués parmi les producteurs de lentilles et de canola. Mars 2006/
Mars 2008
Étudier l'impact des conditions météorologiques sur les pyréthroïdes      
Sensibiliser les producteurs pour les inciter à adopter le système de prévision et à appliquer les recommandations concernant les interventions. En cours On prévoit tenir des ateliers dans le cadre du projet PRR07 370 d'AAC afin de former les agriculteurs et de les inciter à adopter le modèle de prévision des infestations de sauterelles et à suivre les recommandations sur les interventions. Des paramètres de prévision seront intégrés à un protocole de LAI à l'intention des producteurs. Mars 2010
Démontrer la rentabilité et la faisabilité des outils et méthodes nouvellement introduits. Procéder à une démonstration des outils recommandés au champ. Travaux menés dans le cadre du projet PRR07-370 d'AAC afin de démontrer aux producteurs comment utiliser le modèle de prévision et le guide d'identification des sauterelles en tant que partie intégrante d'un système de LAI.
Mener une analyse des coûts et des avantages liés aux outils et méthodes recommandés Travaux menés dans le cadre du projet PRR07-370 d'AAC en vue d'évaluer les coûts et les avantages de l'utilisation de nouvelles prévisions et du guide d'identification des sauterelles ainsi que d'autres outils disponibles en tant que partie intégrante d'un système de LAI.
Objectif 4. Évaluer les résultats de la stratégie Surveiller l'évolution des travaux stratégiques Recueillir des données sur l'emploi des pesticides et l'adoption de la LAI Complet Des groupes de discussion ont été organisés, ainsi que des sondages auprès des spécialistes au sujet des légumineuses. On a ainsi pu recueillir des données fondamentales sur l'emploi actuel des pesticides et sur l'adoption de la LAI dans le secteur des lentilles. Mars 2008
Concevoir et mener un sondage comparatif auprès des producteurs sur l'utilisation des nouveaux outils et méthodes Complet Dans le cadre du projet PRR05-010 d'AAC, on a procédé à un sondage auprès des producteurs de lentilles avant et après la période végétative et à la suite d'un atelier et de l'introduction du guide d'identification des sauterelles (1re édition). Selon les résultats, les producteurs ont bien accueilli l'atelier et le guide. L'information ainsi diffusée les a aidés à prendre des décisions éclairées en matière de lutte au champ Janvier et février
2007
En cours D'autres sondages auront lieu sur la 2e édition dans le cadre du projet PRR07 370 d'AAC. Mars 2010
Mesurer le potentiel de réduction des risques Concevoir des indicateurs pour mesurer la réduction des risques découlant de l'adoption des outils recommandés   La plupart des indicateurs sont particuliers à un projet et peuvent inclure les suivants : réduction de l'emploi de pesticides par unité de surface (moins de pulvérisations ou réduction de la surface traitée) à la suite de l'adoption des nouvelles pratiques; réduction des niveaux du QIE, nombre de producteurs informés au sujet des outils à risque réduit (ou ayant adopté ceux­ci) et superficie cultivée par ceux-ci, superficie consacrée aux lentilles et où les outils et méthodes à risque réduit pourraient être appliqués, etc. Mars 2010
!--
-->
!--
-->
Tableau 2. Aperçu des projets financés dans le cadre du Programme de réduction des risques liés aux pesticides du Centre pour la lutte antiparasitaire afin de favoriser la lutte à risque réduit contre les sauterelles (décembre 2008). Prière de cliquer sur le code du projet (hyperlien) pour obtenir une description de chacun.
Code du projet Chercheur principal Début et fin Titre du projet Résultats prévus et finals Budget
Total 323 498 $
PRR05-010 Dan Johnson, U. de Lethbridge (Alb.) 2005 - 2006 Enrichir les connaissances des producteurs et les inciter à adopter des pratiques à risque réduit pour combattre les sauterelles dans les cultures de lentilles. - Guide laminé d'identification des sauterelles, utilisé comme outil d'observation sur le terrain.
- Trois ateliers visant à former les producteurs sur l'utilisation de l'outil de dépistage.
- Sondage mené auprès des producteurs après l'atelier et en fin de saison.
22 177 $
BPI06-070 Dan Johnson, U. de Lethbridge (Alb.) 2006-2008 Étude et mise au point d'un nouvel agent de lutte biologique qui vient d'être découvert dans les sols des Prairies canadiennes et qui s'avère efficace contre les sauterelles. - Données sur l'efficacité requises aux fins d'homologation. 84 000 $
PRR07-370 Mark Goodwin, Pulse Canada 2007-2010 Réduction de l'emploi des insecticides contre les sauterelles dans les cultures de lentilles. - Amélioration du livret d'identification des sauterelles.
- Modèle d'éclosion des oeufs au printemps.
- Étude de l'efficacité de l'agent de lutte biologique au champ.
- Démonstration des nouveaux outils au champ.
165 500 $
BPI07-190 Dan Johnson, U. de Lethbridge (Alb.) 2007-2008 Évaluation de l'innocuité de l'agent biologique fongique indigène pour les espèces non ciblées. Cet agent sert à enrayer les sauterelles dans les cultures de légumineuses et autres. - Données sur l'efficacité pour les espèces non visées.
- Plan de commercialisation de l'agent de lutte biologique.
51 821 $
!--
-->

5. Sommaire des résultats de la stratégie

La stratégie de lutte contre les sauterelles et les projets appuyés au titre du Programme ont donné des résultats prometteurs pour la lutte durable contre ces ravageurs.

Les principaux résultats stratégiques visés sont les suivants :

  • la mise au point d'un biopesticide susceptible de remplacer le chlorpyrifos et les carbamates;
  • un modèle pratique et convivial de prévision de l'éclosion des œufs au printemps à l'intention des producteurs;
  • un service de vulgarisation (c.­à­d. cartes de risques) afin d'assurer la prestation du modèle de prévision et d'inciter les producteurs à l'adopter;
  • la préparation d'un protocole de LAI combinant les nouvelles stratégies de lutte contre les sauterelles et celles qui sont déjà disponibles;
  • l'offre d'ateliers, la diffusion de communication dans les médias et la prestation de démonstrations, à la ferme, des nouveaux outils et techniques à l'intention d'une cohorte de producteurs prêts à collaborer.

L'ensemble de ces résultats devrait aider les producteurs de lentilles à moins dépendre des insecticides chimiques et à combattre les sauterelles de manière plus efficace et durable tout en maintenant la rentabilité de leur secteur. L'information et les résultats obtenus dans le cadre de cette stratégie ont été mis à la disposition d'autres groupes sectoriels pour lesquels ils étaient pertinents et applicables (p. ex. producteurs de canola et de blé).

Au moyen de la stratégie, le Programme offre également des possibilités de collaboration et fait ressortir l'importance de créer de nouveaux partenariats. Un certain nombre de partenariats et de contributions en nature d'une valeur approximative de 164 000 $ découlent de la collaboration avec Pulse Canada, la Saskatchewan Agriculture and Food, l'Université de Lethbridge ainsi que les associations sectorielles provinciales de la Saskatchewan et de l'Alberta. Cette concertation accentue les possibilités d'atteindre les objectifs de réduction des risques dans la lutte contre les sauterelles et de faire de la production durable une réalité.

Le présent document sera mis à jour régulièrement au fur et à mesure que de nouveaux renseignements seront disponibles.


Formats de rechange

Aide sur les formats de rechange

Stratégie les sauterelles (version PDF, 179 Ko)

Date de modification: