Les ministres Ritz et Fast soulignent le solide soutien que le gouvernement Harper apporte à l’industrie bovine de classe mondiale du Canada

Calgary (Alberta), le 19 septembre 2013 – Le ministre de l'Agriculture Gerry Ritz et le ministre du Commerce international Ed Fast ont rencontré aujourd'hui des membres de l'industrie bovine lors du deuxième forum annuel de Bœuf Canada Inc. Ils ont discuté avec certains intervenants clés de l'industrie des diverses façons dont cette dernière et le gouvernement travaillent ensemble pour élargir l'accès aux marchés et accroître les exportations. Ils ont discuté également des prochaines mesures à prendre pour défendre énergiquement les intérêts canadiens dans le secteur.

« Notre gouvernement est solidaire de notre industrie bovine dans ses efforts pour reconquérir d'anciens marchés et en ouvrir de nouveaux, ce qui apportera des débouchés supplémentaires à nos producteurs et exportateurs, a déclaré le ministre Ritz. L'augmentation des exportations s'accompagne de la création d'emplois pour les Canadiens, de la hausse des revenus des agriculteurs et de la croissance à long terme de l'économie canadienne. »

« Notre gouvernement comprend l'importance des marchés mondiaux pour les familles dont le gagne-pain dépend de notre industrie bovine de classe mondiale, a déclaré le ministre Fast. Nous avons beaucoup accompli en ouvrant, en rouvrant et en élargissant l'accès à des marchés internationaux pour les bovins et le boeuf canadiens, mais nous avons encore du pain sur la planche. C'est pourquoi nous continuerons d'ouvrir de nouveaux marchés mondiaux pour l'industrie, de promouvoir un accès libre et équitable pour nos producteurs et nos exportateurs, de lutter contre les restrictions non scientifiques au commerce des produits canadiens et de défendre énergiquement les intérêts canadiens. »

Depuis 2006, le gouvernement Harper déploie beaucoup d'efforts pour ouvrir, rouvrir ou élargir l'accès aux marchés des bovins et des produits du boeuf de première qualité en recourant à une approche scientifique du commerce. Le gouvernement et l'industrie continuent à collaborer activement afin d'élargir l'accès aux marchés dont bénéficient les producteurs de bovins vivants et de viande bovine. Leurs efforts constants ont conduit à de nombreuses réalisations d'importance ces dernières années.

Ces réalisations comprennent, entre autres, le rétablissement de l'accès des bovins et de la viande bovine à de nombreux marchés prioritaires du Canada, dont ceux de la côte du Pacifique, du Moyen Orient, de l'Amérique du Sud et de l'Asie. En mai dernier, le premier ministre Harper a annoncé que le bœuf jouissait maintenant d'un accès complet au marché du Chili, qui, d'après les estimations de l'industrie, pourrait se chiffrer à 10 millions de dollars par année.

En plus de l'accès aux marchés, le Canada continue à défendre ses éleveurs en recherchant toutes les options disponibles pour régler le différend avec les États-Unis concernant l'inscription du pays d'origine sur les étiquettes (EPO), notamment en réclamant récemment à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) la mise sur pied d'un groupe spécial sur la conformité relativement à la règle de l'EPO.

Reconnaissant que la science et l'innovation sont des éléments fondamentaux qui aideront le secteur à améliorer sa compétitivité, le gouvernement a annoncé, en août, un investissement de 14 millions de dollars dans une grappe de recherches sur le bœuf conduite par l'industrie, qui améliorera la compétitivité de l'industrie bovine du Canada.

Cette année, le forum annuel de Bœuf Canada Inc. porte sur la promotion de la marque. La promotion des produits alimentaires du Canada sur les marchés mondiaux est un volet d'importance de Cultivons l'avenir 2 (CA 2). Les gouvernements ont accepté d'y investir plus de 3 milliards de dollars sur cinq ans pour encourager l'innovation, la compétitivité et le développement des marchés. Aux termes de CA 2, les gouvernements continuent à renforcer les activités sur l'accès aux marchés en recourant à notre service de délégués commerciaux, à des foires commerciales, à la promotion de la marque et à des rapports sur les marchés.

Grâce à une étroite collaboration et à des efforts inlassables, l'industrie et le gouvernement ont travaillé de concert afin de placer le Canada parmi les principaux pays producteurs et exportateurs de bœuf dans le monde. En 2012, les producteurs canadiens ont exporté des bovins vivants et du boeuf d'une valeur marchande de plus de 2 milliards de dollars vers les marchés mondiaux, ce qui a rapporté plus de 6,5 milliards de dollars à la production.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec :

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Ottawa (Ontario)
613-773-7972
1-866-345-7972

Jeff English
Attaché de presse
Cabinet de l'honorable Gerry Ritz
613-773-1059

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l'honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international
613-992-7332
rudy.husny@international.gc.ca

Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
613-995-1874
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @Canada_Trade

Document d'information

Réalisations relatives à l'accès du bœuf canadien aux marchés

Il y a dix ans, les industries canadiennes du bœuf et des petits ruminants ont été touchées par des fermetures de marchés, qui ont occasionné d'importantes pertes financières aux producteurs de l'ensemble du pays. Aujourd'hui, le gouvernement Harper continue à travailler inlassablement avec l'industrie afin d'élargir l'accès aux marchés qui s'offrent aux producteurs canadiens, en préconisant une approche scientifique du commerce.

Bon nombre de marchés d'exportation du bœuf ont nécessité des années d'efforts soutenus avant de rouvrir leurs frontières.

La restauration de l'accès du bœuf aux marchés a été un processus lent, à forte intensité de ressources; cependant, grâce aux efforts coordonnés du gouvernement et de l'industrie, le nombre de marchés qui s’ouvrent aux exportations de bœuf continue à augmenter.

Ces efforts ont porté fruit. À ce jour, le bœuf et les bovins canadiens ont réussi à accéder à plus de 50 marchés partout dans le monde. L'accès aux marchés est fondamental pour le maintien de la compétitivité de l'industrie bovine canadienne. Directement ou indirectement, l'industrie bovine a créé 228 811 emplois dans le pays en 2011. Bien que le travail ne soit jamais terminé, grâce à des efforts inlassables et à une collaboration sans précédent entre les gouvernements et le secteur, l'industrie bovine du Canada poursuit sa remarquable reprise.

Quelques succès récents en matière de réouverture des frontières :

  1. ÉTATS-UNIS (É. U.) : La première règle sur l'ESB, mise en œuvre en juillet 2005, a rétabli l'accès au marché américain des bovins de moins de 30 mois destinés à l'abattage immédiat et/ou à l'engraissement et à l'abattage ainsi que de leurs produits. La deuxième règle sur l'ESB, mise en œuvre en novembre 2007, a restauré l'accès du bœuf de plus de 30 mois à ce marché. Le Canada jouit maintenant d'un accès intégral au marché américain de la viande bovine et des bovins (nés après 2008). Les É. U. étaient le principal marché d'exportation du bœuf du Canada en 2012.
  2. MEXIQUE : Le Mexique a redonné l'accès intégral au bœuf de moins de 30 mois en 2006 (à l'exclusion du bœuf haché issu de sujets de moins de 30 mois). Depuis, le Canada a cherché à obtenir l'élargissement de l'accès pour inclure les sujets de plus de 30 mois comme le recommandaient les directives de l'Organisation mondiale de la santé animale concernant les pays à risque maîtrisé comme le Canada. Le Mexique était le deuxième marché d'exportation du bœuf du Canada en 2012.
  3. JAPON : En janvier 2013, le Canada a bénéficié d'une amélioration de l'accès au marché du bœuf en y faisant inclure le bœuf de moins de 30 mois – un progrès par rapport à l'interdiction antérieure frappant les importations de bœuf provenant de sujets âgés de plus de 21 mois. Le Japon était le quatrième marché du bœuf du Canada en 2012.
  4. CORÉE DU SUD : En janvier 2012, le Canada a retrouvé l'accès au marché de la Corée du Sud pour le bœuf de moins de 30 mois. Ce pays était le dernier marché d'importance d'Asie à lever l'interdiction et représentait le sixième marché d'exportation du bœuf du Canada en 2012.
  5. Préconisant une approche scientifique du processus décisionnel, le gouvernement du Canada continue à déployer des efforts afin d’élargir l'accès aux marchés dont dispose l'industrie bovine du Canada. En plus de la réouverture de marchés après l'ESB, il reste encore plusieurs enjeux clés à régler et des négociations à terminer afin d'améliorer l'accès dont jouit l'industrie sur les marchés internationaux. Le règlement de la question de l'inscription du pays d'origine sur les étiquettes avec les États-Unis et la conclusion de l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne ouvriraient davantage de possibilités aux producteurs canadiens et à l'industrie.

    Parcourir nos communiqués